Tel Aviv-Jaffa

ville d'Israël
(Redirigé depuis Tel Aviv)

Tel Aviv-Jaffa
(he) תל אביב-יפו

(ar) تل أبيب - يافا

Blason de Tel Aviv-Jaffa
Héraldique
Drapeau de Tel Aviv-Jaffa
Drapeau
Hashalom interchange.jpg
Azriely Sarona5.jpg ISR-2015-Jaffa-Clock tower-cropped.jpg
Tel Aviv Promenade panoramics.jpg
Panorama of Tel Aviv.jpg
Du haut et de gauche à droite : l'échangeur autoroutier Hashalom, l'Azrieli Sarona, la tour de l'horloge de Jaffa, la promenade de front de mer et panorama de la ville.
Administration
Pays Drapeau d’Israël Israël
District District de Tel Aviv
Maire Ron Huldai (depuis 1998)
Démographie
Gentilé Telavivien,ne[1]
Population 460 600 hab. (2019)
Densité 8 899 hab./km2
Population de l'agglomération 3 464 100 hab. (2012[2])
Géographie
Coordonnées 32° 02′ 43″ nord, 34° 46′ 11″ est
Altitude 0 - 40 m
Superficie 5 176 ha = 51,76 km2
Divers
Date de création 1909
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Israël
Voir sur la carte administrative d'Israël
City locator 14.svg
Tel Aviv-Jaffa
Géolocalisation sur la carte : Israël
Voir sur la carte topographique d'Israël
City locator 14.svg
Tel Aviv-Jaffa
Liens
Site web tel-aviv.gov.il

Tel Aviv-Jaffa ou Tel-Aviv-Jaffa[3] (en hébreu תל אביב-יפו (prononcé : [tel a'viv ˈjafo]), en arabe تل أبيب يافا), souvent désignée simplement sous le nom de Tel Aviv ou Tel-Aviv, est une ville située sur la côte méditerranéenne au cœur de la métropole du Gush Dan en Israël. La ville moderne de Tel Aviv a été fondée en 1909 à l'époque ottomane dans les faubourgs de Jaffa, ville portuaire avec laquelle elle a fusionné en 1950.

Localisation de Tel Aviv.

La cité est surnommée « la ville sans interruption » en référence à son dynamisme et à sa population jeune, ou encore « la bulle » pour son ambiance paisible et tolérante, relativement détachée des conflits entourant l'État d'Israël.

Tel Aviv s'étend sur 14 km le long de la côte méditerranéenne. Elle est bordée au nord par le Yarkon (rivière et parc) ainsi que les banlieues chics de Herzliya et de Ramat Hasharon. À l'est, elle est séparée de Giv'atayim et de Ramat Gan, siège de la bourse du diamant, par l'autoroute Ayalon, qui longe la rivière du même nom. Plus au sud, Tel Aviv est littéralement collée aux villes de Bat Yam et de Holon.

Tel Aviv même compte environ 460 600 habitants en 2019, ce qui en fait la deuxième plus grande ville en Israël, derrière Jérusalem (936 400 habitants) et devant Haïfa plus au nord (285 300 habitants).

Son agglomération, appelée communément le « Gush Dan », rassemble 254 localités qui comptent au total plus de 3 464 100 habitants (31 décembre 2012), ce qui la situe loin devant les trois autres aires métropolitaines du pays : Haifa (1,1 million), Jérusalem (1 million) et Beersheva (0,6 million). Depuis 2007, Tel Aviv est passée devant New York comme la plus grande agglomération juive du monde.

Tel Aviv est le centre économique et financier du pays. Elle est également un centre de recherche important dans le domaine des hautes technologies grâce à ses entreprises innovantes et ses centres universitaires reconnus mondialement, concentrés dans sa région (Université de Tel Aviv, Université de Bar-Ilan - à Ramat Gan - et l'Institut Weizmann - à Réhovot). La bourse de Tel-Aviv participe également au dynamisme de la ville. Les plus grandes banques du pays y ont également leur siège.

Elle est également le siège de nombreuses ambassades, Jérusalem n'étant pas reconnue internationalement comme capitale du pays.

Depuis sa création en 1909, Tel Aviv avait pour ambition de devenir le centre du renouveau de la culture hébraïque moderne dans un premier temps puis le précurseur de la culture israélienne par la suite : de nombreux journaux, les premières écoles hébraïques ainsi que de nombreux centres culturels et théâtres célèbres y sont nés. Ces dernières années, Tel Aviv est devenue un centre culturel mondialement reconnu pour son architecture (le Bauhaus) et son style éclectique : la ville blanche de Tel Aviv a été inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO.

C'est également un centre touristique et commercial important, accueillant chaque année plus de 2,5 millions de touristes.

NomModifier

L'hébreu tel 'aviv signifie « colline du printemps », bien qu'il n'y ait pas de colline dans cette ville.

Ce nom vient du Livre d'Ézéchiel 3:15, où il désigne un lieu-dit babylonien. Le mot tel désigne en hébreu une colline artificielle constituée par un empilement de ruines, alors que le mot aviv signifie « printemps ». Ce nom a ensuite été choisi par Nahum Sokolow pour être le titre en hébreu de l'ouvrage Altneuland de Theodor Herzl. Les fondateurs de la cité l'ont nommée ainsi en hommage au fondateur du sionisme Theodor Herzl, et pour marquer leur volonté de bâtir une ville qui serait son incarnation : moderne mais aux racines anciennes.

HistoireModifier

 
Répartition des premiers lots de terrains de la future Tel Aviv, 1909.
 
Plan directeur pour Tel Aviv élaboré en 1925 par Patrick Geddes.

Tout au long de son histoire, l'ancien port de Jaffa a changé de maître à de nombreuses reprises. De 1955 à 1974, des fouilles archéologiques ont révélé la présence ancienne de fortifications datant de l'âge du Bronze moyen. D'autres fouilles plus récentes ont, quant à elles, permis de retrouver d'anciennes habitations de l'âge du Fer récent ainsi que des ruines de l'époque de l'occupation perse puis grecque dans la région.

 
Camp d'accueil d'urgence à Tel Aviv, entre 1920 et 1930

La ville de Jaffa, elle-même, est mentionnée pour la première fois dans des textes égyptiens qui relatent sa conquête en 1470 av. J.-C. par le pharaon Thoutmosis III. Jaffa apparait par la suite à de nombreuses reprises dans la Bible en particulier comme étant le port d'où Jonas embarqua pour Tarsis mais aussi comme étant la limite septentrionale de la tribu de Dan ainsi que le principal port du roi Salomon qui reçut les Cèdres provenant du Liban pour la construction du Temple de Jérusalem. Dans le Nouveau Testament, Jaffa est le lieu où l'apôtre Pierre ressuscita Tabitha[4],[5],[6].

 
La place Magen-David en 1936.

Au Moyen Âge, les armées de la première croisade menée par Godefroy de Bouillon occupèrent Jaffa et ses environs puis fortifièrent la ville et aménagèrent le port. En tant que capitale du comté de Jaffa, la ville se développa et devint l'un des chemins de ravitaillement du Royaume de Jérusalem. La ville fut prise par Saladin en septembre 1191 puis reconquise par Richard Cœur de Lion entre janvier et mai 1192.

