Bondoufle

Bondoufle (prononcé [bɔ̃ufl] ) est une commune française située à vingt-sept kilomètres au sud-est de Paris dans le département de l’Essonne en région Île-de-France.

Bondoufle

L’hôtel de ville.

Blason
Administration
Pays France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Évry
Intercommunalité CA Grand Paris Sud Seine Essonne Sénart
Maire
Mandat
Jean Hartz
2020-2026
Code postal 91070
Code commune 91086
Démographie
Gentilé Bondouflois
Population
municipale
9 765 hab. (2018 )
Densité 1 445 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 36′ 52″ nord, 2° 22′ 50″ est
Altitude Min. 77 m
Max. 95 m
Superficie 6,76 km2
Élections
Départementales Canton de Ris-Orangis
Législatives 1re circonscription de l'Essonne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Bondoufle
Géolocalisation sur la carte : Essonne
Bondoufle
Géolocalisation sur la carte : France
Bondoufle
Géolocalisation sur la carte : France
Bondoufle
Liens
Site web http://www.ville-bondoufle.fr/

    Village de moins de trois cents habitants jusqu’à la fin des années 1960 lorsqu’il fut intégré au projet de ville nouvelle d’Évry, rapidement urbanisé au moyen de résidences pavillonnaires entourant le bourg originel et de zones d’activités en bordure des axes routiers, Bondoufle est connue pour avoir accueilli en 1994 les Jeux de la francophonie dans le stade Robert-Bobin.

    Ses habitants sont appelés les Bondouflois[1].

    Géographie

    Description

    Position de Bondoufle en Essonne.

    Bondoufle est située dans la région Île-de-France, au nord-est du département de l’Essonne qui est totalement intégré à l’agglomération parisienne, et au nord-est de la région naturelle du Hurepoix.

    Le territoire communal occupe six cent soixante-seize hectares dont plus de 48 % sont urbanisés et construits et 30 % avaient conservé un caractère rural, principalement à l’ouest de la commune. L’Institut national de l'information géographique et forestière attribue les coordonnées géographiques 48°36’57" Nord et 2°22’53" Est au point central de ce territoire[2].

    Bondoufle est située à vingt-sept kilomètres au sud-est de Paris-Notre-Dame, point zéro des routes de France, cinq kilomètres au sud-ouest d’Évry, sept kilomètres à l’ouest de Corbeil-Essonnes, dix kilomètres au nord-est d’Arpajon, neuf kilomètres au sud-est de Montlhéry, quinze kilomètres au sud-est de Palaiseau, quinze kilomètres au nord-est de La Ferté-Alais, vingt-cinq kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt, vingt-neuf kilomètres au nord-est de Dourdan.

    Communes limitrophes

    Le territoire municipal est limitrophe de plusieurs autres communes. Au nord et au nord-est se trouve Ris-Orangis, avec laquelle se partage le bois du Kiosque, à l’est, l’allée du Rondeau et le canal marquent pour partie la frontière avec Courcouronnes, au sud-est se trouve une courte frontière avec Lisses, au sud, la rue de Paris suit la délimitation d’avec la commune de Vert-le-Grand, au sud-ouest et à l’ouest, une partie de la route des Bordes et de la route de Vert-le-Grand servent de frontière avec Le Plessis-Pâté, au nord-ouest, l’impasse René Lacoste, le chemin des Grands Bois et le chemin de Villeroy servent de limite au territoire avec Fleury-Mérogis.

    Hydrographie

    Aucun cours d'eau naturel ne passe sur le territoire de Bondoufle.

    Des rigoles ont été aménagées pour drainer les eaux sur le plateau, notamment au nord dans la zone industrielle de la Marinière et au sud pour relier les étangs aujourd’hui intégrés au practice de golf. Un étang subsiste aussi dans le parc du quartier des Trois Parts à l’ouest et plusieurs bassins de rétention des eaux pluviales ont été creusés dans la zone d’activités des Bordes au sud-ouest. À l’extrême nord-est du territoire passe une courte portion souterraine de l’aqueduc de la Vanne et du Loing qui alimente Paris en eau potable en se jetant dans le réservoir de Montsouris.

