Pierre Daum

écrivain et journaliste français
Pierre Daum
Image illustrative de l’article Pierre Daum
Pierre Daum en 2009

Naissance (54 ans)
Thionville, Moselle
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Journaliste
Autres activités Essayiste
Médias
Presse écrite Libération (1999-2007)
Le Monde diplomatique (depuis 1996)

Pierre Daum, né le à Thionville, en Moselle, est un journaliste français, auteur d’enquêtes sur le passé colonial de la France[1].

BiographieModifier

Pierre Daum est diplômé de l’université de Metz (aujourd’hui université de Lorraine). Son mémoire de DEA porte sur la stylistique proustienne[2]. Après une année à l’Éducation nationale comme enseignant de français, il s’installe en Autriche en 1994, et commence à écrire des articles pour des journaux français (Le Monde, L’Express, etc.[3]).

En 1999, il devient le correspondant à Vienne du quotidien Libération. En 2004, depuis Montpellier, il devient correspondant de Libération pour le Languedoc-Roussillon, poste qu’il occupe jusqu’en 2007[3]. Il collabore depuis 1996 au Monde diplomatique[4].

Enquêtes sur le passé colonial de la FranceModifier

Les travailleurs indochinois de la Seconde Guerre mondialeModifier

En 2005, Pierre Daum découvre l’histoire des 20 000 paysans vietnamiens recrutés en 1939, la plupart de force, afin de servir comme ouvriers dans les usines d’armement de la métropole[5],[6]. Parqués dans des camps d’internement du Sud de la France, ces « travailleurs indochinois » sont finalement utilisés dans tous les secteurs de l’économie française, sans jamais percevoir de salaire. Une partie d’entre eux sont à l’origine de la relance de la riziculture en Camargue[7]. La plupart de ces hommes seront rapatriés entre 1948 et 1952. Pendant quatre ans d’enquêtes, Pierre Daum a retrouvé une trentaine des derniers anciens travailleurs indochinois encore en vie, en France et au Viêt Nam, et a recueilli leurs témoignages.

En 2009, il publie sa première enquête historique, Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France (1939-1952), avec une préface de l’historien Gilles Manceron. Quatre ans plus tard, le livre est adapté au cinéma par le réalisateur franco-vietnamien Lam Lê dans le film Công Binh, la longue nuit indochinoise (2013). Traduit en vietnamien, le livre sort au Viêt Nam en 2014 aux éditions Tri Thuc[8]. En 2015, il participe au film documentaire d'Alain Lewkowicz, Riz amer (52 min), sur le rôle des travailleurs indochinois dans la relance de la riziculture en Camargue[9]. En 2017, il collabore comme conseiller historique au film d'Ysé Tran, Une histoire oubliée (52 min), qui retrace le parcours de centaines de travailleurs indochinois envoyés dans l'industrie lorraine au lendemain de la Seconde Guerre mondiale[10].

La même année, avec le dessinateur Clément Baloup, il publie aux éditions La Boite à bulles Les Linh Tho - Immigrés de force, une bande dessinée qui retrace l’enquête qu’il a menée sur l’histoire des travailleurs indochinois[11]. Dans sa préface, l’historien Benjamin Stora écrit : "Délaissant le suivi de simples chroniques familiales ou d’évocations strictement chronologiques, Pierre Daum et Clément Baloup proposent dans ce nouvel album une expérience sensorielle particulière, une déambulation entre l’Indochine d’hier et le Vietnam d’aujourd’hui. Entre une France oublieuse de son passé colonial, et les générations actuelles qui veulent savoir. Ils construisent une manière subtile de raconter et de montrer les relations entre passé et présent, mêlant brillamment les sensations provoquées par les dessins, et la démonstration de la rigueur historique"[12].