En 1906, la population était concentrée dans l'actuelle Jaffa, ville arabe, dont le port était le principal à accueillir des migrants sous l'Empire ottoman[7]. Lors de la convention des Juifs de Jaffa, les participants se sont plaints des difficiles conditions de vie à Jaffa sur le plan économique, mais aussi du décret « Muhram » qui obligeait les Juifs à changer de logement chaque année.[réf. nécessaire]

Durant cette réunion, l'activiste sioniste Akiva Aryeh Weiss (en), qui venait juste d'arriver dans le pays, a proposé d'établir une nouvelle cité en dehors de Jaffa : Tel Aviv. Son idée fut très bien reçue et suscita la naissance de Tel Aviv[réf. nécessaire]. L'association Yafo Agudat Bonei Batim, précurseur de Ahuzat Bait, fut créée. Les terres furent achetées aux Bédouins, divisées en 66 parties. Une mise aux enchères des premiers lors puis une loterie fut organisée le 2e jour de Pessa'h 1909, par Akiva Aryeh Weiss, pour répartir les 66 divisions parmi les 66 familles adhérentes à Ahuzat Bait.

 
La rue de Bâle en 1939.

En 1917, l'Empire ottoman déporte la population de Jaffa et de Tel Aviv à l'approche des troupes britanniques. Les Arabes sont rapidement autorisés à retourner chez eux peu après, tandis que les 10000 Juifs ne pourront y retourner qu'après la victoire britannique en été 1918.

En 1921, Meïr Dizengoff devient le premier maire de Tel Aviv[7].

Les premiers sionistes souhaitant créer un État hébreu plus que juif, il était surtout envisagé la construction de bâtiments liés à la modernité (lycée, université, opéra, philharmonie) mais pas au souvenir de l'Europe de l'Est (commerces et synagogues). En 1925, l'urbaniste écossais Patrick Geddes est chargé de réaliser un plan de la future ville, en s'inspirant du modèle de la cité-jardin, avec des rues aérées et verdoyantes et des parcelles découpées, à l'inverse des villes arabes aux petites rues étroites[7].

 
Déclaration d'indépendance à Tel Aviv le 14 mai 1948.

Dans les années 1930, la ville accueille de nombreux Juifs d'Allemagne fuyant les persécutions nazies. La ville connaît à cette période une croissance démographique importante : de 34 000 habitants en 1925, elle passe à 45 500 en 1931 puis à 120 000 habitants en 1935 et enfin à 150 000 en 1937. La ville « jumelle » de Jaffa comptait alors 69 000 habitants issus pour moitié des deux grandes communautés de la région : Juifs et Arabes[8].

Durant cette période, la ville continue de se développer vers le nord, à proximité de l'embouchure du Yarkon. Au nord du Yarkon est aménagé l'aéroport de Sdé Dov. Au sud, dans un secteur connu sous le nom "péninsule du Yarkon", un centre de foire et de congrès est construit pour accueillir en 1932 la première foire d'Orient. On y trouve un ensemble de pavillons dont certains de style Bauhaus ou international[7]. Au nord-est du centre d'expositions internationales a également été construit le premier Stade Maccabiah en 1932. En 1937, le pont Wauchope est construit sur l'embouchure du Yarkon, nommé d'après Arthur Wauchope qui était le Haut Commissaire pour la Palestine et la Transjordanie.

De nombreux architectes inspirés par le style Bauhaus (qu'ils adapteront au style méditerranéen et oriental) vont faire de Tel Aviv l'un des plus grands centres de l'architecture Bauhaus international. En 1937 et en 1938, les aéroports de Lod (le futur Aéroport international David-Ben-Gourion) et de Sdé Dov (au nord de la ville) furent construits.

 
La plage de Tel Aviv en 1942.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la ville de Tel Aviv est bombardée par l'aviation italienne. Ces bombardements feront plus d'une centaine de victimes parmi la population civile de la ville. Fin 1947, les États arabes rejettent le plan de partage de la Palestine et provoquent des violences contre la ville. Dans le mois qui suivent des combats violents éclatent entre les villes de Tel Aviv, incluse dans le nouvel État Juif, et les Arabes de la région. Ces combats provoquent la fuite de nombreux civils arabes de la région courant avril 1948.

En 1948, Jaffa est une ville côtière arabe prospère de 70 000 à 80 000 habitants[9]. Elle est située juste au Sud de Tel-Aviv et a été attribuée aux Arabes par le Plan de partage[10]. C’est en conséquence une enclave arabe au milieu de territoires sous le contrôle du Yishouv. Des combattants de l’Armée de libération arabe et des volontaires des Frères musulmans ont renforcé la ville[11].

En février, les estimations du nombre de fuyards varient entre 15 000 et 25 000. Le comité national local essayera d’arrêter l’exode, notamment en imposant une taxe de départ qui sera collectée au port par les Frères Musulmans. Les milices locales iront jusqu’à menacer les fuyards d’expropriation voire de mort[12].

À la suite de la victoire de la Haganah à Haïfa, Jaffa est attaquée par l’Irgoun le 27 avril. Les forces de l’Armée de libération arabe résistent aux assaillants. De plus, à la suite des incidents de Haïfa, les Britanniques interviennent et menacent les Juifs de représailles s’ils ne stoppent pas leur offensive. À la suite de rumeurs de renforcement de l’Armée de libération et d’intervention de la Légion arabe, Yigal Yadin lance l’opération Hametz visant à encercler la ville. Les Britanniques réagissent en bombardant les positions de l’Irgoun[13] ce qui met un terme à l’offensive. La ville ne tombera que le 13 mai à la suite du départ des Britanniques mais dans la foulée, entre 50 000 et 60 000 arabes supplémentaires se seront enfuis[14],[15].

Après la guerre, les réfugiés palestiniens seront interdits de retour à Jaffa et la ville est annexée. Tel-Aviv absorbe de nouveaux quartiers à l'est et au nord de la ville ce qui aura pour effet de porter sa population totale à 210 000 habitants fin 1948. En 1950, Tel Aviv et Jaffa sont fusionnées, donnant à la ville ses limites municipales actuelles.

Dans la seconde moitié du XXe siècle, l'architecture de la ville se développe par son dynamisme économique et culturel, notamment par la construction de tours (la tour Shalom Meir en 1965) et de gratte-ciels[7].

Le patrimoine architectural Bauhaus de la ville (il existe un musée dédié), tombant jusque-là dans un relatif oubli, est revitalisé à partir des années 1990 grâce au diplomate et collectionneur d'art Ronald Lauder, qui rénove la maison Shlomo Yafe[Qui ?], amenant ensuite des artistes menés par le sculpteur Dani Karavan à solliciter la municipalité pour sauver cette architecture peu entretenue. Une liste de 1 600 bâtiments est dressée, dont 180 font l'objet d'une protection. En 2003, l'UNESCO classe plus d'un millier d'édifices Bauhaus de Tel Aviv au patrimoine mondial et 500 parmi eux sont restaurés (cf. « Ville blanche de Tel Aviv »). Une loi oblige par ailleurs les promoteurs immobiliers à consacrer 1,72 % de leur budget à la rénovation du bâti classé[7].

Liste des mairesModifier

 
Ron Huldai, maire de Tel Aviv depuis 1998.

ClimatModifier

Tel Aviv possède un climat méditerranéen, marqué par de fortes chaleurs en été et par une longue période d'aridité d'avril à octobre. Seuls les hivers sont humides mais très doux.

