Stade Robert-Bobin

stade de Bondoufle

Le stade Robert-Bobin est un stade omnisports situé dans la commune de Bondoufle au croisement de la Francilienne et de l'A6, limitrophe d'Évry, dans le département de l'Essonne. Le stade porte le nom de Robert Bobin, ancien athlète international français, directeur technique national, puis président de la FFA. Il accueille les matchs du FC Fleury 91, club de National 2, et du Paris FC, club de D1 féminine.

Stade Robert-Bobin
Image dans Infobox.
Généralités
Adresse
Rue du Stade
91070 Bondoufle
Construction et ouverture
Construction
1993
Ouverture
1994
Architecte
Didier Drummond
Coût de construction
111,5 millions FRF[1]
Utilisation
Clubs résidents
Propriétaire
Équipement
Surface
Pelouse naturelle
Capacité
18 850 places[3] (expansible à 21 500)
Affluence record
18 500 (PSG-Juventus, )
Dimensions
117 m × 73 m
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Île-de-France
voir sur la carte d’Île-de-France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de l’Essonne
voir sur la carte de l’Essonne
Red pog.svg

Le stade, comprenant une piste d'athlétisme, un terrain de football et de rugby, est le sixième plus grand stade d'Île-de-France après le Stade de France à Saint-Denis, le Parc des Princes à Paris, la Paris La Défense Arena à Nanterre, le Stade Charléty et le Stade Jean-Bouin, tous les deux à Paris.

HistoriqueModifier

Construit en 1993 pour accueillir les épreuves d'athlétisme des Jeux de la Francophonie de 1994[4], le stade Robert-Bobin, du nom de l'athlète français spécialiste du triple saut, devenu ensuite dirigeant sportif, est doté alors d'une capacité de 18 850 places assises, dont 4 500 couvertes, pouvant se porter au total à 21 500 places[5].

Dans les années 90, le stade a accueilli plusieurs rencontres de football américain, avec le 26 juin 1994, la finale du Casque de Diamant (championnat de France de football américain D1), qui couronna les Sphinx (Argonautes défaits 28 - 22), ainsi que le 18 juin 1995, la finale du championnat de France de football américain D2 de 1995 qui opposait l'Iron Mask de Cannes aux Templiers d'Élancourt et qui vit la victoire des Cannois.

Mais le stade, qui était voué à accueillir de grandes compétitions et un grand club professionnel, est un échec, devenant une destination pour les écoles et le sport amateur[1]. Il accueille l'AS Évry pour la saison 1999-2000[5], ainsi que plusieurs rencontres d'athlétisme, de football (notamment des matchs amicaux de pré-saison du Paris SG), de rugby à XV, de football américain (lors des matchs importants de l'équipe des Corsaires d'Évry) et de tir à l’arc[6], mais souvent, sauf exception, sans grande affluence[7].

Parmi les rares réussites du stade figure, le , la réception par le PSG de la Juventus Turin dans un stade Robert-Bobin comble, environ 18 500 spectateurs présents, pour son dernier match de pré-saison. La Juve l'emporte 1-0 sur un but de Zalayeta[8]. Également, le , le FCF Juvisy accueille l'Olympique lyonnais à Robert-Bobin en demi-finale retour de Ligue des champions féminine[1],[9]. Devant 11 612 spectateurs, Lyon écrase les essonniennes 6 buts à 1[10]. Et le , le stade accueille le match ESA Linas-Montlhery - Paris Saint-Germain en 32e de finale de la Coupe de France de football, devant plus de 15 000 spectateurs (Le Paris Saint-Germain s'impose 0-6).

Depuis les années 2010, le stade accueille quelques clubs résidents notamment le FCF Juvisy Essonne[1], club de première division féminine, depuis la saison 2013-2014, ou encore le FC Fleury 91, club de National 2, depuis 2016.

Accueillant régulièrement des rencontres autour de seulement 500-1 000 spectateurs, le département de l'Essonne veut repositionner le stade Robert-Bobin. Ainsi, il doit devenir dans les années 2020 le « lieu du sport de l'Essonne » en étant possiblement un des équipements du « cluster Grand Paris Sport ». Le stade aura ainsi pour vocation à accueillir plusieurs disciplines, de grands événements, mais aussi les fédérations sportives pour leurs activités quotidiennes[4].