    Voies de communication et transports

    Le territoire municipal est traversé par divers axes de communication, parmi lesquels le plus important est la route nationale 104, aussi appelée la Francilienne, qui coupe le territoire au nord avec une sortie dédiée à la commune avant de rejoindre l’autoroute A6 dans la commune voisine de Ris-Orangis.

    Autre axe principal, aujourd’hui dévié du centre-ville pour former une rocade par le sud, la route départementale 31, appelée dans la commune route de Vert-le-Grand et rue de Paris et son ancien tracé numéroté RD31e appelée rue de Villeroy.

    Enfin à l’ouest, le bourg est accessible par la route départementale 194, appelée rue de la Libération.

    Aucune voie ferrée ne passe sur le territoire et les gares les plus proches sont celles du Bois de l’Épine à Ris-Orangis sur la ligne D du RER ou celle de Brétigny à Brétigny-sur-Orge sur la ligne C du RER.

    En 2013, plusieurs lignes de transport en commun desservent cependant le territoire, dont les lignes 18.05 et 18.10B[3] du réseau de bus Orgebus vers la gare de Brétigny-sur-Orge[4], les lignes 401[5], 403[6], 409[7], 413[8], 414[9] et 453[10] du réseau de bus Transports intercommunaux Centre Essonne, la ligne 6 du réseau de bus Athis Cars[11].

    La commune est en outre située à douze kilomètre au sud-est de l’aéroport Paris-Orly et à quarante-six kilomètres au sud-ouest de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle.

    Relief et géologie

    La commune de Bondoufle est implantée à l’est du plateau du Hurepoix, sur une partie dominant à la fois la vallée de la Seine à l’est et la vallée de l’Orge au nord. Le territoire, relativement peu marqué, s’étage entre une altitude minimale de soixante dix-sept mètres au sud à proximité des étangs du practice de golf[12] et une altitude maximale de quatre-vingt-quinze mètres au nord dans le bois de Saint-Eutrope[13],[14].

    La majeure partie du territoire est situé à une altitude moyenne de quatre-vingt mètres, comme c’est le cas pour le centre-ville[15].

    Le sous-sol est composé de couches successives de marne, calcaire et argile, typique du bassin parisien[16].

    Climat

    Bondoufle est située en Île-de-France, elle bénéficie d’un climat océanique dégradé aux hivers frais et aux étés doux, en étant régulièrement arrosée sur l’ensemble de l’année. En moyenne brute annuelle, la température s’établit à 10,8 °C, avec une moyenne maximale de 15,2 °C et une moyenne minimale à 6,4 °C. Les températures moyennes mensuelles extrêmes relevées sont de 24,5 °C en juillet au maximum et 0,7 °C en janvier au minimum, mais les records enregistrés s’établissent à 38,2 °C le et −19,6 °C le . Du fait de la moindre densité urbaine entre Paris et sa banlieue, une différence négative de un à deux degrés Celsius se fait sentir, surtout en début de journée. L’ensoleillement est comparable à la moyenne des régions du nord de la Loire avec un total de 1 798 heures par an, une moyenne haute à deux cent quarante heures en juillet et basse à cinquante trois heures en décembre. Les précipitations sont également réparties sur l’année, avec un total annuel de 598,3 millimètres de pluie et une moyenne approximative de cinquante millimètres par mois.

    Données climatiques à Bondoufle.
    Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
    Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
    Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
    Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
    Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
    Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
    Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[17],[18].

    Urbanisme

    Occupation des sols en 2008.
    Type d’occupation Pourcentage Superficie
    (en hectares)
    Espace urbain construit 48,8 % 334,69
    Espace urbain non construit 20,6 % 141,09
    Espace rural 30,6 % 210,07
    Source : Iaurif-MOS 2008[19]

    Récemment urbanisée, plusieurs lotissements ont pris la place des quartiers historiques pour former la commune autour de l’ancien centre-ville.

