Jean Ricardou

écrivain français

Jean Ricardou, né le à Cannes et mort le à Cannes[1], est un écrivain et un théoricien de la littérature. Membre du comité de direction de la revue d'avant-garde Tel Quel de 1962 à 1971, il fut le principal théoricien du Nouveau Roman avant de se consacrer, à partir de 1985, quasi exclusivement à l'élaboration d'une nouvelle science de l'écrit et de l'écriture : la textique[2].

Jean Ricardou
Image dans Infobox.
Jean Ricardou devant son tableau emblématique
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
CannesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Mouvement
Site web
Distinctions
Œuvres principales

L’écrivainModifier

Dans Le théâtre des métamorphoses, Ricardou introduit "une courte note biographique" indiquant sa date et lieu de naissance, le métier de son père, etc. Cette note se termine ainsi :

Il faut le reconnaître: si exactes soient-elles, si conformes à celles dont les autobiographies ouvertement se contentent, telles indications, prises en elles-mêmes, ne présentent, pour le lecteur, strictement aucun intérêt[3].

Ancien élève de l'École normale d'instituteurs de Paris, qu'il intègre en 1951, Ricardou exerce le métier d'instituteur jusqu'en 1961 puis devient professeur en collège jusqu'en 1977. En 1982, il soutient à Toulouse une thèse de doctorat ès lettres. À partir de 1980, il est conseiller à la programmation et à l'édition du Centre culturel international de Cerisy-la-Salle.

Marqué par sa rencontre avec Alain Robbe-Grillet en 1958, il publie son premier roman L'observatoire de Cannes en 1961 aux Éditions de Minuit. En 1966, son roman La Prise de Constantinople (Minuit, 1965) reçoit le prix Fénéon.

 
Première de couverture (Minuit 1965)

Ricardou publie son premier livre de théorie Problèmes du Nouveau Roman (1967) dans la collection “Tel Quel” aux éditions du Seuil[4]. Il co-dirige le premier grand colloque sur le nouveau roman (Cerisy, 1971), qui réunit les principaux nouveaux romanciers, puis dirige les colloques Claude Simon et Robbe-Grillet, auxquels participent respectivement les deux écrivains.

En 1985, c'est au Collège international de philosophie (Paris) qu'il inaugure une nouvelle discipline, la textique. À partir de 1989 et jusqu'en 2015, s'est tenu chaque année à Cerisy, sous sa direction, un séminaire de textique[5].

Le travail de Ricardou se distingue particulièrement par son style, méticuleusement soigné et souvent très poétique, et par son souci d'articuler de manière cohérente trois activités habituellement disjointes: la "pratique" (soit l'écriture d'ouvrages de fiction), la théorie (de l'écrit et de l'écriture) et l'enseignement (didactique de l'écriture):

Engagé dans ces deux courants qui ont marqué notre littérature récente (Tel Quel et le Nouveau Roman), sa pratique n’a eu de cesse d’investir, d’explorer et d’articuler parallèlement trois des champs complémentaires de l’écriture : fiction, théorie, didactique[6].

Les ouvrages de fictionModifier

L’importance, tant qualitative que quantitative, de l’œuvre théorique de Ricardou tend à laisser dans l'ombre son œuvre de fiction (romans et nouvelles). On ne saurait cependant négliger cet avertissement qu’il a lancé à plusieurs reprises: son œuvre théorique n’a d'autre raison que de chercher à pénétrer ce que la pratique du texte de fiction permet de produire[7].

Ce que personne, de nos jours, ne devrait méconnaître, (...), c'est avec quelle force les directives d'écriture, funambulesques maintes fois quelques-unes il est vrai, loin d'interdire, ainsi que les naïfs le croient, les mouvements de la pensée, lors confondue sans doute avec le vague à l'âme, savent offrir à l'invention, au contraire, et parce qu'elles lui posent, tout simplement, de très exacts problèmes, les meilleures des chances. (...). Mieux: telles supplémentaires structures, non seulement elles permettent d'obtenir, et beaucoup plus qu'on ne l'avoue, ce que fors elles on n'eût jamais conçu (et c'est pourquoi mieux vaut, que n'a-t-il susurré (si un temps suffisant, du moins, m'est consenti, je le ferai paraître un soir pour Mallarmé), de préférence à tout pyramidal recensement d'un univers imaginaire, fournir la stricte analyse des matérielles relations par lesquelles un poète imagine), mais encore, tel est le dos caché du mécanisme (...), elles conduisent quelquefois à produire des idées strictement étrangères, peut-être, à ce qu'on se figure avoir émis.[8]

Ainsi, les premiers textes et poèmes (déposés dans le fonds d’archives de l’IMEC[9]) confirment, sinon la prééminence, du moins la précédence de l'écriture de fiction sur la recherche théorique. Certains de ces textes, d’inspiration surréaliste, sont publiés dès 1956 dans la revue L’Herne créée par Dominique de Roux[10]. Mais très vite, marqué par sa lecture, en 1955, du roman de Robbe-Grillet, Le voyeur, puis par L’emploi du temps de Butor ou Le vent de Cl. Simon, Ricardou s'engage résolument sous la bannière du premier “Nouveau Roman”. A partir de 1959, il se lance dans l’écriture de ce qui deviendra son premier roman L’Observatoire de Cannes (Minuit, 1961)[11].

La Prise de Constantinople (Minuit, 1965)Modifier

Fort du succès d’estime qu’a remporté L’Observatoire de Cannes, Ricardou entreprend bientôt un second roman, beaucoup plus ambitieux, La prise de Constantinople[12], lequel obtiendra, avec le soutien de Jean Paulhan, le prix Fénéon.

Ce "roman" est novateur à bien des égards. Déjà, son double titre sur les deux faces opposées de la couverture ne laissent pas d'intriguer: La prise/la prose de Constantinople. Aussi, reprenant le projet de Flaubert d’”écrire un livre sur rien”, c'est, à la manière du poème "Salut" de Mallarmé qui ouvre le recueil des Poésies, littéralement à partir du mot "rien" que naît, dès l'incipit, la prose. Ricardou explique un des "principes de sa fabrique" : dans la mesure où le roman "ne saurait guère obtenir sa fiction qu'en évitant toute entité antécédente à reproduire, il ne peut au départ se bâtir que sur un rien"[13]. Une grande part de la matière de ce roman aux intrigues multiples et belligérantes s’engendre aussi à partir d’un jeu de contraintes numériques et verbales issues principalement de la suite de lettres de son nom: "Jean Ricardou"[14].

