Cannabis

Genre botanique

Chanvre

Le cannabis (Cannabis L.) est un genre botanique qui rassemble des plantes annuelles de la famille des Cannabaceae. Ce sont toutes des plantes originaires d'Asie centrale ou d'Asie du Sud. La classification dans ce genre est encore discutée. Selon la majorité des auteurs il contiendrait une seule espèce, le Chanvre cultivé (Cannabis sativa L.), parfois subdivisée en plusieurs sous-espèces[1], généralement sativa, indica et ruderalis (syn. spontanea), tandis que d'autres considèrent que ce sont de simples variétés. Les plantes riches en fibres et pauvres en Tétrahydrocannabinol (THC) donnent le « chanvre agricole » qui pousse dans les zones tempérées, exploité pour ses sous-produits (fibres, graines...) aux usages industriels variés, tandis que le « chanvre indien », qui pousse en climat équatorial, est au contraire très riche en résine et exploité pour ses propriétés médicales et psychotropes.

De nombreuses lignées de cannabis sont, en outre, obtenues par hybridation entre sous-espèces ou variétés du genre, par sélection des plantes ou encore par le bouturage qui permet de les cloner à l'identique. Ainsi les plants sont triés en fonction de l'usage que l'on souhaite en faire ou de la législation locale : qualité de leurs fibres, richesse en huile de leurs graines (chènevis), leur faible taux de THC ou, au contraire, leur concentration élevée en cannabinoïdes dans le cadre des usages médicaux ou comme drogue.

Le chanvre fut très largement utilisé au cours de son histoire. Il côtoie l'être humain depuis le Néolithique. Il a toutefois été peu à peu réglementé voire interdit au cours du XXe siècle, en raison de ses propriétés psychotropes et des effets du cannabis sur la santé. La culture du chanvre agricole connaît un rebond dans les années 1970, parallèlement à l'augmentation du prix du pétrole, favorisée également par l'émergence de nouveaux débouchés et la prise de conscience environnementale. Comptant 47 000 hectares cultivés en 2017, le Maroc est le principal producteur de cannabis au monde, devant la Mongolie (15 000 hectares).

Le cannabis récréatif est considéré comme une drogue douce, notamment du fait de l'impossibilité de faire une overdose de THC. Une dépendance psychique au cannabis reste possible, mais non physique comme dans le cas des drogues dites dures. Des études ont également montré qu'une consommation régulière de cannabis chez l'adolescent induit une baisse irréversible de QI et favorise l'apparition de troubles psychotiques. L'usage récréatif du cannabis est aujourd'hui autorisé dans plusieurs États américains, ainsi qu'en Uruguay et au Canada, qui est en le premier pays du G7 à voter sa légalisation. Selon l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime, 180 millions de personnes ont consommé au moins une fois du cannabis à usage récréatif en 2017.

VocabulaireModifier

Le mot « chanvre » est dérivé du latin cannabis[2]. Lui-même est la translittération de l'arabe « قنب »[3], kunneb.[4]. Ce mot a donné son nom scientifique au genre botanique Cannabis, mais aussi dans le langage courant au « cannabis » récréatif.

Les espèces ou sous-espèces du genre botanique Cannabis sont désignées en français par des noms différents selon l'usage qui en est fait. Ainsi, au XXIe siècle, les acteurs de la filière du chanvre qui produisent des variétés de Cannabis à usage industriel préfèrent utiliser les appellations « chanvre », « chanvre cultivé », « chanvre agricole », « chanvre d'œuvre » ou d'ouvrage... Tandis que pour les variétés de Cannabis à usage récréatif, on utilise de préférence la terminologie latine empruntée à la nomenclature botanique : « cannabis », « sativa », « indica », « ruderalis »[5] ou « afghanica », ainsi que des appellations plus traditionnelles comme « chanvre indien » ou « chanvre afghan ».

En ce qui concerne l'agriculture, le « chanvrier », ou la « chanvrière », est la personne qui travaille le chanvre, mais une « chanvrière » peut aussi désigner une coopérative de producteurs ou un champ de cette plante. On disait aussi le « chanvreur » pour celui qui en broyait les tiges et le « ferrandier » pour désigner le peigneur de chanvre qui séparait les fibres. On utilisait un four à chanvre pour le séchage. Un champ de chanvre s'appelle ainsi une « chanvrière », mais on parle aussi de « chènevière », ou encore de « canebière » dans le sud de la France, à l'origine du nom de l'artère du centre de Marseille (du provençal « canèbe », qui signifie « chanvre »)[6].

En botanique, le chènevis est la graine de chanvre et la chènevotte sa tige centrale dépourvue d'écorce.