En 2019, il publie aux éditions Créaphis, avec la collaboration d’Ysé Tran, L’Empire, l’usine et l’amour, sur les travailleurs indochinois venus s’installer en Lorraine après 1945[13]. Pour Marie Poinsot, "cet ouvrage croise histoire coloniale et histoire de l’immigration en France dans une perspective très utile. On voit bien comment une séquence régionale s’inscrit dans les grands chantiers de la recherche historique actuelle sur les migrations coloniales et postcoloniales qui font débat en France"[14].

Les Pieds-noirs restés en AlgérieModifier

Pierre Daum travaille à partir de 2006-2007 sur les problématiques de décolonisation. Il réagit en particulier au documentaire de Gilles Perez[15], "Les Pieds-Noirs. Histoire d’une blessure", diffusé sur France 3 en novembre 2006, laissant entendre que ceux-ci ont été obligés de partir en raison du risque pour leur vie et celle de leurs enfants[16], ce qui « ne correspond que très partiellement à la réalité », selon l'historien Benjamin Stora[17]. Dans une enquête sur le terrain commencé dès janvier 2008[15], et publiée en mai dans Le Monde diplomatique[15], il réunit des témoignages illustrant les statistiques indiquant qu'environ 20% d'entre eux restent en Algérie[18],[15]. Selon ces statistiques, 200 000 étaient encore en Algérie en [19]. Les chiffres donnés par Pierre Daum en 2008 puis en 2012 émanent cependant de l'ambassade de France, en janvier 1963.

En 2012, Pierre Daum publie une nouvelle enquête, Ni valise ni cercueil, les Pieds-noirs restés en Algérie après l’indépendance[20], reprenant le titre de son article de 2008, montrant à nouveau que tous les Pieds-noirs n’ont pas quitté l’Algérie au moment de l’indépendance du pays, en 1962. Dans la préface du livre, l’historien Benjamin Stora souligne qu’« aucune étude approfondie n’avait jusqu’à présent été entreprise sur le sort des Européens et des Juifs restés en Algérie après 1962 », et que « le livre de Pierre Daum constitue dès lors une grande première »[21].

Dans un compte rendu publié sur son blog personnel, l’historien Guy Pervillé a estimé de son côté qu'une partie de ceux qui ne sont pas rentrés en France ont quitté l'Algérie pour d'autres pays et que Pierre Daum « confond le discours public officiel du FLN sur l’égalité des droits offerte à tous les habitants de l’Algérie quelle que soit leur origine avec la réalité du nationalisme arabo-musulman qui s’est imposée en 1962 »[22]. Guy Pervillé cite en particulier l'historien Daniel Lefeuvre, proche de lui sur ces questions, qui avait fait valoir qu'à l’été 1961, le Délégué général du gouvernement en Algérie, Jean Morin, avait « perdu ses illusions » car il constatait le « caractère xénophobe des manifestations musulmanes des 1er et 5 juillet 1961 », et signalait que les Français d’Algérie « ne croient plus en la parole du chef de l’Etat »[23].

Les « harkis » restés en AlgérieModifier

En 2015, Pierre Daum publie une nouvelle enquête, Le Dernier Tabou, les « harkis » restés en Algérie après l’indépendance[24]. Il y révèle que « la majorité des harkis, bien qu’ayant traversé une période effroyable après guerre, n’ont pas été victimes de massacres et ont continué, non sans difficultés évidemment, leur vie en Algérie[25] ». Ce livre est le résultat d’une longue enquête en Algérie, au cours de laquelle le journaliste a rencontré quarante-trois anciens supplétifs algériens de l’armée française (ceux qu’on appelle communément en France les harkis), mais aussi des anciens appelés et engagés algériens restés dans leur pays après l’indépendance[26]. L’historien François-Xavier Hautreux salue « la grande qualité de cet ouvrage, qui permet de faire entendre ces voix si longtemps tues[27] ».