La Prise de Constantinople fraye surtout la voie à un nouveau type de composition : celle du roman polydiégétique : "soit un texte qui combine plusieurs “récits” ancrés dans des univers spatio-temporels a priori incompatibles"[15]. Cette voie sera poursuivie par Cl. Simon, notamment dans Triptyque (1973).

 
Devenez un voyageur à la page

Les Lieux-dits (Gallimard, 1969) et Révolutions minuscules (Gallimard, 1971)Modifier

Parallèlement aux ensembles romanesques d’envergure, Ricardou publie régulièrement des textes plus brefs dans diverses revues et notamment dans Tel Quel. En 1971, il rassemble les plus importantes de ces “nouvelles” dans un recueil, intitulé ironiquement Révolutions minuscules[16]. Il paraît chez Gallimard, qui avait publié deux ans avant son récit le mieux reçu par la critique et les lecteurs: Les lieux-dits, petit guide d’un voyage dans le livre[17].

 
Couverture Révolutions minuscules, Gallimard 1971
 
Prière d'insérer des Révolutions minuscules (revers de couverture)

Le Théâtre des métamorphoses (Seuil, 1982)Modifier

Publié en 1982 aux éditions du Seuil, dans la collection «Fiction & Cie », Le Théâtre des métamorphoses est le neuvième ouvrage de Ricardou. Il succède à quatre livres de théorie et à quatre livres de fiction. Cependant, à la différence des précédents, cet ouvrage s'affiche ouvertement comme un « mixte ». Cette appellation paraît inédite si bien que le prière d'insérer en éclaicit d'emblée le motif: il s'agit à la fois d'un ouvrage de fiction et d'un ouvrage de théorie. Or, si le livre conjoint ainsi deux genres, facilement identifiables (fiction & théorie), un tel assemblage ne laisse pas, à la fois de surprendre et, néanmoins, de s'entendre.

Ce qui peut en effet déconcerter, c'est non point de réunir, en un seul livre, deux genres distincts, mais deux modes de discours tenus en général pour opposés. En effet, ces deux sortes d'écrits, fictions et théories, sont plutôt considérés comme relevant de régimes antagonistes ou, du moins, exclusifs. Selon l'idéologie culturelle en place, "avec cette parcellisation du travail"[18], ces deux pratiques paraissent devoir se conduire séparément, l'une à l'exclusion de l'autre:

aujourd'hui, il semble qu'il faille choisir entre deux attitudes incomplètes: ou bien la "naïveté" (l'artiste, disons, qui œuvre sans trop réfléchir [...]), ou bien la "stérilité" (le professeur, disons, qui réfléchit sans trop œuvrer [...])[18].

La venue d'un tel assemblage ne laisse pas, néanmoins, de se comprendre. D'un côté, ce que le mixte bat en brèche, c'est ce "moule dominant" qui tend à "disjoindre, autant que possible, l'art et la réflexion"[18].

D'un autre côté, son avènement apparaît comme une conséquence directe de la démarche de l'auteur de la Prise de Constantinople (1965) et de Problèmes du Nouveau Roman (1967), à savoir celle d'une systématique alternance entre ouvrages de fiction et ouvrages de théorie[19]. Ainsi, dans la mesure où cette relance systématique entre fiction et théorie a jusqu'alors été la marque de fabrique de l'écriture ricardolienne, ce neuvième ouvrage ne pouvait s'envisager qu'en menant de front, et de façon conjointe, cette double pratique:

Ces deux activités disjointes, elles se réunissaient certes dans mon œuvre, mais à demi, en quelque sorte, puisqu'en des livres séparés : romans d'un côté, essais de l'autre. Avec Le théâtre des métamorphoses, voilà qu'elles se combinent dans un même livre. Je dis bien "combine", et non pas "assemble". Car, ce livre, ce n'est pas un « mélange » (un fourre-tout désinvolte), c'est un « mixte » (une diversité calculée). Bref, c'est un livre divisé: une fiction, qui s'efforce de déployer ses sortilèges (avec ses suspenses, avec ses strip-teases), une réflexion, qui tente de comprendre des procédés (avec ses analyses, avec ses concepts)[18].

Sans doute, entre 1971 et 1982, le travail de Ricardou semblait suivre "deux voies distinctes": "d'un côté, des livres de fiction" [...], d'un autre côté, des livres de théorie"[20], le tout catalogué sous la bannière du Nouveau Roman. S'il pouvait sembler, au vu des publications, qu'après Les lieux-dits (1969) et Révolutions minuscules (1971), la décennie écoulée avait été dominée par les recherches théoriques autour du Nouveau Roman[21], la conception de Le théâtre des métamorphoses n'en naît pas moins au cours de ces mêmes années. Ricardou le signale dans son entretien de 1982 avec B. Magné: "le travail [sur Le théâtre des métamorphoses] a commencé il y a une dizaine d'années"[18].

Toutefois, le mixte ne se réduit pas à cette combinaison réglée entre ces deux genres, en principe hétérogènes, que sont la fiction et sa réflexion. D'une part, cette réunion exacerbe un conflit latent:

[...] ce livre a précipité (comme on dirait en chimie) un conflit jusque-là insaisissable. Il l'a piégé parce qu'il lui a donné un lieu d'accomplissement. En acceptant le principe d'une combinaison de la fiction et de la théorie, j'ai déchaîné deux forces antagonistes, qui s'affrontaient pour... prendre le pouvoir du livre![22].

Ces agressions réciproques ont pour effet de propager certaine "incertitude quant au genre" : "ce n'est pas seulement sur la globalité du livre qu'elle se joue, c'est quelquefois au niveau du passage, de la page, du paragraphe, de la phrase..."[22]. L’innovation absolue de ce livre, qui en fait sans doute une expérience-limite, semble interdire tout retour simplement alternatif et disjoint entre écriture fictionnelle et écriture théorique.

Après Le théâtre des métamorphoses, paraîtront en 1988 deux recueils de nouvelles, La Cathédrale de Sens et une réédition fortement augmentée des Révolutions minuscules. Si ces deux recueils rassemblent d'anciennes nouvelles récrites pour l'occasion, ils s'accroissent de quatre textes qui poursuivent en partie la logique du mixte. Ainsi, dans La Cathédrale de Sens, du "Lapsus circulaire", long texte inédit de quatre-vingt pages qui ouvre le recueil et auquel répond, à l'autre bout, "L'art du X" (paru précédemment en 1983). S'y ajoute “Conte dans le goût d'autrefois”, originellement paru dans La Nouvelle revue française en 1987. Et dans la réédition des Révolutions minuscules, le très vertigineux "Révélations minuscules, en guise de préface, à la gloire de Jean Paulhan", long d'une centaine de pages qui relance cette expérience inouïe initiée par Le théâtre des métamorphoses.