Le fait de cultiver clandestinement du chanvre en pleine nature à l'abri des regard s'appelle la « culture guérilla », traduction littérale de l'expression anglaise guerilla grow. Les auteurs d'une culture guérilla sont appelés « guerilleros » et le lieu de culture un « spot guerilla »[réf. nécessaire].

Les cannabinoïdes sont les substances chimiques produites par des glandes spécialisées présentes sur toutes les parties aériennes de la plante. La marijuana regroupe les fleurs séchées sélectionnées pour leur taux élevé en THC ou autres cannabinoïdes, tandis que le haschich est la résine pure issue du chanvre femelle, préparée en pâte, et le skuff est un autre dérivé manufacturé du cannabis obtenu par un tamisage plus grossier que le haschich.

Un grand nombre de surnoms allégoriques sont donnés familièrement aux différents sous-produits à usage récréatif dérivés des Cannabis sp., destinés à les distinguer de l'usage agricole et dont la variété et le caractère exotique ou temporaire sont amplifiés dans le contexte d'une pratique clandestine[2].

Dans un autre registre familier, la « cravate de chanvre » désigne par métonymie la corde de la potence[2].

Nomenclature et systématiqueModifier

Les auteurs poursuivent les recherches et les analyses au XXIe siècle pour déterminer si les grands types de chanvre traditionnellement identifiés sont répartis en espèces ou bien en sous-espèces, auxquelles il faut ajouter les multiples variétés ou cultivars obtenus par croisement ou par sélection progressive de ces supposées espèces (voir la liste des lignées de cannabis).

Selon la majorité des auteurs, ce genre contiendrait une seule espèce, le Chanvre cultivé (Cannabis sativa L.), subdivisée en plusieurs sous-espèces, généralement subsp. sativa, subsp. indica et subsp. ruderalis (syn. spontanea)[7],[5]. Toutefois certains auteurs mentionnent encore plusieurs espèces : Cannabis indica, Cannabis ruderalisetc.

Cette division est discutable : certains ne considèrent pas les différences entre les espèces ou les sous-espèces comme suffisamment importantes et estiment que ce sont toutes de simples variétés botaniques de Cannabis sativa.

On peut néanmoins différencier quatre phénotypes bien distincts[8] : « sativa », « indica », « ruderalis » et « afghanica ».

Liste d'espèces, sous-espèces ou variétésModifier

 
Différence entre les principales plantes du genre Cannabis

Les études du début du XXIe siècle tendent à regrouper toutes les formes de la plante dans une seule espèce, Cannabis sativa L., mais selon les époques et les auteurs, le nombre d'espèces distinctes, sous-espèces ou variétés diffère.

Selon GRIN (10 octobre 2018)[9] et ITIS (10 octobre 2018)[10] :

Selon Catalogue of Life (10 octobre 2018)[11] :

Selon BioLib (10 octobre 2018)[12] :

Principaux phénotypesModifier

On peut différencier quatre phénotypes bien distincts[8]

Chanvre cultivé ou « sativa »Modifier

 
Sativa jamaïcaine destinée à être fumée.
 
Jeune plant de Sativa exposé au Jardin d'Éden, à La Réunion.

Le phénotype dit Cannabis sativa L. est synonyme de Cannabis sativa subsp. sativa. C'est une plante appelée dans le langage commun, selon son usage, chanvre cultivé ou sativa[14]. Elle provient des régions équatoriales. Elle atteint en quelques mois une hauteur de plusieurs mètres et jusqu'à plus de six mètres). Les folioles de ses feuilles sont fines et la plante est peu ramifiée. Sa tige est souple et creuse. Son cycle de vie est plus long que celui des autres sous-espèces, sans doute à cause de la photopériode des régions équatoriales.

Cette plante est réputée pour ses fibres, elle a largement été utilisée dans le passé et l'est encore à l'époque actuelle pour les multiples applications qu'elle permet (tissus, construction, cosmétique, isolation phonique et isolation thermique, huiles, cordages, litières, combustibles, papeterie, alimentation humaine, alimentation animale, agrocarburants, usage médicamenteux, usage récréatif, matériaux composites en association avec des matières plastiques…). Les semenciers travaillent par exemple à la création de cultivars sélectionnés génétiquement et qui constituent le chanvre cultivé légalement[15]. Le but est de réhabiliter la filière chanvre afin de répondre aux nouveaux défis énergétiques et environnementaux. Ces cultivars font l'objet d'un programme de sélection génétique intensif afin de minimiser leur teneur en THC.

Chanvre indien ou « indica »Modifier

 
Cannabis indica M-39.