Rencontres accueilliesModifier

Le stade Robert-Bobin voit la victoire en 16e de finale de la Coupe de France 2006 du Calais RUFC face à Sainte-Geneviève Sports 1-0.

Il a accueilli la finale du Challenge de France féminin 2009-2010 entre le PSG et Montpellier (victoire 5-0 des franciliennes), devant 4 200 spectateurs[11].

Lors de la saison 2010-2011, le Juvisy FCF y joue ses matches à domicile. Le , le stade accueille les championnats de France interclubs d'athlétisme qui voient la victoire de l'Entente Franconville Césame Val-d'Oise devant le Club athlétique de Montreuil 93.

Le Football Club Fleury 91 y accueille le Stade brestois 29 en 32e de finale de la Coupe de France de football 2016-2017[12].

Le , il a accueilli la rencontre entre le Linas-Montlhey E.S.A et le Paris Saint-Germain dans le cadre des 32èmes de finale de la Coupe de France. Le Paris Saint-Germain s'y impose sur le score de 0-6, avec notamment un doublé de l'attaquant uruguayen Edinson Cavani.

Matchs internationauxModifier

Le , l'équipe de Côte d'Ivoire y affronte la Slovénie en match de préparation à la Coupe du monde en Allemagne. Les Ivoiriens s'imposent 3-0.

Le a eu lieu le match amical Tunisie - Côte d'Ivoire, la Tunisie gagna 2-0 à l'issue d'un match assez équilibré entre les deux protagonistes[13].

Le , le stade a également accueilli un match amical préparatoire au second tour des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations de football et du Mondial 2010, entre le Cameroun et la Guinée[14]

Le , l'équipe de France féminine de football accueille à Bondoufle la République Tchèque[1]. Match qui se solde d'une victoire française 2-0 devant 5 178 spectateurs[15].

Le , le stade Robert-Bobin accueille un match amical entre l'équipe de France espoirs de football et l'Angleterre[16].

RéférencesModifier

  1. a b c d et e Oicem Saidoun, « A Bondoufle, ce stade méconnu attend les Bleues… », sur Foot d'elles, (consulté le )
  2. « Le FCF Juvisy continu sa professionnalisation - lessonnien, l'info en Essonne », sur lessonnien, (consulté le ).
  3. « Stade Robert-Bobin », sur sigr.iau-idf.fr (consulté le ).
  4. a et b Gérald Moruzzi et Cécile Chevallier, « Héritage des Jeux de la francophonie en Essonne : quel avenir pour le stade Bobin ? », sur Le Parisien.fr, (consulté le )
  5. a et b « Le stade de Bondoufle attend toujours son heure », sur Le Parisien.fr, (consulté le )
  6. Le stade omnisports Robert Bobin de Bondoufle, conseil général de l'Essonne
  7. « Les équipements démesurés des Jeux de la francophonie », sur Le Parisien.fr, (consulté le )
  8. « le match du jour, 24 juillet 2004 : PSG-Juventus, Paris face à sa bête noire... », sur Paris.canal-historique, (consulté le )
  9. Julien Duez, « Mais qui es-tu le stade Robert-Bobin de Bondoufle ? », sur So Foot, (consulté le )
  10. « Ligue des Champions 2012-2013 - Demi finales - Juvisy-Lyon 1-6 », sur statsfootofeminin.fr (consulté le )
  11. « Challenge de France 2009-2010 - Finale », sur statsfootofeminin.fr (consulté le )
  12. « Coupe de France. Fleury - Brest le dimanche 8 janvier », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. allAfrica.com: Côte d'Ivoire/Tunisie: Match amical - 6 défections chez les éléphants
  14. Journal Du Cameroun.com: CAN/ Mondial 2010: Le Cameroun affronte la Guinée Conakry en match amical
  15. « Equipe de France A - France-République Tchèque 2-0 », sur statsfootofeminin.fr (consulté le )
  16. « Les espoirs du football français affrontent l’Angleterre à Bondoufle », sur Le Parisien.fr, (consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :