Boufarik

commune d'Algérie

Boufarik
Boufarik
Mairie de Boufarik
Blason de Boufarik
Noms
Nom arabe بوفاريك
Nom berbère ⴱⵓ ⴼⴰⵔⵉⴽ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Blida
Daïra Boufarik
Président de l'APC Nacer Bentekkouka
2017-2022
Code postal 09001
Code ONS 0920
Démographie
Population 71 446 hab. (2008[1])
Densité 1 403 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 34′ 00″ nord, 2° 55′ 00″ est
Altitude 63 m
Superficie 50,94 km2
Localisation
Localisation de Boufarik
Localisation de la commune dans la wilaya de Blida
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Boufarik
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Boufarik

Boufarik (en arabe: بوفاريك , en berbère : Bufarik, en tifinagh : ⴱⵓ ⴼⴰⵔⵉⴽ), est une commune de la wilaya de Blida en Algérie, située à 14 km de la ville de Blida et à 35 km d'Alger. Elle abrite la base aérienne qui regroupe les escadres de transport aérien tactique de l'armée de l'air algérienne. Connue pour la qualité supérieure de ses oranges. La boisson populaire Orangina était produite dans cette ville .

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune de Boufarik est située au nord de la wilaya de Blida. Son chef-lieu est situé à 35 km au sud-ouest d'Alger et à 13 km au nord-est de Blida

Relief et hydrologieModifier

Boufarik est située au centre de la plaine de la Mitidja.

Localités de la communeModifier

Lors du découpage administratif de 1984, la commune de Boufarik est constituée à partir des localités suivantes[2] :

  • Boufarik
  • Sidi Madani
  • Sidi Mahfoud
  • Souk Ali
  • Bouamrous
  • Bouyagueb
  • Cité Bellouche
  • Base aérienne
  • Unités agricoles Souidani : Bendalla, Menaa, Medjadji, Boulila, Amiar, Bendar, Aouadi, Zemouri, Iboud, Faïdi, Si Smaïl, Reguieg
  • Partie Sud des unités : Safta, Messous, Karrar

Évolution démographiqueModifier

Évolution démographique
1901 1926 1931 1936 1948 1954 1966 1977 1987
9 30013 20014 80015 60021 50023 00024 10033 60041 300
1998 2008 2014 - - - - - -
48 80071 44679 518[4]------
(Source : recensement[3].)

HistoireModifier

Sous l'Empire OttomanModifier

Boufarik est visité pour la première fois par des Français en 1830, ce n'est alors qu'une plaine aride entourée d'un vaste marécage. Le site est pourtant important car un immense marché se tient chaque lundi depuis le XVIe siècle.

Le territoire de Boufarik, inclus dans l'Outhan des Beni Khélil, se divisait à l'époque des Turcs en trois cantons, El Merdjia, qui correspondait au marais, El Hamada, sur les hauteurs sèches, et El Outha, sur la plaine du centre.

La fondation et l'essorModifier

 
Blason de Boufarik durant la colonisation française
 
La célèbre boisson gazeuse Orangina, née à Boufarik

Le , lors de la conquête de l'Algérie par la France, a lieu le combat de Boufarikse distingue le 10e régiment léger.

En 1835, des militaires français s'installent de façon permanente sur la plaine, qui devient le Camp d'Erlon.

La ville de Boufarik est fondée près du camp en 1836 par Bertrand Clauzel, celui-ci vend des lots de terre aux colons qui arrivent en masse. Pourtant, la vie est rude pour les Français, à cause de l'insécurité et des maladies qui pullulent dans les marais tout proches, comme la dysenterie ou le paludisme.

Pour remédier à ces problèmes, les colons devaient lutter en permanence contre les habitants des environs et durent entreprendre des travaux d'assèchement des terres. Ces travaux débutèrent en 1843 et les canaux de drainage furent comblés en 1847. Une église et une école étaient les premiers établissements construits.

Deux ans plus tard, le camp militaire est fermé et remplacé par une gendarmerie. En 1851, le bourg est érigé en commune et se modernise, les rues sont élargies, des arbres plantés et de nouveaux édifices voient le jour comme le théâtre ou la gare. Plus tard, la ville accueille un aérodrome.

Boufarik accueille ensuite des colons en masse, et les orangers de la Mitidja inspirent en 1936 à un médecin espagnol l'idée de produire une boisson pétillante mondialement connue, nommée Orangina. Après l'indépendance de l'Algérie et l'exode des colons européens fuient en masse et l'usine qui produit l'Orangina est transférée à Marseille en 1962.

Administration et politiqueModifier

 
La rue principale à Boufarik

Premier maire de Boufarik: Pierre-Martin Borély de La Sapie Maire (1881-1903): Jean Antoine Polycarpe Gros (né en 1830 à La Bastide-des-Jourdans, canton de Pertuis, arrondissement d'Apt, département de Vaucluse, et décédé à Alger le 25/03/1903, propriétaire, chevalier de la Légion d'Honneur).

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1851 1861 Pierre-Martin Borély la Sapie   1er maire de la commune
1862 1864 Mauger    
1864 ? Ribouleau    
1877 ? Parodi    
? 1881 Fourrier    
1881 1903 Polycarpe Gros (fils)    
? ? Sylvain Guizard    
? ? Dr Perudan    
1926 1956 Amédée Froger   Assassiné
1957 1962 François Peyronnet   Assasiné
2007 2012 Abdelkader Djari    
2012 2017 Kamel Othmani Parti des travailleurs  
2017 en cours Nacer Bentekkouka FLN  
Les données manquantes sont à compléter.

[5]

Vie quotidienneModifier

TransportsModifier

 
La gare ferroviaire de la ville de Boufarik, Blida

La ville de Boufarik est desservie par plusieurs moyens de transport en commun (bus, taxis, trains de banlieue... etc), elle dispose d'un axe routier important reliant Alger et Blida, d'un chemin de fer modernisée (électrifié et en double voie) reliant Alger à l'ouest algérien en passant par Blida.

SportsModifier

Le club omnisports WA Boufarik, fondé en 1945, comprend une équipe de football, de basket-ball, de gymnastique, vélo et de boxe ainsi une équipe de handball et de volley-ball, de handisport, de bouliste et d’athlétisme.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Léon Chiris (1839-1900), industriel en parfumerie
  • Jonathan Holden (1828-1906), propriétaire de vignes
  • Perre Martin Borély de la Sapie (1814-1895), né à Seyne (Alpes-de-Haute-Proivence, France), Colon en Algérie[6], agriculteur, premier maire de Boufarik (1852-1862), il donna l'impulsion du développement de la ville et lui donna sa physionomie avec la création de larges avenues arborées , de fontaines et d'un parc public. par la suite il fut aussi maire de Blida, officier de la Légion d'honneur, conseiller général d'Alger, président de la commission consultative d'agriculture du département d'Alger, membre de nombreuses commissions[7]. Il fit ses études classiques au Lycée d'Avignon et se distingua pendant l'épidémie de choléra (1841). Venu en Algérie en 1843 et obtint une concession à 4 km de Boufarik, le domaine de Soukaly. En 1905, une commune "Borély-la-Sapie" fut créée dans le département d' Alger arrondissement de Médéa, nommée en son honneur. Sa statue figurait sur le Monument de la colonisation de l'Algérie à Boufarik. Sous son impulsion, plusieurs habitants de Seyne et des environs partirent chercher fortune en Algérie plutôt qu'en Amérique (dossier de membre de la Légion d'honneur, site Léonore).
  • Amédée Froger (1882-1956), né à Philippeville dans une famille originaire de bretagne venue en 1836 en Algérie, licencié en droit, il était l'agent général pour l'Algérie de la Société des Phosphates de Constantine et auteur de poésies (recueil "L'ombre maudite", 1936). Officier de zouaves puis pilote de guerre, gravement blessé durant la Première guerre mondiale, il était chevalier de la Légion d'honneur et croix de guerre. Elu conseiller municipal en 1922, il fut maire de Boufarik (1925-1956), président du Conseil d'arrondissement (1937-1944), membre du conseil d 'arrondissement et du conseil général d'Alger (1919-1946), membre des délégations financières d'Algérie, membre de l'Assemblée algérienne (1948-1956). Il fut président de l'Assemblée des maires d'Algérie. (dossier de membre de la Légion d'honneur, site Léonore et site bibliothèque nationale de France: Amédée Froger (1882-1956) (bnf.fr). Il fut assassiné rue Michelet, à Alger.
  • Bob Walter (1856-1907), danseuse exotique, pilote d'automobile
  • Joseph Serda (1880-1965), homme politique
  • Jean-Claude Beton (1925-2013), fondateur de la Compagnie Orangina.
  • Mohamed Menad (1912-1941) Premier martyr de la Mitidja (Mort en prison de Berouaghia - chef de cellule Boufarik PPA)
  • Kessi Chérif (1913-2004), Premier conseiller municipal, tenait tête au redoutable Amédée Froger, puis premier Maire de Boufarik 1962, Premier président et fondateur du Widad Alfa Boufarik (WAB, 1945), Membre du MTLD, PPA et Étoile nord-africaine, membre fondateur du Comité d'action révolutionnaire nord-africain CARNA.
  • Mahmoud Zemmouri (1946-2017), acteur et cinéaste
  • Pierre Chesneau (1902-?), joueur de football international

Notes et référencesModifier

  1. [PDF]Recensement 2008 de la population algérienne, wilaya de Blida, sur le site de l'ONS.
  2. Journal officiel de la République Algérienne, 19 décembre 1984. Décret no 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriales des communes. Wilaya de Blida, page 1491.
  3. (en) historical demographical data of the urban centers Consulté le 02 juin 2017
  4. (fr) Repartition de la Population par Commune
  5. « Algérie - Boufarik — Geneawiki », sur fr.geneawiki.com (consulté le )
  6. Borély-de-la Sapie (ou Ouamri). « L'origine de ce toponyme est un hommage rendu tout à la fois à un grand colon et à un des colonisateur de la Mitidja dans les années 1840 / 1880 »
  7. Voir aussi : Boufarik : une page de la colonisation de l’Algérie

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Colonel C. Trumelet, Une page de l'histoire de la colonisation algérienne : Bou-Farik, Alger : chez Adolphe Jourdan, 1887, 564 p. (Lien Gallica); réédition : L. Chaillou à Toulon & imprimerie Crescenzo à Paris, 1987 (ISBN 2-907038-00-1)