Le phénotype Cannabis indica Lam. est synonyme de Cannabis sativa subsp. indica (Lam.) E.Small & Cronquist, ou de Cannabis sativa L. var. indica (Lam.) Wehmer. Elle est couramment appelée chanvre indien[16]. La plante est originaire des régions himalayennes du nord de l'Inde. Le chanvre indien est réputé essentiellement pour ses propriétés psychotropes mais également dans une moindre mesure pour sa fibre. Une rumeur populaire prétend à tort que c'est la seule sous-espèce qui se fume. Certains prétendent que, comme psychotrope, elle procure davantage un effet « stoned »[17] comparé au Cannabis sativa. C'est un effet plus lourd, plus corporel, voire soporifique, plutôt qu'un effet « high », plus cérébral, et davantage associé aux sativas.

Sa concentration en principes actifs dépend du climat et de l'environnement dans lesquels la plante a évolué[18]. Elle se caractérise physiquement par des pales larges, une ramification assez importante et une stature moyenne qui ne dépasse jamais les trois mètres. Sa floraison est plus précoce que Cannabis sativa L. subsp. sativa, raison pour laquelle elle est davantage appréciée en culture récréative. Sa tige est souple et presque pleine.

Chanvre sauvage ou « ruderalis »Modifier

 
Chanvre sauvage

Le phénotype Cannabis ruderalis Janisch est synonyme de Cannabis sativa subsp. spontanea, ou de Cannabis sativa var. ruderalis (Janisch.) S.Z.Liou. Il est appelé couramment chanvre sauvage[19]. Elle est caractérisée par sa floraison précoce. Certaines populations sont insensibles à la photopériode. Elle supporte des climats assez froids et des conditions environnementales difficiles. Comme Cannabis afghanica, sa stature est petite ne dépassant pas les 1 m de hauteur et n'est pratiquement pas ramifiée, souvent à tige unique. La plante entre dans la création d'hybrides pour augmenter la précocité du chanvre à usage récréatif. Il ne possède en lui-même que de très faibles effets psychotropes. La teneur en THC n'excède pas les 0,5 %.

Le chanvre sauvage pousse à l'état sauvage en Europe centrale et en Europe de l'Est où il est considéré comme une « mauvaise herbe ». On le rencontre fréquemment en bordure des routes, des champs et des rivières. Le chanvre sauvage poussait à l'origine dans le Sud-Est de l'ancienne Russie. On pense que ce sont les Scythes qui l'ont diffusé en Asie notamment en Mongolie. Il est actuellement, naturalisé depuis l'Europe centrale jusqu'en Chine.

Chanvre afghan ou « afghanica »Modifier

Le phénotype Cannabis afghanica est synonyme de Cannabis kafiristanica (Vavilov) Chrtek ou de Cannabis sativa subsp. kafiristanica ou encore de Cannabis sativa var. kafiristanica (Vavilov) E.Small & Cronquist). Il est appelé couramment chanvre afghan[20]. Le Kafiristan, nom d'une province afghane, signifie littéralement « pays des infidèles ». Le Kafiristan est une province isolée dans les montagnes de l'Hindu Kush qui a récemment été renommée Nurestân. Elle est appelée ainsi car d'autres sous-espèces poussent en Afghanistan, souvent dérivées du chanvre indien, et sont souvent appelées abusivement chanvre afghan [pas clair] [21][réf. incomplète].

Le chanvre afghan est cultivé essentiellement dans les montagnes du Pakistan et de l'Afghanistan, milieu auquel il est bien adapté. La plante ne dépasse jamais les 1,50 m de hauteur. Il est à peine plus grande que le chanvre sauvage mais contrairement à ce dernier il possède un important taux de THC. Il est cultivée exclusivement pour la production de haschich, sa petite taille le rendant impropre à une utilisation textile. Il présente de nombreuses ramifications comme le chanvre indien, mais la distance entre les nœuds est beaucoup plus faible. À maturité ses feuilles sont beaucoup plus longues que C. indica, atteignant la dimension de celles de C. sativa mais plus large et avec le même ratio longueur/largeur que C. ruderalis. C'est le seul type de Cannabis à avoir un tronc nervuré et solide. Ces caractéristiques intermédiaires sont peut-être la trace d'une origine hybride ancienne fixée.

Caractéristiques du genreModifier

Description botaniqueModifier

Les espèces du genre Cannabis sont des plantes annuelles de la famille des Cannabaceae. Ce sont toutes des plantes originaires d'Asie centrale ou d'Asie du Sud.

Les Cannabis ont un système de détermination sexuelle particulièrement compliqué. Plusieurs modèles ont été proposés pour expliquer ce fonctionnement.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Cannabinoïdes dans la planteModifier

Plus de soixante cannabinoïdes sont recensées dans les différents cultivars. Le tétrahydrocannabinol (THC), le cannabidiol (CBD) et le cannabinol (CBN) sont les plus répandues. Leur biosynthèse se fait dans des glandes spécialisées présentes sur toutes les parties aériennes de la plante. Le développement de ces glandes débute avec la formation des bractées.

Les facteurs régulant la production de cannabinoïdes ne sont que partiellement connus. Bien qu'il soit prouvé que le stress environnemental augmente de manière importante la quantité de Δ 9-tetrahydrocannabinol (Haney and Kutscheid, 1973; Coffman and Gentner, 1975)[22], une théorie plus générale est que les aspects qualitatifs dépendent de la génétique de la plante et que les aspects quantitatifs sont influencés par des facteurs environnementaux (Fairbairn and Liebmann, 1974 ; Latta and Eaton, 1975)[22]. Les cannabinoïdes jouent le rôle d'agents défensifs, contre la dessiccation, les parasites, les UV-B, le froid et les microbes[23].

UtilisationModifier

HistoriqueModifier

 
Récolte et travail du chanvre en 1695.

Le chanvre est une des premières plantes domestiquées par l'homme, au Néolithique, probablement en Asie. Il a ensuite accompagné migrations et conquêtes pour se répandre sur tous les continents. Jadis, le Cannabis, était considéré comme une plante magique associée aux pratiques magiques. L'usage rituel du cannabis comme psychotrope est attesté il y a 2500 ans à Jirzankal, Chine[24].

Les fibres de chanvre servaient à confectionner des vêtements en Chine 600 ans av. J.-C., en Europe au Moyen Âge. Les vêtements royaux occidentaux étaient souvent constitués de mélanges de chanvre et de lin. La première Bible imprimée par Gutenberg l'aurait été sur papier de chanvre. Le papier de chanvre est utilisé jusqu'au XIXe siècle. Au début du XXe siècle, en Europe, les fibres de chanvre furent remplacées par le coton, originaire des États-Unis. Plus récemment, ces fibres résistantes et à portée de main, ont servi à fabriquer des vêtements militaires lors des deux guerres mondiales. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, elles furent remplacées par des fibres synthétiques, au tissage plus régulier. Les fibres ont longtemps été utilisées pour fabriquer les billets de banque avant d'être remplacées par de l'ortie. Elles ont également pendant longtemps été utilisées pour tisser les voilures des bateaux en plus des cordes et cordages.

Le chanvre était également considéré comme une plante magique. Il était utilisé dans les rituels funéraires : la fumée de l'herbe séchée et brûlée sur des pierres ardentes en présence du défunt était censée déconnecter du monde matériel et permettre de parler aux esprits[25].

Usage agricole et industrielModifier

Traditionnellement utilisé pour faire des cordages, du papier ou des textiles résistants, le chanvre moderne est cultivé plus particulièrement pour ses qualités d'isolant phonique et thermique. Le béton de chanvre et les briques de chanvre permettent en plus de réguler la vapeur d'eau des murs et la laine de chanvre est réputée plus saine que les isolants traditionnels.

Le chènevis est utilisé entier, pour la consommation humaine ou animale, mais on peut aussi en faire de l'huile, des boissons ou de la farine.

Enfin, la chènevotte, c'est-à-dire la moelle centrale de la tige, est également proposée en litière ou comme paillis.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Usage psychotropique et récréatifModifier

 
La fumeuse de Haschisch par Émile Bernard, 1900.

Le chanvre est, légalement ou non selon les pays, largement utilisé pour les propriétés psychotropes induites notamment par la présence de tétrahydrocannabinol (THC). C'est le cas essentiellement de trois des quatre formes qui peuvent être consommées directement après la récolte :

La forme Cannabis ruderalis ne contient pas suffisamment de THC pour présenter un réel intérêt dans ce but. Elle n'est utilisée par les cultivateurs de cannabis que pour effectuer des croisements en vue d'obtenir une meilleure résistance et une floraison plus précoce. Actuellement, presque tous les cultivars utilisés pour l'auto-consommation sont des hybrides de ces quatre espèces. Mais ce sont principalement Cannabis indica et Cannabis sativa qui sont utilisées.

Bien qu’il ait probablement été utilisé comme drogue occasionnelle durant son histoire, c'est aux États-Unis, parmi la scène jazz des années 1950 qu’on le voit devenir populaire, avec la Beat Generation. Suivra une forte augmentation de son utilisation pendant les années 1960. Harry Anslinger, investigateur du système fédéral de lutte contre la drogue fait surveiller et ficher de nombreux artistes susceptibles d'en consommer. En Europe de l'Ouest, l'explosion de la popularité du cannabis coïncide avec le mouvement hippie : la consommation de drogue devient alors synonyme de contestation de la société bourgeoise.

