Christophe Masutti

Christophe Masutti est un philosophe et historien français des sciences et des techniques (en). Il travaille au CHU de Strasbourg à la coopération européenne et il est chercheur associé au SAGE (Société, Acteurs et Gouvernement en Europe) à l'Université de Strasbourg[1].

Après une formation initiale en philosophie, il se dirige vers l'histoire et la sociologie des sciences à l'IRIST de Strasbourg. Il soutient une thèse de doctorat en 2004 sur l'histoire de l'écologie, intitulée Le Dust Bowl, la politique de conservation des ressources et les écologues aux États-Unis dans les années 1930[2]. La thèse est publiée sous licence libre sous le titre Les faiseurs de pluie. Dust Bowl, écologie et gouvernement (États-Unis, 1930-1940)[3].

Capitalisme de surveillance

Christophe Masutti travaille depuis quelques années sur l'histoire des relations entre technologies numériques et société (en)[4],[5].

Dans son livre Affaires privées. Aux sources du capitalisme de surveillance[6], Christophe Masutti procède à une analyse historique des transformations sociales et politiques provoquées par la révolution informatique et le marché des données depuis les années 1960. Pour lui, comprendre comment le capitalisme de surveillance s'est développé sur un substrat technologique et idéologique (la valorisation des données personnelles et le solutionnisme technologique) est le moyen de proposer des pistes pour s'en distancier. Sur plusieurs points significatifs, il s'oppose à Shoshana Zuboff qui ne défini le capitalisme de surveillance qu'au regard du libéralisme et des pratiques des GAFA à l'encontre de la vie privée. Pour C. Masutti, les combats pour la vie privée sont plus anciens, et constituent un axe de lecture historique de la surveillance parmi d'autres, dont l'histoire des techniques, en particulier celle des ordinateurs et des réseaux. Il se rapproche d'une analyse marxiste de l'économie de la surveillance[7] et envisage sur cette base une relecture de la modernité technologique. De même ses travaux sont à rapprocher du domaine des surveillance studies.

Logiciel libre et culture libre

Au sein de l'association Framasoft, Christophe Masutti est engagé en faveur de la promotion du logiciel libre, de la culture libre, et des libertés numériques[8]. Il fut président de l'association Framasoft de 2012 à 2014. Il en est maintenant l'un des co-administrateurs et intervient publiquement de temps à autre au nom de l'association[9]. Au sein de Framasoft son rôle historique est le plus connu à la coordination du projet Framabook. Il fut le rédacteur principal[10] du célèbre billet du Framablog qui illustra l'orientation décisive de Framasoft vers l'éducation populaire et son détachement de l'Éducation nationale : « Pourquoi Framasoft n'ira plus boire le thé au ministère de l’Éducation Nationale ».

Il a également collaboré avec Richard Stallman à la réédition de sa biographie[11] (autorisée) qui paraît en français en 2010. Il a coordonné et publié, avec Camille Paloque-Bergès, un ouvrage collectif intitulé Histoires et cultures du Libre. Des logiciels partagés aux licences échangées (Framabook, 2013)[12].

Il est également l'auteur d'un petit manuel pour tout public sur les usages des outils numériques intitulé Libertés numériques. Guide de bonnes pratiques à l’usage des DuMo[13]. Il a également traduit et adapté un manuel de référence sur LibreOffice :  LibreOffice, c’est stylé ! (Framabook, 2018).

Christophe Masutti fut l'initiateur en 2012 d'une Opération Libre à Gérardmer, dans les Vosges, impliquant la communauté Wikimédia Alsacienne (Cab'alsacienne).

Notes et références

  1. « MASUTTI Christophe - SAGE - Université de Strasbourg », sur sage.unistra.fr (consulté le 28 octobre 2020)
  2. Christophe Masutti et Matthias Dörries (directeur de thèse), Le Dust Bowl : la politique de conservation des ressources et les écologues aux Etats-Unis dans les années 1930 (thèse de doctorat en histoire de l'écologie ), Strasbourg, Université Louis Pasteur, , 427 p. (OCLC 492081763, SUDOC 084326158, lire en ligne)
  3. « C. Masutti, Les faiseurs de pluie, 2012 - Département d'histoire des sciences de la vie et de la santé | DHVS - Université de Strasbourg », sur dhvs.unistra.fr (consulté le 28 octobre 2020)
  4. Christophe Masutti, « Du software au soft power » , dans Tristan Nitot et Nina Cercy (éds.), Numérique, reprendre le contrôle, Framabook, 2016, pp. 99-107. Lien.
  5. Christophe Masutti, « Ingénieurs, hackers : naissance d’une culture », in : Camille Paloque-Berges et Christophe Masutti (dir.), Histoires et Cultures du Libre. Des logiciels partagés aux licences échangées, Lyon/Framasoft, Framabook, 2013, pp. 31 – 65
  6. Christophe Masutti, Affaires privées. Aux sources du capitalisme de surveillance, Paris, C&F éditions, , 475 p. (ISBN 978-2-37662-004-4, lire en ligne)
  7. Maud Barret Bertelloni, « « La surveillance est un mode du capitalisme » - Entretien avec Christophe Masutti », sur Le Vent Se Lève, (consulté le 28 octobre 2020)
  8. « La lutte contre la surveillance est un anticapitalisme », sur Politis.fr, 20200429 15:00 (consulté le 28 octobre 2020)
  9. « Les résistants du logiciel libre », Le Temps, (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 28 octobre 2020)
  10. « La place du numérique à l’école relève de la place de l’école dans la société – Framablog », sur framablog.org (consulté le 28 octobre 2020)
  11. Richard M. Stallman, Christophe Masutti, Sam Williams, Richard Stallman et la révolution du logiciel libre. Une biographie autorisée., Paris, Eyrolles, , 338 p. (ISBN 978-2-212-13635-7, lire en ligne)
  12. Par Frmsft |, « Histoires et cultures du Libre », sur Framabook (consulté le 28 octobre 2020)
  13. Par Frmsft |, « Libertés numériques », sur Framabook (consulté le 28 octobre 2020)

Liens externes

  • Portail de la philosophie
  • Portail de la sociologie
  • Portail des technologies
  • Portail de l’histoire des sciences
  • Portail des logiciels libres
  • Portail de la France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Partage dans les Mêmes. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.