En France, le livre est attaqué à sa sortie par certaines associations françaises de harkis et d’enfants de harkis[28], qui l’accusent notamment de « négationnisme des massacres [de harkis] de 1962[29] ». En , Pierre Daum est déprogrammé du Salon du livre de Mouans-Sartoux, dans les Alpes-Maritimes[30], ville qui a accueilli un camp de harkis en 1962. Une conférence de Pierre Daum prévue à Toulon en est également annulée[31].

En Algérie, l’ouvrage est qualifié de « livre-révélation » en une du quotidien francophone El Watan[32]. En 2015, des extraits du livre, traduits en arabe et comportant certains passages falsifiés, sont publiés sans autorisation par le journal arabophone El Hayat[33]. La sortie du livre à Alger, initialement prévue en , est brusquement annulée par l’éditeur algérien[34]. Finalement, le livre est publié en chez Koukou Éditions[35].

PublicationsModifier

  • Les Plaisirs et les Jours, de Marcel Proust : étude d'un recueil, Paris, Nizet, 1993 (ISBN 2-7078-1172-6)
  • Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France (1939-1952) , préface de Gilles Manceron, Arles, Actes Sud, 2009 (ISBN 978-2-7427-8222-2)
  • « Des Immigrés de force ou l’histoire des travailleurs indochinois en France et en Isère de 1939 à 1952 », in Des 4 coins de l’empire, Soldats et travailleurs coloniaux en Isère, 1914-1945, Grenoble, Musée de la Résistance et de la déportation, 2011 (ISBN 978-2-35567-052-7)
  • Ni valise ni cercueil, les Pieds-noirs restés en Algérie après l’indépendance, préface de Benjamin Stora, Arles, Actes Sud, 2012 (ISBN 978-2-330-00227-5)
  • « Et si on restait ? 1962 : quelles conditions pour les Européens et les Juifs qui voulaient rester », in Amar Mohand-Amer et Belkacem Benzenine, Le Maghreb et l’indépendance de l’Algérie, coédition CRASC (Oran) – IRMC (Tunis) – Karthala (Paris) 2012 (ISBN 978-2-8111-0756-7)
  • « L’engagement des travailleurs indochinois en France en faveur de l’indépendance du Viêt Nam (1943-1952) », in La Mobilisation des immigrés pour la décolonisation France, 1930-1970, Paris, Migrance N° 39, 1er semestre 2012, coordonné par Louisa Zanoun
  • « Les travailleurs indochinois de la Seconde Guerre mondiale », in Ève Duperray, Indochine de Provence, Le silence de la rizière, Arles, Actes Sud, 2012 (ISBN 978-2-330-01228-1)
  • « Une Mémoire qui ressurgit, Les travailleurs indochinois de la Seconde Guerre mondiale », in Hommes et migrations n°1305, Paris, Musée de l’Histoire de l’immigration, 2014 (ISBN 978-2-91904-026-1)
  • Le Dernier tabou, les "harkis" restés en Algérie après 1962, Arles, France, Actes Sud, 2015 (ISBN 978-2-330-03908-0)
  • Les Linh Tho, Immigrés de force, avec Clément Baloup, Paris, France, La Boîte à Bulles, 2017 (ISBN 978-2-84953-289-8)
  • L’Empire, l’usine et l’amour, « travailleurs indochinois » en France et Lorraine (1939-1952), avec Ysé Tran, Grâne, France, Créaphis éditions, 2019 (ISBN 978-2-35428-150-2)

