Chimie organométallique

La chimie organométallique est l'étude des composés chimiques contenant une liaison covalente entre un métal et un atome de carbone situé dans un groupe organique[1]. Elle combine des aspects de la chimie organique et de la chimie inorganique.

Historique

Le ferrocène : publié en 1951, ce composé a marqué l'histoire de la chimie organométallique.

Concepts

Un complexe inorganique (pas nécessairement un organométallique) est un édifice polyatomique constitué d'un cation central (le plus souvent métallique) entouré de plusieurs ligands qui sont des molécules ou des ions qui délocalisent une partie de leur densité électronique sur le cation, formant ainsi des liaisons chimiques avec celui-ci.

La règle des 18 électrons est très utilisée en chimie organométallique pour prédire la stabilité des complexes. En effet, les complexes organométalliques ayant 18 électrons (orbitales s, p et d) sont relativement stables, donc isolables.

Les composés organométalliques sont soumis à certaines réactions :

Références

  1. (en) « Organometallic compounds », Compendium of Chemical Terminology [« Gold Book »], IUPAC, 1997, version corrigée en ligne :  (2006-), 2e éd.

Voir aussi

Articles connexes


  • Portail de la chimie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Partage dans les Mêmes. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.