    Lieux-dits, écarts et quartiers

    La commune, récemment urbanisée dans le cadre de la ville nouvelle d’Évry, est composée de plusieurs quartiers historiques que sont la Forge, les Trois Parts, la Haie fleurie entourant le centre-ville, de divers lotissements dont les Béguines, Victor Hugo, la Coulée verte, les Verts domaines, l’Orée du golf, les Héliotropes, les Losanges, les Demoiselles les Saplos et les Coccinelles, des zones d’activités de la Marinière au nord, des Bordes au sud et du Bois de Bailleul à l’est. Plusieurs lieux-dits subsistent, notamment le Prieuré, les Trente arpents et le Grand noyer à l’ouest, la Queue de Bondoufle au sud, le Parc de Tréville au sud, la Grande Brêche à l’est. Dans le cadre de la démocratie locale, la municipalité a découpé le territoire communal en six quartiers : la Marinière-Parc de Saint-Eutrope, les Bordes, les Trois parts, le Golf, la Haie fleurie et le Centre[20]. Un septième est en projet, à l’ouest, appelé les Portes de Bondoufle, avec l’ambition de construire mille cinq cents logements d’ici 2025[21].

    Toponymie

    Le nom de la localité est attesté sous les formes Bunduflum en 1136, Bondofla au XIIIe siècle[22],[23], Bamdufla en 1483, Baudoufla, Bondoufles en 1466[24]. Lors de la création de la commune en 1793, le nom s’orthographiait avec un « s » final, supprimé en 1801 dans le bulletin des lois[25].

    Histoire

    Village agricole

    Carte de Cassini de la région de Bondoufle au XVIIIe siècle.

    L’histoire de Bondoufle est celle d’un village rural d’Île-de-France à l’écart des routes commerciales. Le domaine, exclusivement agricole est possédé au XIe siècle par les religieux de la Basilique Notre-Dame-de-Bonne-Garde de Longpont[26]. C’est à cette époque qu'est élevée l’église Saint-Denis. Vers 1340, François de Montaigne donne ses terres aux religieux célestins de Paris. Sous le règne de Charles VII, le domaine est lié à celui d’Écharcon sous la coupe du seigneur Yvon de Karmazet[27].

    Ville nouvelle

    Au début des années 1960, le gouvernement décide la construction des villes nouvelles, avec l’implantation de l’une d’entre elles sur le territoire d’Évry et ses environs.

    En 1964, un club omnisports est constitué sous le nom de Bondoufle Amical Club[28].

    En 1966 est créé le syndicat intercommunal d’étude et d’aménagement de la région d’Évry, puis en 1969 l’établissement public d’aménagement de la ville nouvelle d’Évry. La commune ne comptait alors moins de trois cents habitants.

    En 1969, la société de sport de France acquiert près de cent hectares sur les communes de Bondoufle et Ris-Orangis pour y établir l’hippodrome de Bondoufle qui accueille sa première course en 1972. En 1989 ouvre la bibliothèque associative. De 1990 à 1993, l’église est restaurée. En 1993 est aménagé le stade Robert-Bobin[29] pour accueillir les Jeux de la Francophonie de 1994 .

    Politique et administration

    Rattachements administratifs et électoraux

    Rattachements administratifs

    Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[30], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département de l'Essonne et à son arrondissement d'Évry après un transfert administratif effectif au .

    Elle faisait partie du canton d'Évry-Sud[25]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

    Rattachements électoraux

    Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Ris-Orangis

    Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription de l'Essonne.

    Intercommunalité

    Bondoufle était membre de la communauté d'agglomération Évry Centre Essonne, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 2000 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales. Cette intercommunalité succédait au syndicat d'agglomération nouvelle chargé entre 1985 et 2001 d'aménager la ville nouvelle.

