Robert Antelme

Robert Antelme est un poète, écrivain et résistant français, né le à Sartène et mort le à Paris.

Pour les articles homonymes, voir Antelme.

Déporté aux camps de Buchenwald et de Dachau, il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont un livre de référence sur les camps de concentration : L'Espèce humaine, paru en 1947 aux éditions de la Cité Universelle.

Biographie

Démobilisé, Robert Antelme épouse le Marguerite Duras, qui travaille alors pour une maison d'édition. Il obtient un poste à la Préfecture de police de Paris. Leur premier enfant, un garçon, meurt à la naissance, en 1942. La même année Marguerite Duras fait la connaissance de Dionys Mascolo qui devient son amant.

Formulaire d'enregistrement de Robert Antelme en tant que prisonnier au camp de concentration nazi de Buchenwald

Pendant l'Occupation, Marguerite Duras et Robert Antelme collaborent à des organismes pétainistes [réf. nécessaire] mais, aidant la Résistance, Robert Antelme est arrêté le et envoyé à Buchenwald par le convoi n°79[1], dernier en partance du camp de Royallieu (Frontstalag 122) à Compiègne le . Puis il est conduit à Bad Gandersheim, un petit kommando dépendant de Buchenwald, où il est logé dans une ancienne église désaffectée, à proximité d'une usine.

À la fin de la guerre, en , François Mitterrand retrouve Robert Antelme dans le camp de Dachau, épuisé et miné par des mois de détention dans des conditions très dures (il souffrait du typhus), et organise son retour à Paris. Marguerite Duras a tiré de cette époque hors norme un récit intitulé La Douleur.

Robert Antelme a publié sur les camps un livre de grande portée, L'Espèce humaine, en 1947. Le livre est dédié à Marie Louise, sa sœur morte en déportation. Robert Antelme y montre des déportés qui conservent leur conscience face aux « pires cruautés humaines ». Les hommes qu'il décrit, réduits à l'état de "mangeurs d'épluchures", vivent dans le besoin obsédant mais aussi dans la conscience de vivre.

Robert Antelme fonde, en 1945, avec Marguerite Duras, les éditions de la Cité Universelle. Le couple divorçe en 1947, mais ils travaillent encore ensemble, comme en 1959 où, à la demande de Raymond Rouleau, il adapte, avec Marguerite Duras, Les papiers d'Aspern, pièce de Michael Redgrave, d'après une nouvelle de Henry James. Après la guerre, il continue donc un travail discret dans les milieux littéraires, collabore aux Temps modernes et milite au Parti communiste français, dont il est exclu en 1956, après la répression par les troupes du pacte de Varsovie de l'insurrection de Budapest. Pendant la guerre d'Algérie, Robert Antelme est signataire du Manifeste des 121. Marguerite Duras a subi elle la chasse aux intellectuels dissidents dès le début 1950, à son retour en France après la guerre d'Indochine. Le Comité central du PCF est informé qu'elle aurait, lors d'une soirée en compagnie d'autres écrivains, formulé de nombreuses critiques à l'égard de Louis Aragon, avec des « inconvenances envers certains membres du Parti et une ironie trop appuyée »[2]. Le , elle reçoit une lettre qui lui signifie son exclusion pour fréquentation de trotskistes et de boîtes de nuit[3].

Immobilisé à partir de 1983 par un accident cérébral-vasculaire, Robert Antelme meurt le dans le 7e arrondissement de Paris[4]. Il est inhumé au cimetière Montparnasse (4e division).

En 1996, Gallimard publie une soixantaine de pages, inédites ou presque, dont Pauvre - Prolétaire - Déporté, Vengeance ?, On m'a volé mon pain, et plus de deux cents pages d'essais et de témoignages d'une trentaine d'écrivains.

Citations

  • L'homme n'est rien d'autre qu'une résistance absolue, inentamable, à l'anéantissement.
  • Il n'y a pas de différence de nature entre le régime "normal" d'exploitation de l'homme et celui des camps. Le camp est simplement l'image nette de l'enfer plus ou moins voilé dans lequel vivent encore tant de peuples.
  • Il n'y a pas des espèces humaines, il y a une espèce humaine.[5]

Œuvres

  • L'Espèce humaine, La cité universelle, 1947; réédition Gallimard, Collection blanche en 1957, puis Tel, 1999.
  • Textes inédits sur L'espèce humaine. Essais et témoignages, Gallimard, Blanche, 1996.
  • Vengeance ?, Farrago, 2005.
  • Vengeance ?, nouvelle édition avec une postface de Jean-Luc Nancy, collection « Le Bel Aujourd'hui », Éditions Hermann, 2010.

Hommages

Il existe depuis le une place Robert-Antelme, dans le 13e arrondissement de Paris.

Notes et références

  1. « Transport parti de Compiègne le 17 août 1944 (I.265.) », sur bddm.org (consulté le 31 juillet 2018).
  2. Laure Adler, Marguerite Duras, Paris, Gallimard, 1998, p. 268-276.
  3. "Un siècle d'histoire culturelle en France: de 1914 à nos jours " par Françoise Taliano-des Garets, Editions Armand Colin, 2019
  4. « Fichier INSEE des décès », sur deces.matchid.io (consulté le 3 janvier 2021).
  5. Robert Antelme, L'Espèce humaine, Gallimard,

Voir aussi

Bibliographie

  • Marguerite Duras, La Douleur, POL, Paris, 1985.
  • Dionys Mascolo, Autour d'un effort de mémoire. Sur une lettre de Robert Antelme, Maurice Nadeau, Paris, 1987.
  • Martin Crowley, Robert Antelme, l'humanité irréductible, Éditions Léo Scheer, 2004
  • Georges Perec, "Robert Antelme ou la vérité de la littérature", dans L.G., une aventure des années soixante, Seuil, 1992
  • Maurice Blanchot, L'Entretien infini, Gallimard, 1969
  • Michel Onfray, "Politique du rebelle" dans chapitre I De la Genèse , Livre de poche, 1999
  • Lucie Bertrand, Vers une poétique de L'espèce humaine de Robert Antelme, Editions de l'Harmattan, 2005

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la Seconde Guerre mondiale
  • Portail de la Résistance française
  • Portail du nazisme
  • Portail de la littérature française
  • Portail de la poésie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Partage dans les Mêmes. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.