Relevé météorologique de Tel Aviv
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 9,6 9,8 11 14,4 17,3 20,6 23 23,7 22,5 14,6 11,2 11,1 16,4
Température moyenne (°C) 13,6 13,8 15,4 18,6 21,1 24,1 26,2 27 26 23,2 19 15,2 20,3
Température maximale moyenne (°C) 17,5 17,7 19,2 22,8 24,9 27,5 29,4 30,2 29,4 27,3 23,4 19,2 24
Record de froid (°C) 2,5 −1,9 3,5 7 11,2 15 19 20 15,7 11,6 5 4 −1,9
Record de chaleur (°C) 20,8 29,6 35,2 40,4 46,5 37,6 37,4 34,4 35,4 38,4 35,3 24,9 46,5
Précipitations (mm) 126,9 90,1 60,6 18 2,3 0 0 0 0,4 26,3 79,3 126,4 530,7
Nombre de jours avec précipitations 12,8 10 8,5 3,1 0,8 0 0 0 0,3 3,2 7,5 10,9 57,1
Source : Israel Meteorological Service[16],[17]

Culture et patrimoineModifier

 
Centre Yitzhak Rabin.

Tel Aviv est le siège de l'orchestre philharmonique d'Israël. Depuis quelques années, la ville se développe également en tant que capitale de la mode en Israël[18]. Le groupe TheAngelcy s'est formé en mai 2011 à Tel Aviv.

Lieux de mémoireModifier

Centre Yitzhak RabinModifier

Le centre Yitzhak Rabin (Yitzhak Rabin Center) commémore la vie et les activités d'Yitzhak Rabin. Le Centre combine activité socio-éducative, documentation, commémoration et opère dans tous les milieux de la société israélienne, Juifs, Arabes, Israéliens natifs et nouveaux immigrants, résidents du centre et de la périphérie, pour perpétuer la mémoire d'Yitzhak Rabin, son assassinat et inculquer les valeurs de démocratie.

Centre Shimon Peres pour la PaixModifier

Situé dans l’ancienne ville de Jaffa, le centre Shimon Peres pour la paix (The Shimon Peres Center for Peace), inauguré en 1996, a été conçu par l'architecte italien Massimiliano Fuksas, sur une commande du président Shimon Peres, comme lieu consacré à la paix. Il accueille une bibliothèque, un centre de ressources éducatives pour la résolution de conflits, une salle d'exposition, un auditorium, des ateliers et des pièces d'activité. Les archives de Shimon Peres présentent les discours, publications, collections, photographies de l'homme politique. La structure est entourée du Parc de la Paix.

Maison de Ben GourionModifier

 
Bureau et bibliothèque de David Ben Gourion dans sa maison de Tel-Aviv.

Cette maison se trouve sur le boulevard Ben Gourion, anciennement boulevard du Fonds national juif (Keren Kayenet). Construite en 1930-1931 sur un terrain appartenant au Fonds, elle est dans le style des maisons ouvrières de plain-pied conçues par l'ingénieur David Tuva pour ce quartier. Surhaussée en 1946 et rénovée en 1960, elle est d'un style austère et épuré. Léguée en 1973 à l'État d'Israël par Ben Gourion, elle a été ouverte au public l'année suivante. Au rez-de-chaussée se trouvent la cuisine, le salon, la salle de bain, la chambre des mariés, la chambre de sa fille (pièce qui servit de centre de commandement pendant la crise de Suez) ; à l'étage, le bureau et la bibliothèque de Ben Gourion, forte de quelque 20 000 livres écrits dans les sept langues parlées par leur propriétaire. Toutes les pièces conservent le mobilier de l'époque et sont décorées de photos de Ben Gourion dans les moments importants de son existence. Sur vote de la Knesset, la maison a été déclarée « site national » en 1976 (c'est dans cette maison que fut rédigée la version finale de la déclaration d'indépendance d'Israël)[19],[20],[21].

Musée de la HaganahModifier

Ce musée occupe, au 23, boulevard Rothschild, l'ancienne maison d'Eliyahou Golomb, l'un des fondateurs de la Haganah, organisation clandestine paramilitaire créée en 1920 pour la défense des implantations sionistes et la création d'Israël. La maison servait de quartier général à l'organisation[22]. En plus de narrer l'histoire de la Haganah, le musée présente un ensemble d'armes et des documents et des photographies provenant des archives de l'organisation[23].

Musée de l'EtzelModifier

 
Musée de l'Etzel (Irgoun), le bâtiment sur le front de mer.

Le musée de l’Etzel (Etzel Museum) tire son nom de la prononciation de l’acronyme IZL formé à partir des initiales de l’hébreu Irgoun Zvaï Leoumi (litt. « organisation militaire nationale »), désignation de l’organisation paramilitaire sioniste Irgoun, née d'une scission de la Haganah en 1931.

Le musée est géré par l'armée. Il se répartit sur deux bâtiments. Le bâtiment principal se dresse dans la ville, sur la rue George V. L’autre bâtiment se trouve sur le front de mer, entouré sur trois côtés par les pelouses du parc Charles-Clore. C'est une structure habillée de verre noir, surgissant, symboliquement, des ruines d’une maison en pierre de la période ottomane qui faisait partie du quartier de Menachia, rasé en 1947.

Avant la visite proprement dite, un film retrace l'histoire de l'Irgoun de sa création à sa dissolution. Le visiteur peut ensuite observer les armes, drapeaux et autres objets ayant appartenu aux combattants de la milice et prendre connaissance de panneaux illustrant les principaux combats menés par celle-ci[24].

Parcs et jardinsModifier

Parc Edith WolfsonModifier

Commencée en 1977 et achevée en 1988 par Dani Karavan, Kikar Levava (« Carré blanc ») est une sculpture environnementale située sur une petite colline, dans le Parc Edith Wolfson (Edith Wolfson Park). Son nom est une allusion au surnom de Tel Aviv, « la Ville Blanche ». Le carré se trouve au plus haut point de la ville, là où celle-ci rencontre la localité de Givatayim. C'est un lieu moins fréquenté par les touristes que par les résidents du quartier qui viennent s'y détendre. L'artiste a utilisé le béton blanc. Le contraste entre la sculpture, la verdure du parc et les bâtiments environnants, dont la plupart sont en béton armé, est absolu. La sculpture s'étend sur une surface de 30 mètres sur 50 mètres. Elle présente beaucoup d'éléments rappelant les autres ouvrages de Karavan, une pyramide, un canal d'eau, une tour et un dôme avec un arbre en son centre.

Parc Ariel SharonModifier

 
Hiriya avant sa reconversion.

Créée en 1952 sur le site d'un village palestinien, la décharge publique d'Hiriya, appelée familièrement « la colline nauséabonde » (the stinky hill), a fermé ses portes en 1998 pour entamer sa transformation en espace vert conformément au souhait d'Ariel Sharon qui s’opposait à ce que les promoteurs puissent s’emparer du site et y construire des habitations. La reconversion, commencée en 2001 et confiée à l'architecte paysagiste allemand Peter Latz, a abouti à l'ouverture, en juillet 2014, du Parc Ariel Sharon et à la mise à la disposition du public, d'espaces verts, de pistes cyclables, de bassins et de terrains de camping[25],[26].

Patrimoine sportifModifier

Stade Menora MivtachimModifier

 
Stade Menora Mivtachim.

Situé au sud-est de Tel Aviv, le stade Menora Mivtachim est le plus grand stade couvert d’Israël. À son ouverture en 1963, il s’appelait stade Yad Eliyahu (en anglais Yad Eliyahu Arena). Il a été rénové et agrandi en 2005 par A. Lerman Architects Ltd. et accueille une variété d'événements allant des tournois de basket-ball nationaux et internationaux, aux concerts et congrès.