Depuis les années 1990, la culture du chanvre a vu se développer de nouveaux acteurs, de nouveaux réseaux et de nouvelles pratiques. En effet de plus en plus d'usagers du cannabis en Europe et dans le monde (Etats-Unis, Canada, Australie...) se tournent vers l'autoproduction à l'intérieur de logements - en appartement ou en maison, ou à l'extérieur - dans le jardin, en forêt, en montagne, dans un champ... Ils ne veulent plus être confrontés aux risques (violences, mauvaise qualité des produits, inflation...) liés aux trafics dans les espaces publics (rue, cité...) ou privés (bar, discothèque, appartement...), et souhaitent pour certains augmenter leurs revenus en commercialisant une partie de leur production auprès de leurs propres réseaux (amis, famille, collègues, ami d'ami, voisins...). Cultiver à l'intérieur procure souvent de meilleurs résultats (qualité, quantité), mais est plus dangereux lorsque l'activité est illicite parce que le police identifie plus facilement les responsables, tandis que cultiver à l'extérieur, dans des lieux isolés, est moins risqué en cas de saisie. Enfin, les cultivateurs perfectionnent depuis les années 70 leurs outils et méthodes de production, ce qui a pour conséquence une plus grande diversité d'herbes, avec une hausse moyenne des teneurs en THC dans les différentes variétés de cannabis. Un réseau de magasins spécialisés fournissant aux cultivateurs tout le matériel sauf les graines s'est développé dans les années 90 et 2000 en France et dans le monde. L'internet, les sites web de vente en ligne jouent un rôle important dans la diffusion des connaissances, des valeurs et des croyances. Ce secteur de production et de consommation reste à explorer par les chercheurs en sciences sociales et économiques, en médecine, en addictologie et en épidémiologie[26].

Usage médicinal et médicalModifier

 
Enseigne d'un dispensaire à Los Angeles, Californie.

L'histoire de l'usage thérapeutique du cannabis est difficile à retracer, notamment parce que les législations régulant sa production, sa distribution, sa possession et sa consommation sont relativement récentes, et la distinction entre usage médical et usage récréatif l'est encore plus.

L'égyptologue Lise Manniche note la mention de la « plante médicale de la marijuana » dans plusieurs textes égyptiens, dont l'un remonte au XVIIIe siècle av. J.-C.[27] On trouve aussi mention du cannabis dans plusieurs textes anciens chinois et indiens, notamment dans le Shen nung pen Ts'ao king, le plus vieux recueil traitant de plantes médicinales, attribué à l'empereur Shennong. Le cannabis y est prescrit pour traiter vomissements, maladies infectieuses parasitaires et hémorragies. La redécouverte par l'Occident des vertus thérapeutiques du cannabis est généralement attribuée à Sir William Brooke O'Shaughnessy, qui en 1831 publie dans la revue médicale britannique The Lancet sa méthode d'injection intraveineuse d'électrolytes en solution pour soigner le choléra. Sa découverte lui vaut un poste en Inde, où il étudie les différentes plantes médicinales traditionnelles, dont l'opium. À partir de la fin des années 1830, il expérimente avec différentes concoctions à base de chanvre et ses effets sur des patients souffrant notamment de rhumatismes, hydrophobie, choléra ou tétanos. Il publie ses expériences et conclusions lors de son retour en Angleterre en 1841, où il rapporte des spécimens de chanvre et de strychnos nux-vomica à l'intention des Jardins botaniques royaux de Kew.

De nombreux articles sur différentes espèces de cannabis sont publiés en Europe et en Amérique du Nord pendant la seconde moitié du XIXe siècle. L'usage thérapeutique du cannabis et du hashish est courant aux États-Unis jusque dans les années 1930, et fait son apparition dans la pharmacopée américaine officielle en 1851[28]. Il est prescrit généralement comme un analgésique, un sédatif, un antispasmodique ou un antiémétique. Malgré son efficacité reconnue, son utilisation décline car le cannabis, peu soluble dans l'eau (liposolubilité), ne peut être injecté à l'aide d'une seringue hypodermique, à la différence de médicaments plus modernes. La prohibition des psychotropes et l'impossibilité de son utilisation par voie injectable expliquent que le cannabis est supprimé définitivement de la pharmacopée américaine en 1941 et de la pharmacopée française en 1953[29].