    Dans le cadre de la mise en œuvre de la loi MAPAM du , qui prévoit la généralisation de l'intercommunalité à l'ensemble des communes et la création d'intercommunalités de taille importante, cette intercommunalité a fusionné avec ses voisines pour former, le , la communauté d'agglomération Grand Paris Sud Seine-Essonne-Sénart, dont la commune est désormais membre.

    Tendances politiques et résultats

    L’analyse des derniers résultats politiques des scrutins organisés dans la commune montre une tendance au vote à droite, cependant minorée ces dernières années. Ainsi en 2001], le maire sortant était réélu avec plus de 62 % des suffrages, en 2002 le candidat à la réputation de droite reportait dans la commune plus de 57 % des voix, sans pour autant emporter la circonscription, en 2004, le maire candidat au siège de conseiller général remportait plus de 59 % des suffrages dans la commune mais ne fut pas élu à l’échelle du canton, en 2007, la candidate de droite réalisa un score majoritaire à Bondoufle, contrairement au reste de la circonscription, en 2008 le maire sortant fut réélu dès le premier tour avec plus de 67 % des suffrages et en 2009, comme dans le reste de la région ce fut le candidat de droite qui remporta les élections européennes.

    Néanmoins, à partir de 2010, le candidat socialiste à la région remporta largement le scrutin dans la commune comme dans le reste du territoire, en 2011 là encore le candidat de gauche arriva en tête lors de l’élection cantonale et en 2012 pour la première fois c’est le candidat de gauche qui arriva en tête à l’élection législative avec un fort score supérieur 56 % des suffrages.

    Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours :

    Élections législatives, résultats des deuxièmes tours :

    Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores :

    Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores :

    Élections cantonales et départementales, résultats des deuxièmes tours :

    Élections municipales, résultats des deuxièmes tours :

    Référendums :

    Politique locale

    Le résultat des élections municipales de 2020 a été contesté par les deux listes d’opposition, qui estimaient que le maire sortant avait utilisé des « publications sponsorisées » sur Facebook et l'utilisation irrégulière de locaux municipaux pour sa compagne électorale. Le Tribunal administratif (France) de Versailles a reconnu le la réalité de cette irrégularité, qui, compte tenu du très faible écart de voix  46 voix   séparant sa liste de celle menée par Sabine Nagel, a annulé le scrutin.

    Ce jugement ne deviendra exécutoire que si Jean Hartz ne fait pas appel, ou jusqu'au moment où le Conseil d'État statuerait. D'ici-là, la municipalité Hartz reste en fonction[50],[51].

    Liste des maires

    Vingt et un maires se sont succédé à la tête de la commune de Bondoufle depuis l’élection du premier en 1791 :

    Liste des maires successifs[52]
    Période Identité Étiquette Qualité
    1791 1792 Pierre Josse    
    1792 1795 Charles Boucheny    
    1795 1815 Pierre Ingrain    
    1815 1833 Jean-Charles Josse    
    1833 1837 Louis Josse    
    1837 1848 Michel Marcille    
    1848 1852 Désiré Fourel    
    1852 1865 François-Marie Fleury    
    1865 1871 Michel-Ernest Marcille    
    1871 1876 Louis Caunard    
    1876 1884 Gustave Madiot    
    1884 1888 Louis Robin    
    1888 1901 Étienne Letellier    
    1901 1912 Pierre Louis Léon Marcille    
    1912 1919 Edmond Boucher    
    1919 1921 Henri Poisson    
    1921 1948 Pierre Louis Léon Marcille    
    1948 1952 Désir Prévost    
    1952 1953 Victor Legendre    
    mai 1953 mai 2000[53] Henry Marcille RPR  
    juin 2000[54] En cours
    (au 16 février 2021)
    Jean Hartz RPR, puis
    UMPLR
    Technicien supérieur d'études et de fabrications retraité
    Président de la CA Évry Centre Essonne (2001[55] → 2008)
    Vice-président de Grand Paris Sud (2016 → )
    Président de l'Union des maires de l'Essonne (2017[56] → 2020[57])
    Officier de l'Ordre national du Mérite en 2013[58]
    Réélu pour le mandat 2020-2026[59]

    Jumelages

    Bondoufle a développé des associations de jumelage avec :

    Population et société

    Démographie

    Évolution démographique

    L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[62]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[63].