Le stade est le foyer du club de basket-ball de la ville, Maccabi T.A[27].

Patrimoine culturelModifier

 
Sculpture de Henry Moore devant le Musée d'Art de Tel Aviv.
 
Musée d'art de Tel Aviv, le bâtiment Herta et Paul Amir.

Musée d'art de Tel AvivModifier

Établi en 1932, le musée des arts de Tel Aviv (Tel Aviv Museum of Art) est situé rue Shlomo Hameleh. C'est le centre culturel le plus important du pays, recélant une impressionnante collection d'art moderne et accueillant plus d'un demi-million de visiteurs par an.

Un nouveau bâtiment, conçu par l'architecte américain Preston Scott Cohen, est venu agrandir le musée en 2009[28].

Pavillon d'art contemporain Helena-RubinsteinModifier

Le pavillon d’art contemporain Helena-Rubinstein, du nom de la célèbre créatrice de cosmétiques, fait partie du musée d’art de Tel Aviv. Mitoyen à l’auditorium Bronfman et au théâtre Habima, cet édifice de style Bauhaus, inauguré en 1959, accueille au dernier étage une collection permanente d’arts décoratifs. Son rez-de-chaussée est consacré aux expositions temporaires d'artistes israéliens et étrangers[29].

Musée Nahum GutmanModifier

Le musée Nahum Gutman à Neve Tsedek, abrité dans une maison bâtie en 1887, est consacré aux œuvres de ce peintre, un des tout premiers artistes de Tel Aviv. Le musée présente des expositions tournantes de ces œuvres[30].

Musée du BauhausModifier

 
Musée du Bauhaus.

Ce musée occupe le rez-de-chaussée d'un immeuble de la rue Bialik construit dans le style Bauhaus en 1934. Il présente, outre les caractéristiques morphologiques de ce style architectural, du mobilier, des luminaires et de la céramique émaillée qui s'en réclament[31].

Théâtre national HabimaModifier

 
Théâtre Habima.

C'est un rêve né à Moscou en 1913. La troupe est créée quatre ans plus tard. Parmi ses fondateurs, l’actrice Hannah Rovina qui dirigera le théâtre jusqu’à ses 88 ans. En 1917, un groupe de jeunes juifs très engagés de Russie, dont Hannah Rovina, se réunit. Alors que la Révolution russe bat son plein, ce groupe mène une autre révolution plus discrète : préserver et perpétuer la culture et la langue hébraïques au travers de pièces de théâtre.

En 1931, la troupe s’installe définitivement à Tel Aviv et en 1935 la construction du théâtre Habimah commence. D’importantes rénovations sont entreprises depuis 2006. Les travaux concernent l'amélioration des mesures de sécurité, l’accessibilité du Théâtre, sa modernisation, l’ajout d’un hall de répétition et d’un étage. À l’extérieur du bâtiment se dresse une statue composée de trois cercles, créée par le sculpteur Menashe Kadishman.

Centre des arts du spectacle Golda MeirModifier

Situé au No 23, boulevard Shaul Hamelech Blvd, le Centre des arts du spectacle Golda Meir (Golda Meir Center of Performing Arts) a été construit dans les années 1990 par l'architecte Yacov Rechter. C'est la maison de l'Opéra d'Israël et du Théâtre Cameri. Des ballets et des concerts de musique classique y sont tenus de temps en temps. Les bâtiments entourent une cour utilisée comme une place d'entrée menant à l'Opéra de Tel Aviv et au Théâtre Cameri. De style multiforme et asymétrique, étendu autour de la cour, le complexe est exposé vers elle et dissimulé des rues environnantes. Les caractéristiques du centre sont ses deux portes étroites qui raccordent la cour avec le boulevard, chaque porte est en forme d'arc et est un peu plus grande que le bâtiment lui-même, un pendule est suspendu sur toutes les deux.

Auditorium Frederick R. MannModifier

 
Auditorium Frederick R. Mann, siège de l'Orchestre philharmonique d'Israël.

Situé 1, rue Huberman, l'auditorium Frederick R. Mann est un lieu où sont organisés les concerts et autres événements culturels importants. Ouvert officiellement dans les années 1950, l'auditorium est la maison de l'Orchestre philharmonique d'Israël qui a fêté ses 70 ans en . L'Orchestre philharmonique d'Israël est connu depuis longtemps comme l’un des plus grands ensembles de musique classique au monde. Il joue à guichets fermés où il va et a toujours été un merveilleux ambassadeur pour la culture israélienne d’un côté à l’autre du globe. L'auditorium offre une large sélection de concerts tout au long de l'année. Le hall a été conçu pour fournir la meilleure acoustique, un bâtiment luxueusement équipé, offrant plus de 2 700 places. L'auditorium est situé à proximité du théâtre Habimah et du pavillon Helena Rubinstein.

Maison de la danse et du théâtre Suzanne DellalModifier

 
Maison de la danse et du théâtre Suzanne Dellal.

La Maison de la danse et du théâtre Suzanne Dellal (The Suzanne Dellal Centre for Dance and Theatre).

La ville héberge deux grandes troupes de danse contemporaine, la troupe de danse Batsheva (Batsheva Dance Company) et la troupe de danse contemporaine Kibbutz (Kibbutz Contemporary Dance Company).

Maison-musée de Llana GoorModifier

Situé au 4, rue Mazal Dagin à Jaffa, le musée de la peintresse et sculptrice Llana Goor occupe la résidence de l'artiste, un bâtiment du XVIIIe siècle qui accueillait jadis les pèlerins juifs se rendant à Jérusalem. Sur trois niveaux, s'y trouve exposé un ensemble hétéroclite de meubles, d'objets et d'œuvres artistiques de différents styles ou époques[32].

Patrimoine architecturalModifier

Plusieurs constructions[33] intéressantes ou représentatives de la ville sont à découvrir en se promenant dans les rues de Tel Aviv, en plus de la grande collection d'immeubles construits dans le style Bauhaus (ou architecture internationale), la plus importante au monde, et quelques exemples d'architecture brutaliste.

Tour de l'HorlogeModifier

 
Tour de l'horloge.

Vestige de l'époque ottomane, la tour de l'horloge de Jaffa signale l'entrée de la vieille ville. La tour fut construite en l'honneur du sultan turc Abdoul-Hamid II au début des années 1900.

Maine Friendship HouseModifier

Une plaque commémorative au nord de Jaffa honore les 157 Américains de Jonesport dans le Maine qui arrivèrent ici en septembre 1866. Nellie Chapin et les 35 familles chrétiennes apportèrent avec elles le bois et les éléments préfabriqués pour construire leurs maisons. L'histoire de la Colonie américaine de Jaffa est restituée dans une des maisons restaurées de la colonie, Maine Friendship House. La municipalité de Tel Aviv a inscrit le domaine sur la liste du patrimoine à préserver. Quatre des maisons préfabriquées subsistant de la Colonie américaine ont reçu le prix de Préservation de l'État d'Israël.

Maison à la pagodeModifier

 
Maison à la pagode, après restauration.

L'immeuble dit « la maison à la pagode » (Pagoda House) est situé à l'angle des rues Nahmani et Montefiore et donne sur le square Albert 1er, petit carré de verdure du quartier Lev Ha'ir.

Construit en 1924 à l'époque de la Palestine mandataire, sur les plans de l'architecte Alexander Levy[34] pour le compte d'un particulier américain, Joseph Block, il tient son nom de la structure en forme de pagode édifiée à son deuxième étage en imitation d'un café américain présentant cette particularité architecturale[35]. C'est le premier immeuble de tel Aviv à avoir été équipé d'un ascenseur[36].