Le chimiste israélien Raphael Mechoulam isole en 1964 le tétrahydrocannabinol (THC), principal composé psychoactif du cannabis, et devient un pionnier de l'utilisation médicale du cannabis. Il publie plusieurs expériences cliniques, ce qui relance l'intérêt médical de cette drogue dans les laboratoires internationaux[30].

Au XXIe siècle, dans les pays où il est autorisé, le cannabis médical est employé dans une très grande variété de maladies et de pathologies, notamment nausées et vomissements, anorexie et cachexie, spasmes, troubles du mouvement, douleurs, glaucome, diarrhées, épilepsie, asthme, dépendance et état de manque, symptômes psychiatriques, maladies auto-immunes et inflammations et insomnies[31]. Le cannabis existe sous plusieurs formes médicales, dont la disponibilité dépend de la législation du pays où il est autorisé. Il peut aussi être prescrit à l'état naturel afin d'être consommé fumé, ou par inhalation de vapeur de tétrahydrocannabinol (THC) sublimé, et là encore sa prescription la plus courante reste relative aux malades en phase terminale[32].

Il a été constaté que le THC diminue l'avancement de la tumeur de la même manière que la dégradation des cellules dans les poumons de 50% et diminue de part en part la limite de propagation de la maladie, selon des chercheurs de l'Université de Harvard qui ont essayé le composé à la fois en laboratoire et à la souris.[33]

Pour des usages médicaux, selon une publication de 2019, une levure de bière a été génétiquement modifiée pour produire in vitro des cannabinoïdes médicinaux (dont certains ont des propriétés psychotropes) semblables à ceux trouvés dans le cannabis[34].

En France, un test de deux années mené dans des centres hospitaliers et concernant plus de 3 000 personnes souffrant de maladies graves a été voté par les députés français fin octobre 2019 et devrait débuter au premier semestre 2020. Le test sera destiné aux patients souffrant de maladies comme l'épilepsie, la sclérose en plaques ou encore des effets secondaires de chimiothérapies. Le traitement prendra la forme de fleurs séchées, ou d'huiles et potentiellement de tisanes[35].

Législation et traficModifier

 
Signalisation routière à la frontière Canada-États-Unis interdisant le cannabis, Abercorn près de Sutton, Québec (2018).

Dans le texte original de la Convention unique sur les stupéfiants de 1961, le Cannabis et la résine de cannabis sont inscrits au tableau IV et sont donc également inclus au tableau I et soumis à toutes les mesures de contrôle applicables aux stupéfiants de ce tableau, auxquelles s'ajoutent des mesures plus contraignantes encore[36],[37]. Cette convention ne s'applique toutefois pas au chanvre industriel.

La Convention contre le trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes de 1988, autorise l'administration à usage médical et prévoit de ne pas punir la consommation, mais de réprimer le fait de se procurer, de détenir et les actes préparatoires, même pour l'usage personnel[38].

Afin de réglementer l'usage de ces plantes, la culture et la possession de Cannabis sp. ou de sous-produits à usage récréatif font l'objet d'une législation variable selon les pays et la concentration en THC des variétés considérées. Malgré cela, il existe des circuits parallèles qui tentent de contourner la légalité en organisant un trafic parfois pratiqué par des bandes organisées.

En France, les sanctions contre les trafiquants de stupéfiants peuvent aller jusqu'à trente ans d'emprisonnement et 7 500 000 € d'amende[39]. Pour lutter contre ce trafic il existe une mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives. La présentation sous un jour favorable de l'usage ou du trafic de cannabis est passible de cinq ans de prison et 75 000 € d’amende, limitant de fait la liberté d'expression autour du cannabis, mais plus largement des stupéfiants illégaux. Lorsque l'intention est artistique ou à but informatif, l'infraction n'est toutefois pas relevable[40]. C'est ainsi que quelques médias spécialisés existent sur le sujet, comme Newsweed, et informent quotidiennement de l'actualité légale et mondiale du cannabis, tout en apportant des éléments scientifiques issus d'études ou de recherches internationales.

Comptant 47 000 hectares cultivés en 2017, le Maroc est le principal producteur de cannabis au monde, devant la Mongolie (15 000 hectares)[41].

En 2018, le Royaume-Uni était le premier producteur de cannabis légal au monde, totalisant 95 tonnes de marijuana à usage médical et scientifique en 2016, soit 44,9 % de la production mondiale. Il est, la même année, le plus grand exportateur, représentant 70 % du marché international[42].

Au Canada, le cannabis récréatif devient légal à l'échelle fédérale avec la loi C-45, résultat d'une promesse électorale qu'avait formulé l'actuel premier ministre, Justin Trudeau. L'entrée en vigueur de cette loi est prononcée pour le 17 octobre 2018 dans tout le pays. Chaque province définit un modèle plus ou moins similaire les uns des autres, concernant la vente[43].