    En 2018, la commune comptait 9 765 habitants[Note 1], en augmentation de 6,16 % par rapport à 2013 (Essonne : +3,41 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

    Évolution de la population  [modifier]
    1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
    186195208193158159186196223
    1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
    224228246252256243234216216
    1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
    189188176162193215170223241
    1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
    2612852 0978 1207 7199 1299 4459 2989 066
    2018 - - - - - - - -
    9 765--------
    De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
    (Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[64].)
    Histogramme de l'évolution démographique

    Lors du premier recensement des personnes, le village de Bondoufle compte cent quatre-vingt-six habitants, il connait une première chute importante de sa démographique durant les années 1830 avec à peine plus de cent cinquante habitants avant une lente progressions dans les années suivantes pour atteindre deux cent cinquante-six résidents en 1876, avant un nouveau déclin démographique qui reduit la population communale à seulement cent soixante-deux habitants en 1921. La progression reprend avant une nouvelle chute en 1936 à cent soixante-dix habitants.

    En 1968 ce qui n’est alors qu’un village de deux cent quatre-vingt-cinq habitants est incorporé dans le projet de ville nouvelle d’Évry, la population « explose » pour dépasser les deux mille habitants en 1975 et atteindre le pic démographique communal de neuf mille quatre cent soixante-dix sept résidents trente ans plus tard en 2006.

    L’immigration compte pour une part relativement faible dans cette croissance démographique puisque seulement 3,1 % de la population municipale étaient étrangère en 1999[65], avec 1,2 % de Portugais, 0,2 % d’Algériens et de Marocains, 0,1 % d’Italiens et de Tunisiens, 0,07 % d’Espagnols et 0,03 % de Turcs[66].

    Pyramide des âges en 2009
    Pyramide des âges à Bondoufle en 2009 en pourcentages[67].
    HommesClasse d’âgeFemmes
    0,1 
    90 ans ou +
    0,5 
    2,5 
    75 à 89 ans
    3,7 
    13,4 
    60 à 74 ans
    14,5 
    21,9 
    45 à 59 ans
    22,3 
    20,7 
    30 à 44 ans
    22,4 
    19,7 
    15 à 29 ans
    16,1 
    21,6 
    0 à 14 ans
    20,4 
    Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[68].
    HommesClasse d’âgeFemmes
    0,3 
    90 ans ou +
    0,8 
    4,4 
    75 à 89 ans
    6,7 
    11,3 
    60 à 74 ans
    11,9 
    19,9 
    45 à 59 ans
    20,0 
    21,9 
    30 à 44 ans
    21,4 
    20,6 
    15 à 29 ans
    19,2 
    21,7 
    0 à 14 ans
    20,0 

    L’analyse comparée de la pyramide des âges de Bondoufle et celle du département de l’Essonne montre une relative similarité dans la répartition de la population avec cependant une certaine présence supérieure des habitants âgés de quarante-cinq à cinquante-neuf ans dans la commune, correspondant aux nouveaux habitants installés lors de la création de la ville nouvelle dans les années 1970 et 1980. À l’inverse, les populations âgées de plus de soixante-quinze ans sont moins représentées dans la commune puisque peu présente originellement. En 1999, 35,8 % de la population municipale était âgée de moins de vingt-cinq ans[69].

    Enseignement

    Les établissements scolaires de Bondoufle sont rattachés à l’académie de Versailles.