Il fait partie des immeubles édifiés de 1924 à 1929 dans le style éclectique[37].


Maison de LodzModifier

 
Maison de Lodz, avant restauration.

Également connue sous le nom de « la maison Rouge », la maison de Lodz (Lodzia House) est un bâtiment historique situé au 43, rue Nahmani. Édifié de 1923 à 1926 pour le compte d'Akiva Aryeh Weiss (en), fondateur de l'industrie textile dans la Palestine mandataire[38], elle a eu pour maître d'œuvre le cabinet d'architectes Joseph Berlin & Richard Pacovský. Conçue pour abriter une usine textile, elle a été nommée « maison de Lodz » en hommage à la ville industrielle polonaise de Łódź dont sont issus les immigrants qui l'ont construite[39]. Désaffectée en 1935, elle a été transformée en résidence privée en 2013 tout en gardant son aspect extérieur originel.

Maison de l'AsieModifier

Située au 4, rue Weizmann, la maison de l'Asie (Asia House) est un immeuble de sept étages édifié en 1979 sur les plans de l'architecte Mordechai (Moti) Ben Chorin. Construit en béton, il est formé de sept anneaux blancs superposés censés évoquer les vagues qui caressent le rivage proche. Conçu comme immeuble à usage commercial, il abrite aussi les ambassades du Japon et de la Suède ainsi que l'institut Goethe. Il reste peu connu des touristes et des amateurs d'architecture moderne[40].

Maison folleModifier

Située au No 181, rue Hayarkon, la maison folle (Crazy House) est un immeuble de 9 étages conçu par l'architecte français Léon Gaignebet. Commencé en 1985, il a été achevé en 1989 et est devenu une attraction touristique.

Son style architectural est à l'opposé du style Bauhaus omniprésent à Tel Aviv. La façade côté rivage est dotée de balcons dont la forme évoque les vagues de la mer. À l'évocation d'une influence du style de Gaudi, Léon Gaignebet répond qu'il s'est inspiré de l'entourage Art Nouveau des bouches de métro parisiennes dessinées par l'architecte Hector Guimard.

La façade côté rue est parcourue sur toute son élévation d'une fresque représentant un wadi (oued) traversant le désert ; des oliviers poussent dans des orifices de la paroi, formant un « jardin vertical » selon les termes du concepteur.

L'intérieur est lui aussi unique en son genre[41].

Gratte-cielsModifier

Depuis la construction de la Tour Shalom Meir en 1965, 85 immeubles de 100 mètres de hauteur et plus ont été construits dans l'agglomération de Tel Aviv, notamment sur le boulevard de Rothschild, sur le front de mer, dans les quartiers Neve Tzedek, Tzameret park, South Kirya et Ramat Gan. La plupart des gratte-ciel ont été construits depuis l'an 2000 et beaucoup ont été construits à Ramat Gan. Tel Aviv abrite la très grande majorité des gratte-ciel d’Israël.

Les tours Azrieli sont un ensemble de trois tours, une tour circulaire (Circular Azrieli Tower) de 187 m et 49 étages, encadrée d'une tour triangulaire (Triangular Azrieli Tower) de 169 m et 46 étages et d'une tour carrée (Square Azrieli Tower) de 154 m et 42 étages.

LGBTModifier

 
Gay Pride à Tel Aviv en 2018.

Tel Aviv est devenu l'une des villes gays et tolérantes les plus réputées du monde. La parade de la fierté qui y a lieu chaque année en juin attire d'année en année une foule croissante, souvent venue de loin.

Depuis 2008, un festival international du film gay se tient également à Tel Aviv : « Israeli international LGBT film festival »[42].

En 2009, la parade de la fierté de Tel Aviv a atteint le nombre record de 100,000 participants selon ses organisateurs loin devant celles de Jérusalem, Haifa, Eilat, les trois autres villes en Israël qui, à l'instar de Tel Aviv, organisent une Gay Pride[43].

En 2011 à la suite d'un sondage en ligne, Tel Aviv a été élue meilleure ville gay de l'année avec 43 % des voix par le site gaycities.com.

Dans son livre Mirage gay à Tel Aviv (2017), le journaliste Jean Stern explique qu'il s'agit en réalité selon lui d'une stratégie de communication de « pinkwashing ». Elle aurait été mise en place par la ministre des Affaires étrangères entre 2008 et 2009 Tzipi Livni, avec « des campagnes d'invitation de journalistes gays et du marketing direct dans les médias LGBT »[44]. Cette thèse est notamment soutenue et relayée par certains activistes pro-palestiniens.

TransportsModifier

 
L'autoroute Ayalon séparant Tel Aviv de Ramat Gan.
 
Gare centrale de Tel Aviv.
 
L'aéroport international de Tel Aviv.

Tel Aviv est le cœur de la métropole du Gush Dan et concentre les principales infrastructures de l'agglomération.

RoutesModifier

La route principale d'accès à Tel Aviv s'appelle l'autoroute Ayalon. Elle traverse la ville du nord au sud. La gare routière de Tel Aviv est la deuxième plus grande au monde. Elle se situe au sud de la ville. Le réseau principal de bus appartient à la coopérative Dan Bus Company (en). La coopérative Egged Bus, deuxième plus grande compagnie de bus au monde, a aussi un réseau de bus dans la ville[45].

TrainsModifier

Tel Aviv a 4 gares ferroviaires le long de l'autoroute Ayalon reliées par une ligne de train. Les arrêts du nord au sud sont : Tel Aviv University, Tel Aviv Savidor Merkaz (gare la plus fréquentée du pays), Tel Aviv Ha-Shalom (proche des Tours Azrieli), et Tel Aviv Ha-Haganah (près de la gare routière de Tel Aviv). Cette ligne est utilisée par environ un million de passagers par mois. Les trains ne circulent pas le vendredi soir et le samedi ainsi que les jours fériés.

Par ailleurs, la ville serait selon un projet reliée dans la prochaine décennie à Eilat, dans le sud du pays, par une ligne à grande vitesse.

VélosModifier

La municipalité a développé un système de vélos en libre service, similaire à ceux de villes comme Lyon, Montréal ou encore Paris. Ce système appelé Tel-O-Fun est ouvert depuis avril 2011. Il compte 80 stations et 750 vélos[46].

AéroportModifier

L'aéroport international David-Ben-Gourion (code TLV) se situe à 20 kilomètres environ au sud-est du centre-ville, près de la ville de Lod, à proximité de l'autoroute 1 sur la route de Jérusalem. L'aéroport Ben Gourion est de loin le premier aéroport d'Israël par la fréquentation (plus de 12 millions de passagers en 2010).

Les vols intérieurs se font généralement à partir de l'aéroport Sdé Dov, situé au nord de la Tel Aviv. Toutefois, cet aéroport laissera place à un important complexe immobilier et les vols intérieurs seront transférés à l’aéroport Ben Gourion.

MétroModifier

La première ligne du métro de Tel Aviv surnommée Red Line est en construction.

Elle permettra d'améliorer les transports publics de la ville. Elle parcourra les secteurs les plus denses de la région métropolitaine et servira un nombre de passagers importants comparé aux futures lignes qui devraient être construites dans le cadre du réseau de transport NTA.