Notes et référencesModifier

  1. Voir la notice d'autorité de la Bibliothèque nationale de France.
  2. Voir le catalogue de la BU de l’université de Lorraine.
  3. a et b Colette Augier, « Il mène des enquêtes au long cours », La Provence, 21 février 2013.
  4. Voir la Fiche auteur des éditions Actes Sud.
  5. Article de Nathalie Dubois, « Les indigènes oubliés », Libération (journal), 25 mai 2009.
  6. Article de Thomas Wieder, « Ces Indochinois enrôlés de force par l'administration française », Le Monde, 3 juillet 2009.
  7. Pierre Daum, «Quand la Camargue était vietnamienne», Géo Histoire, avril-mai 2013.
  8. Voir le site des éditions Tri Thuc.
  9. Voir la fiche du film.
  10. Voir la présentation du film sur le site de France 3 Lorraine.
  11. Voir la présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.
  12. Voir la préface de Benjamin Stora.
  13. Voir la présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.
  14. Voir la revue Hommes et migrations, n°1328, janvier-mars 2020.
  15. a b c et d "Sans valise ni cercueil, les pieds-noirs restés en Algérie" par Pierre Daum, dans Le Monde diplomatique de mai 2008, pages 16 et 17 [1]
  16. Documentaire de Gilles Perez, Les Pieds-Noirs. Histoire d’une blessure, diffusé sur France 3 en novembre 2006, cité par Pierre Daum, dans Le Monde diplomatique de mai 2008, pages 16 et 17 [2]
  17. l'historien Benjamin Stora, cité par Pierre Daum, dans Le Monde diplomatique de mai 2008, pages 16 et 17 [3]
  18. Bruno Etienne, Les Problèmes juridiques des minorités européennes au Maghreb, Editions du CNRS, Paris, 1968, p. 236 et suivantes [4]
  19. « Pierre Daum pour libérer l’histoire », Blog de Le Gai savoir sur Mediapart, mis en ligne le 15 juillet 2012.
  20. Arles, Actes Sud, 2012.
    Le livre est sorti en même temps en Algérie aux éditions Média Plus, à Constantine.
  21. Op. cit., p. 17.
  22. « Réponse au livre de Pierre Daum : Ni valise, ni cercueil, les pieds-noirs restés en Algérie après l’indépendance (2012) », par Guy Pervillé. Mis en ligne sur son blog le 11 juin 2012.
  23. Le dernier exposé de Daniel Lefeuvre ? (2013), compte rendu Guy Pervillé, 2 avril 2014.
  24. Le Dernier tabou : Les « harkis » restés en Algérie après 1962, Arles, Actes Sud, coll. « Archives du colonialisme », , 535 p. (ISBN 978-2-330-03908-0).
  25. Renaud de Rochebrune, « Livres : « Le Dernier Tabou », idées non reçues sur les harkis - JeuneAfrique.com », sur JeuneAfrique.com, .
  26. Voir l'article de Serge Cordellier dans Alternatives Internationales n° 067 - juin 2015
  27. François-Xavier Hautreux, « Pierre Daum. Le Dernier Tabou : les « harkis » restés en Algérie après l’indépendance », Vingtième Siècle : Revue d'histoire, vol. 1, no 129,‎ , p. 218-219 (lire en ligne).
  28. Le Parisien, « L'auteur d'un livre sur les harkis privé de salon du livre à Mouans-Sartoux », sur leparisien.fr, (ISSN 0767-3558, consulté le ).
  29. Fatima Benamara, « Pierre Daum et son livre sur les harkis : vers un négationnisme des massacres de 1962 » (consulté le ).
  30. Delphine Parra, « Déprogrammé du Festival par crainte d’une polémique », Nice-Matin,‎ (lire en ligne).
  31. Léo Purguette, « Toulon : l’Église fait une croix sur un débat autour des harkis », sur La Marseillaise, (consulté le ).
  32. Adlène Meddi, « La majorité des harkis n’a pas quitté l’Algérie », El Watan,‎ (lire en ligne).
  33. Clémence Chouvelon, « Un livre sur les harkis falsifié intentionnellement par la presse algérienne », sur ActuaLitté, (consulté le ).
  34. Walid Hamada, « Un livre sur les harkis restés en Algérie censuré ? », sur Tout sur l'Algérie, (consulté le ).
  35. Hacen Ouali, « Les harkis, histoire d’une collaboration », El Watan,‎ (lire en ligne).

Liens externesModifier