    En 2010, elle dispose :

    Une partie du campus de la Faculté des métiers de l'Essonne de la Chambre de commerce et d'industrie de l'Essonne se trouve à Bondoufle[72].

    Hors périodes scolaires, les enfants sont accueillis au centre de loisirs de la Garenne[73]

    Petite enfance

    En 2013, pour les jeunes enfants, une maison de la petite enfance regroupe une crèche familiale, un relais d'assistantes maternelles et une ludothèque[74]. .

    Un centre de protection maternelle et infantile est implanté dans la commune[75]

    Santé

    En 2013, onze médecins[76], quatre chirurgiens-dentistes[77] et une pharmacie[78] sont installés dans la commune.

    La commune dispose sur son territoire de l’établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes les Jardins de Cybèle[79].

    Culture

    En 2013, Bondoufle dispose de plusieurs infrastructures à caractère culturel dont la salle des fêtes, le centre culturel Thierry Le Luron, la bibliothèque Condorcet[80], le conservatoire de musique Charles Gounod[81].

    Plusieurs associations culturelles sont actives dans la commune[82].

    Sports

    La tribune du stade Robert-Bobin.

    Les habitants ont accès en 2013 à plusieurs installations sportives, dont la plus importante est le stade départemental Robert Bobin, construit en 1993 à l’occasion des Jeux de la Francophonie de 1994[83], totalisant 18 850 places et équipé d’un terrain de football et de rugby à XV et d’une piste d'athlétisme.

    L’ancien hippodrome intercommunal utilisé de 1972 à 1996[84], aurait dû être remplacé par le grand stade de la Fédération française de rugby à XV[85], projet aujourd'hui abandonné.

    À ces deux infrastructures majeures s’ajoutent le complexe sportif Henri Marcille, les gymnases Gaston Barret et Marcel Caro, le parc des Bordes équipé d’un parcours de santé[86], un boulodrome, un skatepark et le golf de Val Grand[87].

    Autres services publics

    En 2010, Bondoufle dispose sur son territoire d’une brigade de gendarmerie nationale[88] et d’une agence postale[89].

    Lieux de culte

    L’église Saint-Denis-et-Saint-Fiacre.

    La paroisse catholique de Bondoufle est rattachée au secteur pastoral d’Évry et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l’église Saint-Denis-et-Saint-Fiacre[90].

    Médias

    L’hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d’émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif.

    Économie

    Bondoufle est intégrée par l’Insee au bassin d'emploi d’Évry qui regroupait en 1999 271 329 habitants[91], les bondouflois représentant un peu plus de 3 % du total.

    La commune dispose des zones d’activités des Bordes, de la Marinière, de la Grande brêche et des Petits bois[92] qui accueillent notamment le siège opérationnel d’Intermarché Entreprises[93].

    Plusieurs établissements sont en outre répertoriés comme potentiellement polluant dont l’usine Expedit diffusion pour ses émissions de nickel dans l’eau[94], Ferelec industrie pour ses émissions de déchets et polluants[95].

    En 2011, la commune accueillait sur son territoire 517 entreprises dont les deux tiers dans le secteur tertiaire, plus aucune exploitation agricole ne subsistait en 2000 alors qu’elles étaient encore trois en 1988, en outre, aucun hôtel ou camping n’était présent dans la commune[96].

    En 2018, le CampusFab[C'est-à-dire ?] est créé au sein de la commune[réf. nécessaire].

    Emplois, revenus et niveau de vie

    En 2009, la commune comptait une population active de 4 803 personnes et disposait sur son territoire de 8 099 emplois. Cependant, cette année-là 7,1 % de la population était au chômage et près de 84 % des actifs travaillaient ailleurs que dans la commune. 82 % des travailleurs étaient titulaires de la fonction publiques ou employés en contrat à durée indéterminée, le revenu net imposable moyen s’élevait à 33 341  et moins de 25 % des foyers fiscaux n’étaient pas imposables[96].