L'aventure de la théorieModifier

Si la théorie de Ricardou est liée à la didactique, notamment dans les Ateliers d'écriture qui accompagnent les séminaires de textique, elle n'en est pas moins articulée à sa pratique fictionnelle. C’est un leit-motiv chez lui: son engagement dans l’activité conceptuelle répond d’abord au souci de comprendre ce qu’il a écrit. Cette nécessité d’une articulation entre la pratique et la théorie, il la formalisera dans son importante contribution au colloque Claude Simon sous le nom de “grecque productrice”[23]. Le dessin “en grecque” illustre parfaitement, non seulement les progrès accomplis isolément dans chacun des domaines mais, également et surtout, ceux permis par le passage alternatif d’un secteur à l’autre (avancées pratiques de la théorie ou avancées théoriques de la pratique).

C’est en cohérence avec ce mouvement qu’il est conduit rétrospectivement à schématiser son parcours intellectuel en deux phases successives, ainsi qu’il le confie dans un entretien de 1991:

Le rapport de mes fictions et de mes ouvrages de théorie obéit à une manière d'alternance. D'abord un volume expérimental, puis une phase de réflexion qui s'efforce d'en saisir les implications et les conséquences, même si, pour des motifs sur lesquels je passe, d'autres livres que les seuls miens doivent être alors sollicités. La prise de Constantinople, en 1965, puis Le théâtre des métamorphoses, en 1982, ont formé les deux principales expériences qui ont chacune ouvert, pour moi, une longue période théorique[24].

Autour de La Prise de ConstantinopleModifier

Une constante définit la démarche de Ricardou: la lecture et l'écriture d'ouvrages de fictions, non seulement précèdent, mais rendent nécessaire l'aventure théorique. Ce sont les textes de fiction qui poussent à engager la réflexion théorique: celle-ci n'a d'autre objet que d'éclaircir les ressorts de l'invention narrative[25]. Ainsi, l'article "Naissance d'une fiction" (1971)[26] propose une réflexion théorique sur les éléments fondateurs régissant l'écriture de son deuxième roman La Prise de Constantinople (1965).

Dans le même sens, la démarche conceptuelle de Ricardou s'inaugure à partir d'une lecture minutieuse de la prose du Voyeur. Son premier article, “Description et infraconscience chez Alain Robbe-Grillet” (1960), qui paraît dans la NRF[27], révèle déjà un style ricardolien, une manière singulière, une façon rigoureuse et précise d'écrire la théorie qui tranche avec le ton journalistique adopté par Robbe-Grillet dans Pour un nouveau roman. De même, au cours de ces années soixante, le souci de Ricardou sera de soustraire l’expérience du Nouveau Roman à la seule perception négative que propage, d'un point de vue extérieur au mouvement, la critique littéraire. Pour l'écrivain de La Prise, le Nouveau Roman ne saurait se réduire ni à un effet de mode, ni à une simple contestation du roman traditionnel.

À partir des ouvrages de Robbe-Grillet, le futur auteur de L'Observatoires de Cannes en vient à accorder une attention particulière à la question de la description. À rebours de toute une conception héritée du réalisme, l’usage de la description néo-romanesque recèle pour Ricardou un pouvoir résolument producteur et anti-représentatif[28]. Cette stratégie anti-représentative met radicalement en cause le “dogme de l’Expression-Représentation”, qui veut qu’à la base de tout texte préexiste une antécédence (le Monde ou le Moi). Elle se fonde sur une critique de l'idéalisme que Ricardou répétera d'ouvrage en ouvrage[29]. Ainsi, dès Problèmes du Nouveau Roman (1967), de cette emblématique prise de position:

À la réaliste banalisation qui prétend trouver dans le livre le substitut d'un monde installé, l'expression d'un sens préalable, s'oppose ainsi le déchiffrement créateur, tentative faite, à partir de la fiction, pour éclaircir cette vertu qui, inventant et agençant les signes, institue le sens même[30].

Nourrie de cette constante alternance entre écritures de fiction et de théorie, cette implacable logique aboutira à deux grands recueils d’essais, Problèmes du Nouveau Roman (1967) et Pour une théorie du Nouveau Roman (1971)[31]. Elle se traduira également par l'organisation en 1971, au Centre culturel international de Cerisy-la-Salle, d'un grand colloque intitulé Nouveau Roman: hier aujourd’hui[32]. Par leur présence même, les écrivains réunis, M. Butor[33], C. Ollier, R. Pinget A. Robbe-Grillet, N. Sarraute, C. Simon et J. Ricardou, entérinent de fait, mais cette fois de l'intérieur du mouvement, ce qui n'était jusqu'alors qu'une "étiquette" et, souvent, un épouvantail strictement journalistique. Pendant dix jours, ces romanciers vont débattre et confronter leurs démarches. Ils vont alors démontrer l’existence d’un fond commun de partis pris et de procédés scripturaux caractéristiques. Le “petit manuel” que Ricardou fait paraître en 1973 aux éditions du Seuil sous le simple titre Le Nouveau Roman[34] offrira la synthèse formelle exemplifiant ainsi, à hauteur des textes, la cohérence du mouvement et l'existence d'une indéniable communauté opératoire. Ce "mode d'emploi" destiné à tout apprenti écrivain marquera la sortie de la “phase molle” de ce mouvement.

Ainsi, sous l'impulsion du deuxième roman de Ricardou (La Prise/Prose de Constantinople), cette nouvelle phase dite du "Nouveau Nouveau Roman", qui coïncide avec celle du “formalisme ludique” de La Maison de rendez-vous (1965), introduit un mode de composition ouvertement polydiégétique[35]. Elle va aussi marquer une mutation dans l'œuvre de Claude Simon : sur la base de cette théorie ricardolienne du texte qui alors s'impose, elle recevra une nouvelle impulsion manifeste dans ses trois romans des années soixante-dix (Les Corps conducteurs, Triptyque, Leçon de choses)[36].

Cette entrée dans la “phase dure” du mouvement correspond chez Ricardou à la volonté de dépasser les conventionnelles postures d’auteur afin d'engager une démarche plus collective et plus constructive. Paradoxalement, cette tentative suscitera une réaction contraire qui déclenchera un “front du refus”, notamment de la part de Simon et Robbe-Grillet[37]. Ricardou en prendra acte dans Les raisons de l’ensemble (1985)[38].