Cette ligne fera environ 23 km, dont 10 km parcourus en tunnel, de Manshia / Neve Tzedek à Tel Aviv à au-delà de l'Échange de Geha, un mixte entre tramway et métro. La ligne inclura 33 arrêts, 23 arrêts en surface et 10 stations en sous-sol. La distance entre les arrêts en surface sera d’environ 500 mètres et celle entre chaque station souterraine environ un kilomètre. D’après les pronostics faits durant l’étude du projet, 100 à 120 millions de passagers par an utiliseront la ligne rouge d’ici à 2020. Le métro reliera le cœur de Tel Aviv à Bat Yam (sud de Tel Aviv), Petah Tikva, Ramat-Gan et Bne-Brak. La seule station existante est construite dans la Tour Méir Shalom depuis 1967[47].

ÉconomieModifier

 
Le centre commercial Dizengoff.

Tel Aviv est une ville touristique importante célèbre pour ses grandes plages de sable fin et ses hôtels sur la promenade. Elle est renommée sur le plan culturel (troupes de danse et orchestres célèbres) ainsi que par son ambiance orientale, méditerranéenne et occidentale.

La métropole de Tel Aviv est un pôle économique dynamique en plein essor depuis 1990. Depuis 1948, Tel Aviv est devenue le centre économique et financier d'Israël ainsi que le siège de la bourse de Tel-Aviv qui pesait en 2008 240 milliards de dollars (environ 30e au classement) avant de redescendre à 140 milliards environ. La bourse du diamant est quant à elle située dans la ville de Ramat Gan (banlieue est de Tel Aviv). Cette industrie est toutefois en net recul depuis quelques années, les produits pharmaceutiques et technologiques ayant supplanté la production de diamants polis, autrefois première industrie nationale.

40 % des emplois en finance et 25 % de l'emploi dans les services sont concentrés dans la ville, siège des deux plus grandes banques du pays : les banques Leumi et Hapoalim.

La ville accueille de nombreuses sociétés de haute technologie. En 1998, Newsweek la classe parmi les 10 villes les plus « technologiquement influentes » au monde. Sa croissance s'est poursuivie depuis grâce à la forte immigration de scientifiques en provenance de Russie après la chute de l'URSS. Tel Aviv est le centre de la Silicon Wadi, forte concentration de starts-up. Hertzliya banlieue nord de la ville est une des principales villes dans ce domaine en Israël. De très nombreuses entreprises possèdent des centres de développement et de recherche à proximité.

Le PIB/habitant de Tel Aviv est de 20 % supérieur à la moyenne nationale israélienne (qui se situait à 28 500 dollars en 2008 selon le FMI). Elle concentre 15 % de l'emploi et 17 % du PIB israélien (estimé à 201 milliards de dollars en 2008 par CIA.gov)

Tel Aviv est aussi le centre commercial d'Israël. Les tours Hayarkon comptent de nombreux magasins et entreprises.

La ville de Tel Aviv bien que n'ayant pas une tradition industrielle est un centre chimique, et quelques usines textiles et agro-alimentaires sont encore présentes en particulier dans les quartiers sud-est de la ville selon The Economist.

9 des 15 milliardaires israéliens habitent Tel Aviv, selon Forbes magazine, Tel Aviv est un important centre scientifique et un pôle de recherche dû à l'essor de l'université de Tel Aviv[48],[49].

Selon une étude de Mercer Human resource Consulting, le coût de la vie est très élevé à Tel Aviv. La ville a été nommée « la ville la plus chère au Proche et Moyen-Orient » et elle se situe au 14e rang mondial juste derrière Singapour. New York est 22e selon ce même classement.

En 2008, the Globalization and World Cities Study Group and Network (GaWC) situé à Université de Loughborough a publié un classement des villes mondiales en fonction du niveau des services et de la production. Tel Aviv est classé beta+ world city.

DémographieModifier

Population de Tel Aviv
1920 2 000
1925 34 000
1937 150 000
1939 160 000
1948 200 000
1960 390 000
1989 317 000
2009 392 500
2019 460 600

La population totale de la ville est de 460 600 habitants au 31 décembre 2019 dont environ 90 % de Juifs[50]. La densité de Tel Aviv est l'une des plus fortes du pays avec 8 900 habitants par km² selon le Bureau central des statistiques israélien. La superficie de Tel Aviv correspond à la moitié de celle de Paris soit environ 52 km².

La ville de Tel Aviv connaît un regain de croissance sur le plan démographique ces dernières années bien que son taux de croissance (0,9 %) reste bien inférieur à la moyenne nationale (2 %/an). La ville avait atteint 390 000 habitants dans les années 1960 avant de redescendre à 317 000 habitants au plus bas fin des années 1980 dues aux fortes hausses des loyers ce qui a eu pour conséquence de pousser la classe moyenne à émigrer en banlieue.

La moyenne d'âge (34 ans) est sensiblement plus élevée que dans le reste du pays mais reste malgré tout très basse si on la compare au niveau européens ou américains. Les plus de 65 ans atteignent, quant à eux, 14,6 % de la population générale contre 19,6 % en 1980.

La population asiatique (en particulier de Thaïlande, de Chine et des Philippines) est en plein essor[réf. nécessaire]. Cette population est estimée à environ 50 000 personnes.

La population arabe-israélienne constitue 4,2 % de la population de la ville (26 % à Yafo) : on compte 17 000 musulmans et environ 2000 chrétiens.

Selon la municipalité de Tel Aviv, le revenu moyen est supérieur de 20 % à la moyenne nationale ce qui la situerait aux alentours de 37 000 dollars par habitant en 2008. Le chômage était de 6,9 % avant la crise. Le niveau d'éducation est plus élevé que la moyenne nationale.

Si le taux de croissance de l'agglomération de Tel Aviv se poursuit, on peut estimer que la population totale de la métropole dépassera les 4 millions d'habitants en 2025[réf. nécessaire].

ReligionModifier

 
La Grande synagogue de Tel Aviv dans les années 1930.
 
Église Saint Pierre.

Bien que Tel Aviv ait une réputation de ville particulièrement libérale et très laïque, elle reste un centre religieux important : la ville compte 544 synagogues. De nombreuses synagogues sont en rénovation et remises en service par la population soucieuse de conserver son histoire.

La Grande synagogue de Tel Aviv (construite dans les années 1930) est un monument historique et un des symboles les plus connus de la ville[51].

La Mosquée Hassan Bek (construite fin 1916), qui se situe près de Jaffa sur la promenade de la plage, est aussi un monument de la ville et sert la communauté musulmane (1,7 %) en plein essor lors de ces 10 dernières années due à une forte immigration du district Nord du pays.

De nombreuses églises ont été construites récemment pour satisfaire la croissance de la communauté chrétienne de la ville (estimée à environ 1 %) principalement dues aux nombreux travailleurs étrangers et aux ambassades.

EnvironnementModifier

Le gouvernement lance la chasse aux pollueurs et bannit les vieilles voitures diesel et les poids lourds de Tel Aviv dès le début 2008. Le gouvernement a pris de nombreuses mesures pour lutter efficacement contre la pollution de l’air dans les grandes villes et pour limiter l’émission de gaz à effet de serre. Les véhicules diesel de plus de 5 ans ne pourront plus entrer dans le centre de Tel Aviv à moins qu’ils soient dotés de moyens importants pour réduire leurs émissions de gaz. Les conducteurs de poids lourds ne pourront plus utiliser les artères des grandes villes en période de pointe (sauf s’ils transportent des passagers). Le gouvernement cherche à se séparer des vieux véhicules polluants et à les remplacer par de nouveaux plus efficaces en termes de consommation de carburants et plus écologiques, en offrant des compensations financières aux propriétaires. Le gouvernement devrait aussi fortement encourager les Israéliens à prendre les transports en commun pour se rendre à leur travail. Les Israéliens devraient également bientôt voir des incitations financières fortes pour utiliser les énergies alternatives, en particulier l’énergie solaire.