    En 2006, près de 83 % des ménages étaient propriétaires de leur logement, une maison individuelle dans 82 % des cas. En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 46 420 , ce qui plaçait Bondoufle au 638e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[97].

    Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
      Agriculteurs Artisans, commerçants,
    chefs d’entreprise
    Cadres et professions
    intellectuelles supérieures
    Professions
    intermédiaires
    Employés Ouvriers
    Bondoufle 0,1 % 2,7 % 22,4 % 27,0 % 17,9 % 29,9 %
    Zone d’emploi d’Évry 0,3 % 4,0 % 20,2 % 29,6 % 28,2 % 17,7 %
    Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
    Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
      Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
    entreprises
    Services aux
    particuliers
    Bondoufle 0,4 % 21,6 % 9,3 % 25,0 % 19,8 % 2,8 %
    Zone d’emploi d’Évry 0,9 % 13,5 % 5,4 % 14,6 % 16,2 % 6,9 %
    Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
    Sources : Insee[98],[99],[100]

    Culture locale et patrimoine

    Patrimoine environnemental

    La totalité de l’espace boisé, appelé Bois de Saint-Eutrope, situé au nord de la route nationale 104 a été classé au titre des espaces naturels sensibles par le conseil général de l’Essonne[101].

    Le golf de Val-Grand s’étend sur plus de quatre hectares au sud de la commune et constitue un parc en bordure de l’agglomération.

    Patrimoine architectural

    Aucun immeuble bondouflois n’a fait l’objet d’un recensement au titre des monuments historiques, seule la cloche de l’église en bronze datant de 1548 a fait l’objet d’un classement au titre des objets le [102]. L’église conserve des éléments des XIIe et XVe siècles[103].

    Personnalités liées à la commune

    Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Bondoufle :

    • les membres du groupe de dancehall NZH sont originaires de Bondoufle[réf. nécessaire].
    • Myriam Seurat, animatrice de télévision, est allée à l'école Jean Mermoz de 1980 à 1995

    Bondoufle dans les arts et la culture

    Héraldique

    Les armes de Bondoufle se blasonnent : Écartelé : au premier parti, au un d’azur à trois épis de blé d’or, les tiges passées en sautoir et en pal, et au deux coticé d’or et de gueules de seize pièces ; au deuxième de gueules à trois losanges d’argent ; au troisième de gueules à la croix ancrée alésée d’argent ; au quatrième d’azur à trois herses d’argent.[109]

    Voir aussi

    Bibliographie

    • Le patrimoine des communes de l'Essonne - tome 1, Paris, Editions Flohic, , 1053 p. (ISBN 2-84234-126-0), « Bondoufle », p. 375–376
    • Élisabeth Grunberg et Jean-Pierre Bourgeron, Le Hurepoix : Évry, Ris-Orangis. Bondoufle, Courcouronnes, Lisses, t. III, J.-P. Bourgeron, (ISBN 9782903097035)
    • Jacques Guyard, C’Était En 1900, Bondoufle, Courcouronnes, Évry, Lisses, Ris-Orangis, Adef,
    • Collectif d’auteurs, Bondoufle à travers rues et lieux-dits, Maury,