Du Le Théâtre des métamorphoses à la textiqueModifier

L’effort inlassable de Ricardou pour parvenir à une détermination théorique rigoureuse du Nouveau Roman l’a conduit à élaborer une conceptualité originale dont l’approfondissement débouche, à l’orée des années 80, sur une nouvelle définition de ce que l’on peut entendre par texte. En distinguant le texte de l’écrit, avec lequel communément on le confond, et en le spécifiant comme un écrit porteur de textures, c’est-à-dire de structures outrepassant l’ordre de la représentation, Ricardou se dote du concept majeur autour duquel va s’articuler toute sa pensée pendant les trente dernières années de sa vie.

Cette toute nouvelle conception du texte transgresse notamment le partage entre écrit de fiction et écrit de théorie dont, sur le plan pratique, Ricardou mine avec audace l’habituelle distinction en publiant, en 1982, Le théâtre des métamorphoses[39]. En effet, ce livre inclassable, sous-titré “mixte”, ne s’offre pas comme un simple mélange des genres mais bien comme un jeu savant de contamination de chaque registre par l’autre.

C’est par l’analyse méticuleuse de ce qu’il a accompli avec ce livre – et exemplairement au gré d’une lecture vertigineuse de sa couverture[40] – que Ricardou en vient à poser les bases d’une nouvelle discipline qu’il appelle d’abord textologie avant de la baptiser définitivement Textique.

Il ne saurait bien sûr être question de résumer en quelques paragraphes une théorie dont le développement s’étend sur plusieurs décennies et quelques milliers de pages[41]. Il suffira ici de dire que la textique vise à fournir une théorie unifiée et unifiante des structures de l'écrit et des opérations de l'écriture.

Si le propos n’est pas aussi démesuré qu’il peut à prime vue sembler, c’est d’abord que l’immensité du domaine ainsi circonscrit est explorée par niveau. A chaque niveau correspond un jeu réduit de concepts dont la textique prétend qu’ils sont capables de rendre compte exhaustivement de la totalité des structures existant au niveau étudié. Puis, par paliers successifs, une spécification a lieu, à l’aide de nouveaux ensembles conceptuels toujours plus détaillés. Ainsi, du général au très particulier, s’opère un approfondissement progressif de la totalité de la problématique.

L’exhaustivité à laquelle prétend la textique est méthodologiquement garantie par une procédure de réfutabilité: pour invalider que les matrices textiques sont bien exhaustives, il suffit de produire un contre-exemple argumenté. Force est de constater que de tels contre-exemples n’ont, jusqu’ici, jamais été produits.

L’intérêt de la textique, enfin, s’établit au moins sur trois plans.

Sur le plan de la théorie, elle permet, d’abord, une mise en cohérence de mécanismes plus ou moins pensés par la narratologie, la poétique, la rhétorique, la stylistique; ensuite, une reformulation critique de certaines notions moins simples qu’il n’y paraît, comme la polysémie; enfin, une réévaluation de certains phénomènes ou certains objets négligés, voire méconnus, comme le trait (Intelligibilité structurale du trait) ou la page (Intelligibilite structurale de la page).

Sur le plan de l’analyse, elle autorise un examen inédit de ce que l’on estime quelquefois n’être que des détails, comme les “coquilles”.

Sur le plan de l’écriture, elle ouvre sur tout un ensemble de procédures permettant la correction et la récriture à plusieurs.

Aussi bien Ricardou n’a-t-il jamais perdu de vue son ambition de promouvoir un travail réellement collectif. Si la plus grande part de la fertile invention conceptuelle qui caractérise la textique lui est due, il s’est cependant toujours astreint à permettre qu’une certaine coopération s’organise autour de son travail. C’est ainsi qu’outre le séminaire de textique (SEMTEX) qu’il tint chaque été au Centre culturel international de Cerisy-la-Salle de 1989 à 2015, il avait organisé un Cercle Ouvert de Recherche en Textique (CORTEX) rassemblant un petit noyau de chercheurs attachés à développer la discipline et qui tentent de poursuivre aujourd’hui son développement[42].

Théorie et didactique de l'écritureModifier

On ne saurait réduire le souci didactique qui a toujours caractérisé le travail de Ricardou à un étroit déterminisme biographique. Si la théorie se donne deux objets, d’une part, les structures de l’écrit, d’autre part, les opérations de l’écriture, sauf à recourir à l’arbitraire d’un(e) quidam(e), nulle didactique ne saurait s’envisager sans s’adosser à une méthode sinon issue, quant à ces deux objets (l’écrit, l’écriture), d’une précise… théorie.

Selon une telle conception, en effet, l’écriture est un processus enchaînant diverses opérations formalisables dont rien, sinon l’habitude et certains préjugés idéologiques, n’interdit que tout un chacun puisse s’emparer pour devenir – ne serait-ce qu’un peu – écrivain.

Avant même qu’il ne théorise cette position et ses conséquences, Ricardou s’est employé à développer très tôt, et notamment dès 1960 avec ses élèves du Collège du 44 de la rue des Jeûneurs (Paris 2ème), ce qui ne s’appelle pas encore “atelier d’écriture”. Autour de la notion de procédé, dont il emprunte les règles aussi bien à Raymond Roussel qu’à Paul Valéry, il forge des consignes d’écriture mises en œuvre individuellement au gré de textes qui sont ensuite lus et améliorés collectivement.

 
Atelier de littérature contemporaine avec Jean Ricardou, Jean-Calude Raillon, Daniel Bilous, Marc Avelot, Philippe Binant, Bernard Magné, Claudette Oriol-Boyer (Cerisy, 1980).

Il rendra compte de ces expériences dans les deux articles princeps qu’il publie dans la revue Pratiques en 1978 et en 1980[43].

Éloigné de la pratique pédagogique scolaire à partir de sa démission de l’Éducation Nationale, en 1977, Ricardou n’en abandonne pas pour autant le protocole de l’atelier d’écriture qu’il mettra un point d’honneur à animer chaque soir de son séminaire annuel au Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle de 1989 à 2015, selon un protocole et un programme d’écriture qu’il explique dans sa préface au Bestiaire latéral[44].

Systématiquement articulée à sa théorie générale de l’écriture, sa conception des ateliers d’écriture en suivra les évolutions lorsqu’elle n’en oriente pas elle-même les développements. C’est ainsi que, dans l’un de ses derniers textes publiés[2], Ricardou n’hésite pas à indiquer que la venue de sa discipline, la Textique, pourrait bien être liée au principe des ateliers d’écriture.