La municipalité de Tel Aviv a lancé une étude pour déterminer le coût de remplacement de tous les taxis de la ville par des véhicules hybrides. L’objectif est de réduire la pollution atmosphérique de 50 % d’ici 2014. Tel Aviv devrait donc bientôt exiger que tous les taxis de la ville soient des véhicules à motorisation hybride. Les propriétaires de taxis devraient bénéficier de subventions et d’autres incitations. La flotte de taxis se compose d’environ 4000 à 5000 véhicules. D’autres pistes pour réduire la pollution sont à l’étude.

La municipalité de Tel Aviv s’implique dans le projet de voitures électriques, le projet Better Place de Shai Agassi. Elle devrait très prochainement commencer à installer des bornes de rechargement dans toute la ville. En 2009, la ville devrait en compter plus de 150.

SportsModifier

 
Les fans du Maccabi Tel Aviv à la Menora Mivtachim Arena.

Le basket-ball est le sport le plus populaire de la ville. Le Maccabi Tel Aviv est l'une des équipes de basket-ball les plus décorées de l'histoire derrière CSKA Moscou et le Panathinaikos dans le championnat européen. Le Maccabi a remporté 6 fois l'Euroleague et a atteint de très nombreuses fois le final four européen. Le Maccabi a remporté également 48 fois le championnat national israélien. Sa popularité est désormais internationale. Ses matchs en Euroleague sont très suivis par les Israéliens.

En football, le Maccabi Tel Aviv FC a remporté de nombreuses fois le championnat national israélien et a participé à des coupes de l'UEFA ces dernières années.

L'autre club de la ville, l'Hapoël Tel-Aviv, a participé en 2010 à la Ligue des champions mais a été éliminé au premier tour.

Tel Aviv compte 2 clubs d'aviron au nord de la ville situés sur les bords de la rivière Yarkon.

Le marathon de Tel Aviv se tient chaque année depuis 2009 au printemps. Cette compétition attire environ 18,000 participants chaque année[52].

ÉducationModifier

 
Un des bâtiments de l'université de Tel Aviv.

L'université de Tel Aviv et l'université de Bar-Ilan sont les deux principales universités de la ville et de son agglomération.

L'université de Tel Aviv est internationalement reconnue pour son département physique et informatiques en particulier. Bar-Ilan est réputé pour le droit. Lors d'un classement récent, l'université de Tel Aviv apparait 114e meilleure université mondiale en baisse par rapport à l'année précédente.

Elles comptent, toutes les deux réunies, plus de 50 000 étudiants (2006)[53].

AttentatsModifier

 
Memorial des 21 victimes de l'attentat de la discothèque Dolphinarium.
 
Contrôle de sécurité à l'entrée du centre commercial Dizengoff.

Principale métropole israélienne, Tel Aviv a de nombreuses fois été la cible d'attaques liées au conflit israélo-palestinien.

  • 4 septembre 1968 : 1 personne est tuée et 71 sont blessées par l’explosion de trois bombes dans le centre-ville.
  • 30 mai 1972 : 3 membres de l'Armée rouge japonaise, sous la directive du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), prennent d'assaut l'aéroport de Lod (désormais aéroport international David-Ben-Gourion). Quatre-vingts personnes seront blessées et 26 tuées. Seul un des membres de l'ARJ en sortira vivant et sera condamné à la prison à vie.
  • 5 mars 1975 : des terroristes palestiniens s’emparent de l'hôtel Savoy (en), 4 personnes sont tuées.
  • 6 juillet 1989 : 14 personnes sont tuées lorsqu’un terroriste précipite un autobus dans un ravin sur l’autoroute Jérusalem-Tel Aviv.
  • 19 octobre 1994 : 21 Israéliens et 1 ressortissant néerlandais tués, 47 blessés dans un attentat kamikaze perpétré contre un autobus de la ligne no 5.
  • 24 juillet 1995 : un attentat suicide d’un membre du Hamas contre un bus tue six Israéliens et en blesse 28 dans la banlieue de Tel Aviv.
  • 4 mars 1996 : un terroriste fait exploser sa bombe de 20 kg, bourrée de clous, devant le Centre commercial Dizengoff pendant les festivités de Pourim. Treize personnes sont tuées et 130 blessées dont une majorité sont des enfants déguisés pour la fête.
  • 21 mars 1997 : 3 personnes tuées et 48 autres sont blessées lors d’un attentat-suicide perpétré sur la terrasse d’un café.
  • 27 août 1998 : 14 blessés par une bombe placée dans une benne à ordures.
  • 1er juin 2001 : 21 jeunes sont tués et 120 sont blessés par un terroriste qui se fait exploser à l’entrée de la discothèque Dolphinarium, devant la promenade de front de mer.
  • 23 mai 2002 : des terroristes utilisent une commande à distance pour faire exploser une bombe déposée sous un camion-citerne au dépôt de Pi Glilot au nord de Tel Aviv, dans le but de déclencher un gigantesque attentat mais cet attentat sera évité, car le feu ne se propage pas aux réservoirs de carburant voisins. Le camion prend feu, mais l’incendie est rapidement maîtrisé. Aucun blessé.
  • 17 juillet 2002 : 5 personnes sont tuées et 40 blessées dans un double attentat-suicide perpétré rue Névé Shaanan, près de l’ancienne gare routière.
  • 19 septembre 2002 : 6 personnes sont tuées et 70 autres sont blessées lorsqu’un terroriste fait exploser une bombe rue Allenby dans un autobus de la ligne no 4 de la compagnie Dan.
  • 5 janvier 2003 : 22 personnes sont tuées et 120 blessées dans un double attentat-suicide perpétré près de l’ancienne gare routière.
  • 30 avril 2003 : une explosion dans le pub "Mike's Place" sur la promenade de Tel Aviv fait 3 morts et 60 blessés. L’attentat a été revendiqué par le Hamas.
  • 11 juillet 2004 : une jeune femme est tuée et 33 autres personnes blessées dans une explosion à un arrêt d’autobus. Les Brigades el-Aqsa du Fatah revendiquent la responsabilité de cet attentat.
  • 1er novembre 2004 : attentat-suicide au marché en plein-air Shouk Hacarmel, trois Israéliens sont tués et plus de 30 sont blessés. Le kamikaze âgé de 16 ans originaire de Naplouse a actionné sa charge à 11h00, heure de grande affluence. L'attentat a été revendiqué par le FPLP.
  • 25 février 2005 : un membre de Jihad Islamique s’est fait exploser devant la discothèque « Stage Club », sur le front de mer de Tel Aviv moins de 24 heures après la formation du gouvernement palestinien. Ce vendredi soir, un anniversaire y était organisé pour Yaron et ses amis étaient venus des 4 coins d’Israël. 5 personnes sont mortes et 49 ont été blessées. L’attentat a été revendiqué par le Jihad islamique.
  • 19 janvier 2006 : attentat suicide près de l’ancienne station d’autobus blessant 32 personnes.
  • 17 avril 2006 : un kamikaze membre du Jihad islamique se fait exploser dans un snack bondé situé à proximité du quartier de Neve Shaanan en pleine célébration des fêtes de Pessah. Neuf personnes sont tuées et 68 sont blessées.
  • 15 novembre 2012 : 3 roquettes tombent à proximité de la ville sans faire de blessé. Les sirènes ont retenti pendant 2 minutes. Cette attaque a été revendiquée par le Jihad Islamique en provenance de Gaza.
  • 21 novembre 2012 : une explosion dans un bus en face du ministère de la défense fait 28 blessés, dont trois graves. L'attentat, perpétré durant l'opération Pilier de défense, a été imputé au Hamas.
  • 1er janvier 2016 : un homme tire sur une terrasse de bar et tue 2 personnes.
  • 8 juin 2016 : 2 hommes tirent sur la population faisant 4 morts et 7 blessés.

