Ingénierie

ensemble des fonctions qui mènent de la conception à la fabrication des équipements

L'ingénierie est l'ensemble des fonctions qui mènent de la conception et des études, de l'achat et du contrôle de fabrication des équipements, à la construction et à la mise en service d'une installation technique ou industrielle. Par extension, le terme est aussi souvent utilisé dans d'autres domaines : on parle par exemple d'ingénierie informatique.

Cette activité est actuellement exercée à titre principal par des sociétés dites 'sociétés d'ingénierie' qui étudient, conçoivent et font réaliser tout ou partie d'un aménagement (portuaire, routier, etc.), d'un ouvrage (hôpital, usine, etc.) ou d'un équipement (tronçon d'Airbus, véhicule électrique, etc.).

Le terme « ingénierie » est un terme introduit assez récemment dans la langue française, par abandon à la 2e moitié du XXe siècle[1] du terme « génie », désignant l'art de l'ingénieur.

Réglage d'un wattmètre sur un banc d'essai de système de communication optique

Activité scientifiqueModifier

L’ingénierie est une activité rigoureuse de conceptualisation et de réalisation d'ouvrages d’art fonctionnel et de construction d'ensembles structuraux, mécaniques, chimiques, électriques, électromécaniques, électroniques ou mécatroniques, activité s’exécutant alors selon des règles de l’art et une rigueur scientifique qui est selon le pays acquise après des études scientifiques (France par ex.) ou des formations internes (Allemagne, États-Unis etc.)

Les principes sur lesquels reposent l’ingénierie et sa méthode sont éminemment logiques. Ses référents sont d’ordre techniques, scientifiques et mathématiques.

Écart important des femmes en STEM et problème de perceptionModifier

Malgré des améliorations importantes ces dernières décennies, l'enseignement des STEM n’est pas universellement disponible et les inégalités entre les genres persistent[2]. Les filles semblent perdre leur intérêt pour l'ingénierie avec l’âge et on constate déjà des niveaux inférieurs de participation des filles dans les études avancées au niveau du secondaire. Par exemple, une étude réalisée aux États-Unis a montré un écart entre les intentions des étudiants d’étudier les sciences et l’ingénierie et leur obtention de diplômes dans ces matières[3]. Des constatations semblables ont été observées dans une étude des étudiants en ingénierie en République de Corée[4]. Par exemple, les filles étaient trois fois plus nombreuses que les garçons à s’imaginer travailler dans des professions de santé, tandis que les garçons étaient deux fois plus nombreux à s’imaginer travailler dans l’ingénierie[5],[6].

Ces écarts s'expliquent par des stéréotypes prédominants concernant le genre et les STEM – « les garçons sont meilleurs en maths et en sciences que les filles » et « les carrières des sciences et de l’ingénierie sont des domaines masculins »[7].

Pourtant, les filles ayant le plus confiance en soi et croyant le plus à leurs capacités dans les STEM sont plus performantes à l’école et ont de meilleures chances de suivre des carrières dans les STEM[8]. Une étude a montré que lorsqu’on disait aux filles que leurs aptitudes cognitives pouvaient s’améliorer par l’apprentissage et la pratique, elles réussissaient mieux aux tests de mathématiques et avaient plus de chances de s’intéresser à de futures études de mathématiques[9]. Les possibilités de pratique dans des domaines tels que l’ingénierie, en particulier, peuvent aussi augmenter l’auto- efficacité et l’intérêt des filles[10]. Il existe des programmes visant à renforcer les capacités des filles dans les TIC afin qu’elles deviennent des innovatrices dans le domaine de la technologie informatique[11],[12].

Une étude réalisée au Danemark sur les raisons du choix d’une carrière en ingénierie a constaté que les hommes étaient plus influencés par des raisons intrinsèques et financières et les femmes beaucoup plus influencées par le mentorat[13].

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Tlfi
  2. UNESCO, Déchiffrer le code : l’éducation des filles et des femmes aux sciences, technologie, ingénierie et mathématiques (STEM), Paris, UNESCO, (ISBN 978-92-3-200139-9, lire en ligne)
  3. National Science Board, « Setting Priorities For Large Research Facility Projects Supported By the National Science Foundation », Arlington VA, National Science Foundation, Defense Technical Information Center,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Youn, J. T. and Choi, S. A., « Factor analysis for women in engineering education program to increase the retention rate of female engineering students. », International Journal of Applied Engineering Research, Vol. 11, No. 8,‎ , p. 5657-5663
  5. « PISA 2015 Results (Volume I) (Summary in Spanish) », PISA 2015 Results (Volume I),‎ (ISSN 1996-3777, DOI 10.1787/3a838ef3-es, lire en ligne, consulté le )
  6. « What kind of careers in science do 15-year-old boys and girls expect for themselves? », PISA in Focus,‎ (ISSN 2226-0919, DOI 10.1787/76e7442c-en, lire en ligne, consulté le )
  7. Patricia A. Dawson, « Resource Review: Why So Few? Women in Science, Technology, Engineering, and Mathematics », Journal of Youth Development, vol. 9, no 4,‎ , p. 110–112 (ISSN 2325-4017 et 2325-4009, DOI 10.5195/jyd.2014.44, lire en ligne, consulté le )
  8. (en) Dale Baker, « What Works: Using Curriculum and Pedagogy to Increase Girls' Interest and Participation in Science », Theory Into Practice, vol. 52, no 1,‎ 2013-01-xx, p. 14–20 (ISSN 0040-5841 et 1543-0421, DOI 10.1080/07351690.2013.743760, lire en ligne, consulté le )
  9. Hill, C., Corbett, C. et St. Rose, A., Why So Few Women in Science Technology Engineering and Mathematics, Washington DC, Association américaine des femmes universitaires, (ISBN 1879922401)
  10. Skolnik, J., « Why are girls and women underrepresented in STEM, and what can be done about it? », Science & Education, Vol. 24,‎ , p. 1301-1306 (DOI: 10.1007/ s11191-015-9774-6)
  11. (en) « Robotix » (version du 12 février 2019 sur l'Internet Archive), sur https://www.robotixedu.com/
  12. (en) « We're building the world's largest pipeline of future female engineers. » (version du 28 janvier 2021 sur l'Internet Archive), sur girlswhocode.com
  13. (en) Anette Kolmos, Niels Mejlgaard, Sanne Haase et Jette Egelund Holgaard, « Motivational factors, gender and engineering education », European Journal of Engineering Education, vol. 38, no 3,‎ 2013-06-xx, p. 340–358 (ISSN 0304-3797 et 1469-5898, DOI 10.1080/03043797.2013.794198, lire en ligne, consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Disciplines de l'ingénierie :

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

 
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Ingénierie.