Principaux articles traitant de l’écriture dans ses rapports à la didactique :

  • “Écrire en masse”, L'Humanité, 14 et .
  • “Écrire en classe”, Pratiques, n° 20, Metz 1978.
  • “L'ordre des choses”, Pratiques, n° spécial “Pour un nouvel enseignement du français”, Metz 1980.
  • “Pluriel de l'écriture”, Texte en main, n° 1, Grenoble 1984.
  • “Pour une théorie de la récriture”, Poétique n° 77, , éd. du Seuil.
  • “Écrire à plusieurs mains”, revue Pratiques n° 61, Metz 1989.
  • “Deviens, lecteur, le scripteur que tu es”, revue Pratiques n° 67, Metz 1990.

PublicationsModifier

Éditions anthumesModifier

Romans, nouvellesModifier

  • L'Observatoire de Cannes, roman, Minuit, Paris 1961, 202 p. (épuisé), réédité dans l’Intégrale Jean Ricardou tome 1 (1956-1961).
  • La Prise de Constantinople, roman, Minuit, Paris 1965, 272 p. (Prix Fénéon) (épuisé), réédité dans l'Intégrale Jean Ricardou tome 2 (1962-1966).
  • Les Lieux-dits, petit guide d'un voyage dans le livre, roman, Gallimard, Paris 1969, 162 p. et UGE, collection 10/18, Paris 1972, 192 p. (épuisé) réédité dans l'Intégrale Jean Ricardou tome 4 (1969-1970).
  • Révolutions minuscules, nouvelles, Gallimard, collection Le chemin, Paris 1971, 172 p. (épuisé), réédité dans une version récrite, précédée d'un inédit, Révélations minuscules, en guise de préface, à la gloire de Jean Paulhan, Les Impressions nouvelles, Paris 1988, 200 p. (épuisé); version originale de 1971 rééditée dans l'Intégrale Jean Ricardou tome 5 (1971).
  • La Cathédrale de Sens, nouvelles, Les Impressions Nouvelles, Paris 1988, 208 p.

MixteModifier

ThéorieModifier

  • Problèmes du nouveau roman, essais, Seuil, collection Tel Quel, Paris 1967, 210 p. (épuisé), réédité dans l’Intégrale Jean Ricardou tome 3 (1967-1968).
  • Pour une théorie du nouveau roman, essais, Seuil, collection Tel Quel, Paris 1971, 270 p. (épuisé), réédité dans l'Intégrale Jean Ricardou tome 5 (1971).
  • Le Nouveau Roman, essai, Seuil, collection Écrivains de toujours, Paris 1973, 190 p., puis version récrite, précédée d'une préface inédite et suivie d'une étude complémentaire, Les raisons de l'ensemble, collection Points, Paris 1990, 260 p., version originale rééditée dans l'Intégrale Jean Ricardou tome 6 (1972-1973).
  • Nouveaux problèmes du roman, essais, Seuil, collection Poétique, Paris 1978, 360 p., à paraître dans l'Intégrale Jean Ricardou tome 8 (1978-1980).
  • Une maladie chronique: problèmes de la représentation écrite du simultané, essai, Les Impressions nouvelles, Paris 1989, 90 p.

TextiqueModifier

En coopérationModifier

  • Paradigme, éléments plastiques d'Albert Ayme, éléments théoriques de J. R., Carmen Martinez, Paris 1976, 62 p.

CollectifsModifier

  • Que peut la littérature?: Rencontre de la Mutualité (1964) avec S. de Beauvoir, Y. Berger, J.- P. Faye, J.-P. Sartre, J. Semprún, UGE, collection “10/18”, Paris 1965, p. 49-61
  • Nouveau roman: hier, aujourd'hui, direction (avec Françoise Van Rossum-Guyon), et publication de ce colloque de Cerisy, UGE, collection « 10/18 », Paris 1972, 2 volumes, 444 et 440 p.
  • Claude Simon: analyse, théorie, direction et publication de ce colloque de Cerisy, UGE, collection 10/18, Paris 1975, 448 p.; réédition: Lire Claude Simon, Les Impressions nouvelles, Paris 1986, 470 p.
  • Robbe-Grillet: analyse, théorie, direction et publication de ce colloque de Cerisy, UGE, collection "10/18", Paris 1976, 2 volumes, 446 et 438 p.
  • Problèmes actuels de la lecture, direction (avec Lucien Dällenbach), et publication de ce colloque de Cerisy, Clancier-Guénaud, Bibliothèque des signes, Paris 1982, 218 p.

PréfaceModifier

  • Maurice de Gandillac, Bestiaire latéral, préface, Atelier de l'agneau, St-Quentin-de-Caplong 2005, 124 p.

EntretiensModifier

  • “Le tout à lire”, avec Mireille Calle-Gruber, Micromegas, n° spécial Nouveau Roman, Rome 1981, p. 17-33.
  • “Lire ce qui change” (LTDM), avec Bernard Magné, Affaires de style, n°3, Bruxelles 1983, p. 21-26.
  • “Un stylo à trois plumes”, avec Louise Milot, Frances Fortier et Robert Dion (1985), Urgences, n°31, Quebec , p. 101-105.
  • How to Reduce Fallacious Representative Innocence, Word by Word”, réponses à un questionnaire de Michel Sirvent (“Réduire, mot à mot, la fallacieuse innocence représentative”), Studies in 20th Century Literature, vol. 15, n° 2, été 1991, p. 277-298.
  • “Dites, Jean Ricardou, la Textique, qu'en est-il?”, Le Mensuel littéraire et poétique n° 222, p. 10-11, Bruxelles, .
  • “Entretiens”, avec Vincent Kaufmann, La faute à Mallarmé, L'aventure de la théorie littéraire, éditions du Seuil, 2011, p. 280-285.
  • Un aventurier de l'écriture (entretiens avec Jean Ricardou). Propos recueillis par Amir Biglari, Academia – L'Harmattan, Louvain-La-Neuve, 2018, 153 p., (ISBN 978-2-8061-0404-5)

Éditions posthumesModifier

L'Intégrale Jean RicardouModifier

Une édition des œuvres complètes est actuellement en cours sous le titre L’Intégrale Jean Ricardou aux Impressions nouvelles[47].