Le cannabis récréatif est considéré comme une drogue douce, notamment du fait de l'impossibilité de faire une overdose de THC. Une dépendance psychique au cannabis reste possible, mais non physique comme dans le cas des drogues dites dures[44]. Par ailleurs, des effets métaboliques néfastes ont été observés[Lesquels ?][réf. nécessaire].

Selon l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime, 180 millions de personnes ont consommé au moins une fois du cannabis à usage récréatif en 2017[41]. En 2018 et 2019, des études montrent qu'une consommation régulière de cannabis chez l'adolescent induit une baisse irréversible pouvant atteindre six points de QI[45] et favorise l'apparition de troubles psychotiques[46].

Le marché du cannabis est en constante augmentation. En 2010, l'OFDT estimait le marché global à 225 tonnes de cannabis consommé en France contre 360 aujourd'hui, soit une croissance de 60 % en dix ans. En termes de consommateurs, il y aussi une forte augmentation, passant 3,8 millions en 2010 à 4,6 millions en 2020. Les consommateurs réguliers (plus de dix fois par mois) ont également augmenté de 930 000 en 2010 à 1,4 million en 2020 dont la moitié aurait une consommation quotidienne. Ces statistiques feraient des Français les plus gros consommateurs d’Europe.[réf. nécessaire]

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Nicolas Donzé, Marc Augsburger, Cannabis, haschich & Cie: un enjeu pour l'individu, la famille et la société, collection Aire de famille, éditions Saint-Augustin, 2008. (ISBN 2880114373), 9782880114374. Consulter en ligne.
  • Julien Lefour, La culture du cannabis en France, Alcoologie et Addictologie, 2006, no 2, vol. 28, pp. 149–154.
  • (en) Ouvrage collectif, Marijuana and the Cannabinoids, Édité par Mahmoud A. ElSohly, PhD., Humana Press. 2007. 333 pages.
  • (en) John Michael McPartland, Robert Connell Clarke, David Paul Watson, Hemp Diseases and Pests: Management and Biological Control: An Advanced Treatise, CABI, 14 septembre 2000 - 251 pages.
  • Pascal Hachet, Ces ados qui fument des joints, Toulouse, Ères, 2014, 170 p. (ISBN 978-2-7492-4007-7)
  • Jean-Pierre Parent, Les loyaux services du cannabis, Quatre-Temps, la revue des Amis du Jardin botanique de Montréal, Volume 42, no 2, Été 2018, P. 8-11 (ISSN 0820-5515)