Galerie d'imagesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

PanoramaModifier

 
Tel Aviv en 2018.
 
Tel Aviv en 2006.
 
Tel Aviv depuis City Gate Ramat Gan en 2010.

JumelagesModifier

Tel Aviv Jaffa est jumelée avec les 10 villes suivantes[54]

Elle a par ailleurs conclu différents accords de partenariats, de coopération ou d'amitié avec les villes et entités suivantes :

Notes et référencesModifier

  1. http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/no_106_janv-mars_2009_cle446315.pdf
  2. (en) Population de la métropole du Gush Dan (Tel Aviv et ses environs)
  3. Recommandation concernant les noms d'États, d'habitants, de capitales, de sièges diplomatiques ou consulaires (liste établie par le ministère des Affaires étrangères et européennes) (lire en ligne)
  4. Actes des Apôtres, IX, 41
  5. « Dorcas » in André-Marie Gerard, Dictionnaire de la Bible, Paris, Robert Laffont, 1989 (ISBN 2-221-05760-0), p. 281.
  6. (en) « Tabitha » in Leslie Ross, Médiéval Art: A Topical Dictionary, Westport (Connecticut) et Londres, Greenwood Publishing Group, 1996
  7. a b c d e et f Aurélie Darbouret, « Tel-Aviv, sur les traces du Bauhaus », Le Figaro Magazine, semaine du 12 janvier 2018, pages 70-79.
  8. (en) Histoire de Tel Aviv.
  9. Henry Laurens (2005), p.86
  10. Ce qui est parfois « oublié » sur certaines cartes du Plan de partage de 1947
  11. Yoav Gelber (2006), p.51
  12. Yoav Gelber (2006), p.80
  13. Yoav Gelber (2006), p. 94
  14. Yoav Gelber (2006), p.111
  15. Henry Laurens, Paix et guerre au Moyen-Orient, Armand Colin, Paris, 2005, pp.85-86.
  16. « Averages and Records for Tel Aviv », Israel Meteorological Service (consulté le ) (Precipitation, Temperature and Records [Excluding February and May] written in the page)
  17. « Records Data for Israel », Israel Meteorological Service (consulté le ) Data used only for February and May)
  18. (en) La mode en Israël.
  19. Ben-Gurion House.
  20. A VISITER - La maison de Ben Gourion, lepetitjournal.com, 27 septembre 2015.
  21. Musée-maison de Ben Gourion.
  22. Tel-Aviv et Jaffa, site Tangka.
  23. Musée Haganah, site Profiter d'Israël.
  24. ETZEL Museum ou Musée de l'Irgoun, lepetitjournal.com.
  25. Un cadavre découvert sur le site de recyclage de Hiriya, Times of Israel, 1er janvier 2018.
  26. Jacob Ryan, Turning Trash into Treasure: Massive Trash Site 'Hiriya' Turns Into Israel's Largest Eco-Park, NoCamels, 19 février 2015.
  27. (he) Site de l'équipe de basket des Maccabis.
  28. Israël et Palestine, Le Routard, 2020-2021, p. 129.
  29. Pavillon Helena-Rubinstein, lonelyplanet.fr.
  30. Tel Aviv, une ville riche en musées, visit-tel-aviv.com.
  31. (en) Fodor's Essential Israel, Fodor's Travel, 2017, 528 p., n. p.
  32. L'avis du Petit Futé sur le musée de Llana Goor, site du Petit Fûté.
  33. (en) Architecture de Tel Aviv de 1909 à 2009.
  34. (en) Amir Guttfreund, The World a Moment Later, Toby Press, 2008, p. 495 : « Alexander Levy, Designer of the Pagoda House in Tel Aviv. »
  35. (en) UPNE, Young Tel Aviv : A Tale of Two Cities, Anat Helman, 2010, 213 p. : « The Pagoda House was not a direct copy of a Far Eastern Pagoda but rather was built in imitation of an American Café. » (p. 13).
  36. (en) George Melrod et al., Israel: Including the West Bank and Gaza Strip, APA Publications, 1993, 369 p., p. 150.
  37. (en) Tel Aviv Architecture, Tourist Israel. The Guide.
  38. (en) Noam Dvir, Red House, Red Flag?, Haaretz, 20 May 2010.
  39. (en) BarOr, « 43 Nahmani Street, Tel Aviv-Jaffa – Lodzia House », amnon-baror.co.il/? (consulté le ).
  40. (en) Gili Merin, Transforming A Masterpiece: The Asia House, Telavivian, 24 septembre 2015.
  41. Gloria Deutsch, « The Crazy House », sur The Jerusalem Post, (consulté le ).
  42. (en) Le festival du film international gay.
  43. (en) La gay pride de Tel Aviv.
  44. Jean Stern, interviewé par Mathias Chaillot, « Comment Israël a utilisé le "pink washing" pour attirer les gays et changer son image », neonmag.fr, 26 octobre 2017.
  45. (en) en:Tel Aviv Central Bus Station
  46. (en) Tel-O-fun
  47. (en) en:Tel Aviv Light Rail
  48. (en) « The World's Billionaires », Forbes,‎ (lire en ligne, consulté le )
  49. (en) Boaz Bin-Nun, « Israel's 40 Richest », Forbes, (consulté le )
  50. Population and Density per Sq. Km. in Localities Numbering 5,000 Residents and More on 31.12.2019
  51. (en) Udi Michelson, « The Jewish underground of Tel Aviv », Ynetnews,‎ (lire en ligne, consulté le )
  52. Site du Marathon de Tel Aviv : http://www.tlvmarathon.co.il/Default.aspx?l=fr
  53. http://www.topuniversities.com/university-rankings/world-university-rankings/2009/results
  54. Page Partenariat de l'agglomération

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Catherine Weill-Rochant, le travail de Patrick Geddes à Tel-Aviv, un plan d'ombres et de lumières, Éditions universitaires européennes, 2010 (693 p., plans historiques, photos, figures)
  • Catherine Weill-Rochant, L'Atlas de Tel Aviv, CNRS Éditions, 2008 (plans historiques, photos, figures)
  • Yaacov Shavit, Tel Aviv : naissance d'une ville, 1909-1936, traduit de l'hébreu par Esther Ifrah, « Présence du judaïsme », Albin Michel, 2004.
  • Nitza Szmuk-Mezger, Des Maisons sur le sable : Tel Aviv, mouvement moderne et esprit Bahaus, édition bilingue anglais/français, traduit de l'hébreu par Vera Lasry et Vivianne Barsky, Éditions de l’Éclat, 2004 (550 photos et plans)
  • Collectif, Guide de la ville Tel-Aviv, préface de Gal Uchovsky, traduit de l'anglais par Chantal Osterreicher, Crossfield Éditeur, 2011.
  • Jean Stern, Mirage gay à Tel Aviv, Editions Libertalia, 2017

Articles connexesModifier

Liens externesModifier