Sept tomes sont parus à ce jour[48]:

TextiqueModifier

ConférencesModifier

Ouvrages et articles critiques sur l'œuvre de RicardouModifier

Livres

  • Lynn A. Higgins, Parables of Theory. Jean Ricardou's Metafiction. Summa Publications In., Birmingham, Alabama, 1984.
  • Michel Sirvent, Jean Ricardou, de Tel Quel au Nouveau Roman textuel, collection monographique en littérature française contemporaine 36, Amsterdam/New York, Rodopi, 2001. Préface de Michaël Bishop. 154 p.
  • Collectif, Écrire pour inventer (à partir des travaux de Jean Ricardou), [2].

Introduction à la textique

Articles

  • French Studies, Volume 74, Issue 2, April 2020, Pages 314–316, [3]
  • Nicolas Tixier, “Un Ricardou édifiant”, in Écrire pour inventer (à partir des travaux de Jean Ricardou), Éditions Hermann, Paris 2020, pp. 455-480 [4], repris et contextualisé sur https://jeanricardou.org/edifications-minuscules-en-guise-de-colloque-a-la-gloire-de-leon-noel/un-ricardou-edifiant-prologue/
  • Rémi Schulz, “Du très sage au très fou, du tressage au tserouf”, in Écrire pour inventer (à partir des travaux de Jean Ricardou), Éditions Hermann, Paris 2020, pp. 331-340 [5], repris et contextualisé sur https://jeanricardou.org/edifications-minuscules-en-guise-de-colloque-a-la-gloire-de-leon-noel/un-ricardou-crucixverbiste-prologue/
  • Edith Heurgon, “Un Ricardou méthodique”, in Écrire pour inventer (à partir des travaux de Jean Ricardou), Éditions Hermann, Paris 2020, pp. 5-15 [6], repris et contextualisé sur https://jeanricardou.org/edifications-minuscules-en-guise-de-colloque-a-la-gloire-de-leon-noel/un-ricardou-methodique-prologue/
  • Philippe Sollers, “L'Observatoire de Cannes”, Tel Quel 6, 1961, p. 56-57.
  • Jean Thibaudeau, “La leçon de l'école”, Critique 173, 1961, p. 335-342.
  • Edith Fournier, “Une écriture du mouvant”, Médiations 6, 1963, p. 117-126.
  • Claude Ollier, Claude Simon, Philippe Sollers, “Problèmes du Nouveau Roman: Trois avis autorisés”, Les Lettres françaises 1203, 1967, p. 13.
  • Raymond Jean, “De la plage à la page: Révolutions minuscules de Jean Ricardou”, Le Monde , p. 15-16.
  • Jacqueline Piatier, “Jean Ricardou et ses 'générateurs'” (Le Monde des livres, ), Les Critiques de notre temps et le nouveau roman, Garnier, 1972, p. 168-173.
  • Lucien Dällenbach, “Jean Ricardou et les miroirs producteurs (les derniers avatars d'une forme: la mise en abyme”, Australian Journal of French Studies 14, 1977, p. 198-210.
  • Mireille Calle-Gruber, “Effets d'un texte non saturé: La Prise de Constantinople”, Poétique 35, 1978, p. 326-335.
  • Bente Christensen, “Problèmes méthodologiques d'une lecture intertextuelle: Prise de la prose”, Revue Romane 17, n. 2, 1982, p. 55-63.
  • Lynn A. Higgins, “Typographical Eros : Reading Ricardou in the Third Dimension”, Yale French Studies 57, 1979, p. 180-94.
  • Lynn A. Higgins, “Literature à la lettre: Ricardou and the Poetics of Anagram”, The Romanic Review 73, n. 4, 1982, p. 473-488.
  • Michel Bertrand, Langue romanesque et parole scripturale. Essai sur Claude Simon, Paris, PUF, 1987.
  • Bruce Morrissette, “Generative Techniques in Robbe-Grillet and Ricardou”, Generative Literature and Generative Art: New Essays, Fredericton, N.B.: York P., 1983, p. 25-34.
  • Jean-Claude Raillon, “Le transcrit”, Protée, printemps-été 1986, p. 35-48.
  • Mireille Calle-Gruber, “Les sirènes du texte. D'une lecture entre alarme et séduction”, Protée, printemps-été 1986, p.49-54.
  • Dina Sherzer, “Serial Constructs. L'Observatoire de Cannes: Cubist Writing”, Representation in Contemporary French Fiction, University of Nebraska Press, 1986, p. 13-20.
  • Bertrand Schonne, “Jean Ricardou” dans Michel de Castillo, Jean Ray, Jean Ricardou, Didier Hatier, coll. “Auteurs contemporains” (dir. Jean-Claude Polet), Bruxelles, 1986, p. 68-93.
  • Jan Baetens, “La question des notes: l'exemple de Jean Ricardou”, Rivista di Letterature moderne e comparate, 1987, p, 357-367.
  • Michel Sirvent, "La Voie de son mètre: petite introduction à l'art dit 'mixte'", Protée n° 18, n. 1, Université du Québec à Chicoutimi, hiver 1990, p. 111-119.
  • Michel Sirvent, 'Translator's Foreword and Commentary to 'Appreciation' (from Le Théâtre des métamorphoses, Seuil, 1982), Studies in 20th-century Literature, 15/2, summer 1991: 263-266.
  • Jan Baetens, “Les lois de la composition”, Conséquences: Le magazine des objets réfléchis, 1991, p. 34-42.
  • Michel Sirvent, "Chiffrement, déchiffrement: de Paul Valéry à Jean Ricardou", French Review, vol. 66, n. 2, déc. 1992, p. 255-266.
  • Michel Sirvent, "Robbe-Grillet et Ricardou: pour une définition du champ d'interfluence en littérature", Les Lettres romanes, XLVIII-no 3-4, 1994, p. 317-334.
  • Michel Sirvent, "Représentation de l'espace, espace de la représentation (sur l'incipit de L'Observatoire de Cannes de J. Ricardou), Dalhousie French Studies 35, été 1996, p. 95-107.
  • Ilias Yocaris, “Esquisse d’une nouvelle approche de la référence”, in Ralph Sarkonak (dir.), Claude Simon 2, L’écriture du féminin / masculin, La Revue des lettres modernes, 1997, p. 153-166.
  • Jan Baetens, “En lisant, en écrivant: la textique de Jean Ricardou”, Methoden der Schriftbeschreibung, Jan Thorbecke Verlag Stuttgart, 1999, p. 485-488.
  • Ilias Yocaris, “La machine abandonnée: bilan critique du formalisme ricardolien”, in Ralph Sarkonak (dir.), Claude Simon 6. La réception critique, Caen, Minard, coll. “La Revue des Lettres Modernes”, 2012, p. 41-95.
  • Ilias Yocaris, notice “Ricardou, Jean”, in Michel Bertrand (dir.), Dictionnaire Claude Simon, Paris, Champion, coll. « Dictionnaires & Références », 2013, tome 2, p. 920-927.
  • Ilias Yocaris, notice “Signification”, in Michel Bertrand (dir.), Dictionnaire Claude Simon, Paris, Champion, coll. « Dictionnaires & Références », 2013, tome 2, p. 995-1001.
  • Jean-Pierre Montier, “Du point au grain final. Sur un roman de Jean Ricardou”, Images & Narrative, vol. 15, n. 2, 2014.
  • Ilias Yocaris, Style et semiosis littéraire, Paris, Classiques Garnier, 2016.
  • Michel Sirvent, “Jean Ricardou: 'Sous les pavés la page'», Acta Fabula, vol. 20, n° 10, Essais critiques, .
  • Michel Sirvent, “Jean Ricardou: 'Vers un Nouveau Roman textuel'”, Acta Fabula, vol. 21, n° 10, Essais critiques, .