Références taxinomiquesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) M.M.P.N.D. - Sorting Cannabis names
  2. a b et c Parlons chanvre [PDF], Les échos du Chanvre, hiver 98/99 - no 12, p. 4.
  3. (en) Stephen Weston, A specimen of the conformity of the european languages...with the oriental languages, Londres, (lire en ligne)
  4. Antoine-Paulin Pihan, Glossaire des mots français tirés de l'arabe, du persan et du turc, Paris, (lire en ligne).
  5. a et b Le cannabis : carte d’identité Encyclopédie Larousse (consulté en mars 2013).
  6. Définitions lexicographiques et étymologiques de « chanvre » dans le Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales.
  7. Vincent Seutin, Jacqueline Scuvée-Moreau, Étienne Quertemont, Regards croisés sur le cannabis, éditions Mardaga, 28 oct. 2010. Lire en ligne le chapitre 1.1
  8. a et b Distinction des sous-espèces faite par les chercheurs et auteurs du livre Hemp Diseases and Pests, Management and Biological Control de R.C.Clarke, J.M.McPartland & D.P.Watson, Édition CABI, 2000. Lire en ligne pages 3-4.
  9. USDA, Agricultural Research Service, National Plant Germplasm System. 2021. Germplasm Resources Information Network (GRIN Taxonomy). National Germplasm Resources Laboratory, Beltsville, Maryland., consulté le 10 octobre 2018
  10. ITIS, consulté le 10 octobre 2018
  11. Roskov Y., Ower G., Orrell T., Nicolson D., Bailly N., Kirk P.M., Bourgoin T., DeWalt R.E., Decock W., van Nieukerken E.J., Penev L. (eds.) (2020). Species 2000 & ITIS Catalogue of Life, 2020-12-01. Digital resource at www.catalogueoflife.org. Species 2000: Naturalis, Leiden, the Netherlands. ISSN 2405-8858, consulté le 10 octobre 2018
  12. BioLib, consulté le 10 octobre 2018
  13. Tropicos.org. Missouri Botanical Garden., consulté le 10 octobre 2018
  14. Les Maladies et Nuisances du Chanvre de R.C.Clarke, J.M.McPartland & D.P.Watson - descriptif du chanvre cultivé
  15. Par exemple au Canada : Liste des cultivars approuvés pour la récolte de 2011
  16. Les Maladies et Nuisances du Chanvre de R.C.Clarke, J.M.McPartland & D.P.Watson - descriptif du chanvre indien
  17. différence entre Sativa et Indica
  18. botanical.com | Hemp, Enc. Britannica 1856 about hemp
  19. Les Maladies et Nuisances du Chanvre de R.C.Clarke, J.M.McPartland & D.P.Watson - descriptif du chanvre sauvage
  20. Les Maladies et Nuisances du Chanvre de R.C.Clarke, J.M.McPartland & D.P.Watson - descriptif du chanvre afghan
  21. R.C. Clarke, J.M. McPartland et D.P. Watson, Hemp Diseases and Pests, p..
  22. a et b http://www.unodc.org/unodc/bulletin/bulletin_1981-01-01_2_page008.html
  23. Chemical ecology of Cannabis.
  24. Ren M. et al., The origins of cannabis smoking: Chemical residue evidence from the first millennium BCE in the Pamirs, Science Advances, 2019. DOI: 10.1126/sciadv.aaw1391
  25. Guide de visite du jardin des neuf carrés, Abbaye de Royaumont
  26. Lefour Julien, « La culture du cannabis en France », Alcoologie et addictologie,‎ .
  27. Lise Manniche, An Ancient Egyptian Herbal, University of Texas Press, 1989, (ISBN 978-0-292-70415-2)
  28. (en) US Pharmacopoeia - 3d (1851) Edition
  29. Francis Caballero, Yann Bisiou, Droit de la drogue, Dalloz, , p. 107
  30. Le Scientifique, documentaire retraçant l’histoire et les recherches du Dr Raphael Mechoulam.
  31. Association Internationale pour le Cannabis Medical ou (en) Medical Uses sur le site de l'Association Internationale pour le Cannabis Medical, consulté en février 2011
  32. L'ensemble des utilisations médicales possibles du cannabis, et des cannabinoides en général (naturels ou de synthèse) est présenté dans le livre de l'initiateur de l'IACM Cannabis en Médecine : Un guide pratique des applications médicales du cannabis et du THC par le Docteur en Médecine Franjo Grotenhermen - Éditions Indica - 2009
  33. (en) « The Impact of Marijuana on Your Lungs » (consulté le )
  34. Elie Dolgin (2019) Scientists brew cannabis using hacked beer yeast Researchers modify microbe to manufacture cannabis compounds including the psychoactive chemical THC. | Nature News | 27 février
  35. « L'expérimentation du cannabis thérapeutique autorisée par l'Assemblée », sur Les Echos, (consulté le ).
  36. Classement des stupéfiants et des psychotropes au niveau international, document pdf publié par l'Agence nationale de sécurité et du médicament (ANSM), avril 2013.
  37. « Convention unique sur les stupéfiants de 1961 », Confédération suisse (consulté le 13 octobre 2013).
  38. Nicolas Donzé, Marc Augsburger, Cannabis, haschich & Cie: un enjeu pour l'individu, la famille et la société, collection « Aire de famille », éditions Saint-Augustin, 2008. (ISBN 2880114373), 9782880114374, p. 36 et 37.
  39. Sanctions en France du trafic de cannabis, sur interieur.gouv.fr (consulté le 14 décembre 2014).
  40. « La "publicité" faite aux drogues », sur Drogues Info Service (consulté le )
  41. a et b « Carte interactive. Cocaïne, cannabis, ecstasy... Où sont les consommateurs ? », Courrier international,‎ (lire en ligne, consulté le )
  42. https://www.courrierinternational.com/article/medicaments-au-royaume-uni-les-plants-en-or-de-la-cannabiculture
  43. Le Parisien avec AFP, « Canada : le cannabis légalisé par le Parlement », sur Le Parisien, (consulté le )
  44. « Le cannabis est-il addictif ? - Newsweed », sur Newsweed (consulté le ).
  45. (en) M. H. Meier, A. Caspi, A. Ambler et H. Harrington, « Persistent cannabis users show neuropsychological decline from childhood to midlife », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 109, no 40,‎ , E2657–E2664 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, PMID 22927402, PMCID PMC3479587, DOI 10.1073/pnas.1206820109, lire en ligne, consulté le ).
  46. (en) Antti Mustonenet al., Adolescent cannabis use, baseline prodromal symptoms and the risk of psychosis, 2018 DOI:10.1192/bjp.2017.52