RéférencesModifier

  1. Une chronologie complète de Jean Ricardou est disponible sur le site officiel du Fonds Jean Ricardou: https://jeanricardou.org/chronologie/
  2. a et b « Textique », sur jeanricardou.org/. Voir l'Introduction de Daniel Bilous, in Jean Ricardou. Du Nouveau Roman à la Textique, Hermann, 2018, p. 7-14.
  3. Le théâtre des métamorphoses, éd. du Seuil, "Fiction & Cie", 1982, p. 186
  4. Intégrale Jean Ricardou, tome 3.
  5. Voir "Le cheminement de la théorie: la textique à l'épreuve" de Gilles Tronchet in Jean Ricardou. Du Nouveau Roman à la Textique, conférences à Cerisy (1964-2015), Hermann, 2018, p. 351-60.
  6. Michel Sirvent, "Jean Ricardou, de Tel quel au Nouveau Roman textuel", Rodopi, 2001, p.7
  7. Pour plus de détails, voir "Sous les pavés la page, Acta Fabula, déc. 2019 (vol. 20, no 10)
  8. Révélations minuscules, en guise de préface, à la gloire de Jean Paulhan, ajoutée à la nouvelle édition de Révolutions minuscules publiée en 1988 par Les Impressions nouvelles.
  9. Institut Mémoires de l'édition contemporaine: https://imec-archives.com/fonds/ricardou-jean/
  10. Pour ces "textes de jeunesse": https://jeanricardou.org/collection-lintegrale/tome-1
  11. Sur ce premier roman et les écrits périphériques de la période 1956-1961, voir: https://jeanricardou.org/collection-lintegrale/tome-1/.
  12. Sur ce livre qui inaugure le ″Nouveau Nouveau Roman″ et les écrits périphériques de la période 1962-1966, voir: https://jeanricardou.org/collection-lintegrale/tome-2/.
  13. "La fiction à mesure" in Nouveaux Problèmes du roman, Ed. du Seuil, coll. "Poétique", 1978, p. 262
  14. "La fiction à mesure", op. cit., p. 266
  15. Voir le chapitre ""Un roman polydiégétique, La Prise de Constantinople, in M. Sirvent, "Jean Ricardou, de Tel quel au Nouveau Roman textuel", op. cit., p. 104-120 et “Robbe-Grillet et Ricardou”, Les Lettres romanes XLVIII-no 3-4, 1994, p. 331
  16. Voir sur ce recueil l'article "Vers un Nouveau Roman textuel", Acta Fabula, Nov. 2020 (vol. 21, no 10)
  17. « Présentation de ce roman et les écrits périphériques des années 1969-1970 », sur jeanricardou.org. Voir aussi sur Les lieux-dits le compte rendu 'Sous les pavés la page' », sections 12-18, Acta Fabula, vol. 20, n° 10, Essais critiques, Décembre 2019
  18. a b c d et e « "Lire ce qui change", entretien avec Bernard Magné », Affaires de style, no 3,‎ , p.22.
  19. Voir la section "Phase 3: vers le mixte (1975-1985"), in Jean Ricardou. De Tel Quel au Nouveau Roman textuel, Amsterdam-Atlanta, GA, Rodopi, 2001, p. 21-28
  20. Lire ce qui change 1983, p. 21.
  21. Notamment depuis le colloque du Nouveau Roman de 1971, voir les entretiens avec Amir Biglari, La constitution et l'esprit du Nouveau Roman
  22. a et b Lire ce qui change 1983, p. 23.
  23. "'Claude Simon' textuellement", U.G.E., 1975, p. 7-9
  24. Voir: “How to Reduce Fallacious Representative Innocence, Word by Word",Studies in 20th Century Literature, vol. 15, n° 2, été 1991, p. 277-298", (traduction en anglais de “Réduire, mot à mot, la fallacieuse innocence représentative”, réponses à un questionnaire de Michel Sirvent, inédit en français)
  25. Voir dans M. Sirvent, Jean Ricardou, de Tel quel au Nouveau Roman textuel (2001),"Le tétrapole de la pratique" (p.37-39) et "Fiction et réflexion" (p. 43-46), ainsi quUn aventurier de l'écriture (entretiens avec Jean Ricardou), Propos recueillis par Amir Biglari, op. cit., p. 78-9
  26. Nouveau Roman : hier, aujourd'hui, 2. Pratiques, UGE, coll. "10/18", 1972, p.379-392
  27. n°95, Paris 1960, p. 890-900, repris dans Intégrale Jean Ricardou, tome 1
  28. Voir notamment au début de Problèmes du Nouveau Roman (1967), la section "II. Que peuvent 'les arbres dans les livres', p. 18-19]. Sur le concept d'antireprésentation voir le chapitre « Nouveau Roman, Tel Quel » qui conclut Pour une théorie du Nouveau Roman (1971)
  29. Cette position anti-idéaliste semble avoir fait l'objet d'une critique dans le chapitre rédigé par Bertrand Schonne, Michel del Castillo, Jean Ray, Jean Ricardou, Bruxelles, Didier Hatier, , 96 p. (ISBN 2-87088-576-8), pp.70-72
  30. J. Ricardou, "Réalités variables, variantes réelles" (Tel Quel 12, 1963), repr. dans Problèmes du Nouveau Roman (1967), p. 25
  31. éditions du Seuil, coll. “Tel Quel”
  32. Nouveau Roman : hier, aujourd'hui, 1. Problèmes généraux, 2. Pratiques, UGE, coll. « 10/18 », 1972, repr. éditions Hermann, Paris 2011
  33. Butor communique sa conférence "Comment se sont écrits certains de mes livres" mais n'est pas présent au colloque
  34. coll. “Écrivains de toujours”, repris en 1990 dans la collection “Points”, réédité dans l’Intégrale Jean Ricardou tome 6 publié aux Impressions Nouvelles (2020)
  35. Sur cette nouvelle orientation romanesque, voir chapitre V, « Un roman polydiégétique. La Prise de Constantinople », Jean Ricardou. De Tel Quel au Nouveau Roman textuel, op. cit. (2001), p. 104-108 et "L'invention du roman polydiégétique" (sections 7-11) dans Sous les pavés la page, Acta Fabula, déc. 2019 (vol. 20, no 10).
  36. http://associationclaudesimon.org/autres-ressources/ecrivains/article/ricardou-jean
  37. Sur l'évolution du mouvement, notamment entre Robbe-Grillet et Ricardou, voir Robbe-Grillet: le Nouveau Roman et après Acta fabula (Juin 2018, vol. 19, n°6)
  38. Sous-titré « Problèmes de la communauté en littérature sur l'exemple du Nouveau Roman » (Conséquences 5, 1985), cet essai fut ajouté à la réédition de Le Nouveau Roman(1973), Paris, Seuil, coll. « Points », 1990, p. 225-248
  39. éditions du Seuil, collection “Fiction & Cie”
  40. “La couverture découverte”, Protée, vol. 14, n° 1-2, Université de Chicoutimi, Chicoutimi 1986, p. 5-34
  41. Pour une introduction à la textique, on se reportera avec profit à l’ouvrage de Gilles Tronchet Un aperçu de la textique, Les impressions nouvelles, Bruxelles 2012
  42. https://cerisy-colloques.fr/jeanricardou2019/
  43. “Écrire en classe”, Pratiques, n° 20, Metz 1978; “L'ordre des choses”, Pratiques, n° spécial "Pour un nouvel enseignement du français", Metz 1980
  44. « Atelier de l'agneau - Atelier de l'Agneau », sur Atelier de l'Agneau (consulté le ).
  45. Cet ouvrage examine l'objet banal et cependant méconnu de la forme dite trait, voir:https://jeanricardou.org/la-collection-textica/intelligibilite-structurale-du-trait/.
  46. Ce livre analyse un curieux détournement d'une citation de Chateaubriand par Marcel Proust, voir:https://jeanricardou.org/la-collection-textica/grivelerie/.
  47. Pour plus de détails sur cette édition, voir:https://jeanricardou.org/collection-lintegrale/presentation-generale/.
  48. Leslie Hill, Jean Ricardou, Intelligibilité structurale de la page, Édition établie par Erica Freiberg et Gilles Tronchet, Jean Ricardou, L’Intégrale Jean Ricardou, i: L’Observatoire de Cannes et autres écrits (1957–1961). ii: La Prise de Constantinople et autres écrits (1962–1966). iii: Problèmes du nouveau roman et autres écrits (1967–1968). iv: Les Lieux-Dits et autres écrits (1969–1970) in French Studies, vol. 74, n. 2, avril 2020, p. 314-316 (Review).
  49. http://www.fabula.org/actualites/jean-ricardou-integrale-1-1957-1961_85389.php
  50. https://www.fabula.org/actualites/j-ricardou-integrale-2-1962-1966_85390.php
  51. http://www.fabula.org/actualites/jean-ricardou-integrale-tome-3-problemes-du-nouveau-roman-et-autres-ecrits-1967-1968_91294.php
  52. Voir le compte rendu de ce tome 3 Sous les pavés la page, Acta Fabula, déc. 2019 (vol. 20, no 10)
  53. http://www.fabula.org/actualites/jean-ricardou-integrale-tome-4-les-lieux-dits-et-autres-ecrits-1969-1970_91293.php
  54. Voir le compte rendu de ce tome 4 Sous les pavés la page, Acta Fabula, déc. 2019 (vol. 20, no 10)
  55. http://www.fabula.org/actualites/jean-ricardou-integrale-t-5-revolutions-minuscules-pour-une-theorie-du-nouveau-roman-et-autres_93753.php
  56. Voir le compte rendu de ce tome 5 "Vers un Nouveau Roman textuel", Acta Fabula, Nov. 2019 (vol. 21, no 10)
  57. Ce tome contient un facsimile de la première édition de Le Nouveau Roman (parue en 1973 dans la collection Les écrivains de toujours aux éditions du Seuil), ainsi qu'un grand essai sur la métaphore productrice dans A la recherche du temps perdu de Marcel Proust, la seule pièce radiophonique de Jean Ricardou, et d'autres écrits de cette période http://www.fabula.org/actualites/jean-ricardou-integrale-t-6-le-nouveau-roman-et-autres-ecrits-1972-1973_96107.php
  58. Voir le compte rendu de ce tome 6 [1], Acta Fabula, Avril 2020
  59. http://www.fabula.org/actualites/j-ricardou-integrale-t-7-la-revolution-textuelle-et-autres-ecrits-1974-1977_100919.php
  60. Cet ouvrage expose des éléments communs à toute la discipline, voir: https://jeanricardou.org/la-collection-textica/intellection-textique-partagee/.
  61. Ce livre présente les structures de l'écriture et les effets qu'elles déterminent, voir:https://jeanricardou.org/la-collection-textica/intellection-textique-de-l-ecrit/.
  62. Ce fascicule présente les opérations de l'écriture et les résultats qu'elles obtiennent, voir:https://jeanricardou.org/la-collection-textica/intellection-textique-de-l-ecriture/.
  63. http://www.fabula.org/actualites/jean-ricardou-serie-textica-tome-7-intelligibilite-structurale-de-la-page_91292.php
  64. Cette étude envisage les structures et les fonctions de cet objet aussi méconnu que répandu qu'est la page, voir:https://jeanricardou.org/la-collection-textica/intelligibilite-structurale-de-la-page/.
  65. http://www.fabula.org/actualites/jean-ricardou-salut-aux-quatre-coins_91822.php
  66. Consacré à un célèbre poème, en faisant apparaître, au fil de ses développements minutieux, un profus réseau de structures, cet ouvrage manifeste la capacité descriptive et l’aptitude exploratoire des outils conceptuels élaborés dans le cadre de la textique pour étudier un écrit, voir:https://jeanricardou.org/la-collection-textica/salut-aux-quatre-coins/.
  67. Ce recueil posthume reprend 29 conférences, dont trois inédites, présentées entre 1964 et 2015 lors de colloques à Cerisy

Liens externesModifier