    Articles connexes

    Liens externes

    Notes et références

    Notes

    1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

    Références

    1. Gentilé sur le site habitants.com Consulté le 01/04/2009.
    2. Fiche de Bondoufle sur le site d’orthodromie lion1906.com Consulté le 06/01/2013.
    3. Fiche horaire de la ligne 18.10B du réseau Orgebus sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 05/01/2013.
    4. Fiche horaire de la ligne 18.05 du réseau Orgebus sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 05/01/2013.
    5. Fiche horaire de la ligne 401 du réseau TICE sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 05/01/2013.
    6. Fiche horaire de la ligne 403 du réseau de bus TICE sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 05/01/2013.
    7. Fiche horaire de la ligne 409 du réseau TICE sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 05/01/2013.
    8. Fiche horaire de la ligne de bus 413 du réseau TICE sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 05/01/2013.
    9. Fiche horaire de la ligne 414 du réseau TICE sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 05/01/2013.
    10. Fiche horaire de la ligne 453 du réseau TICE sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 05/01/2013.
    11. Fiche horaire de la ligne 6 du réseau Athis Cars sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 05/01/2013.
    12. Fiche du repère géodésique WDK3-442 sur le site de l’Ign. Consulté le 05/01/2013.
    13. Fiche du repère géodésique WDK3-198bis sur le site de l’Ign. Consulté le 05/01/2013.
    14. « Données géographiques » sur Géoportail (consulté le 19/02/2013.).
    15. Fiche du repère géodésique WDK3-159 sur le site de l’Ign. Consulté le 05/01/2013
    16. Fiche géologique de Bondoufle sur le site du Brgm. Consulté le 05/01/2013.
    17. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de lameteo.org (consulté le 9 août 2009)
    18. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur infoclimat.fr (consulté le 18 août 2009)
    19. Fiche communale d’occupation des sols en 2008 sur le site de l’Iaurif. Consulté le 07/11/2010.
    20. Présentation des quartiers de la commune sur son site officiel. Consulté le 05/01/2013.
    21. Site officiel du projet de quartier des Portes de Bondoufle. Consulté le 05/01/2013.
    22. chartes royales du XIe siècle[Quoi ?]
    23. pouillé du XIIIe siècle
    24. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
    25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
    26. Histoire de Bondoufle sur le site topic-topos.com Consulté le 13/01/2013.
    27. Histoire de Bondoufle sur le site officiel de la commune. Consulté le 13/01/2013.
    28. Présentation du Bondoufle AC Tennis sur son site officiel. Consulté le 13/01/2013.
    29. Article Le stade de Bondoufle attend toujours son heure paru le 5 décembre 2003 sur l’édition en ligne du quotidien Le Parisien. Consulté le 13/01/2013.
    30. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
    31. Résultats de l’élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/06/2009.
    32. Résultats de l’élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/06/2009.
    33. Résultats de l’élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 07/05/2012.
    34. Résultats de l’élection législative 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/06/2009.
    35. Résultats de l’élection législative 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/06/2009.
    36. Résultats de l’élection législative 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 20/06/2012.
    37. Résultats de l’élection européenne 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/06/2009.
    38. Résultats de l’élection européenne 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/06/2009.
    39. Résultats de l’élection européenne 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 12/10/2014.
    40. Résultats de l’élection régionale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/06/2009.
    41. Résultats de l’élection régionale 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 23/03/2010.
    42. Résultats de l’élection régionale 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 28/12/2015.
    43. Résultats de l’élection cantonale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/06/2009.
    44. Résultats de l’élection cantonale 2011 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 02/04/2011.
    45. Résultats de l’élection départementale 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 28/12/2015.
    46. Résultats de l’élection municipale de 2001 à Bondoufle sur le site du quotidien Le Figaro. Consulté le 29/12/2010.
    47. Résultats de l’élection municipale de 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/01/2013.
    48. Résultats du référendum 2000 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/06/2009.
    49. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/06/2009.
    50. Nolwenn Cosson, « Bondoufle : le tribunal annule l’élection municipale : Les deux listes d’opposition avaient déposé des recours, accusant notamment le maire élu, Jean Hartz (sans étiquette), d’avoir utilisé des vidéos commerciales durant sa campagne », Le Parisien, édition de l'Essonne, (lire en ligne, consulté le 18 février 2021).
    51. Thibaut Faussabry, « Essonne. Le tribunal administratif annule les élections municipales à Bondoufle : Des recours déposés par deux listes d’opposition, accusaient notamment le maire élu, Jean Hartz d’avoir utilisé des « publications sponsorisées » sur Facebook », Actu Essonne, (lire en ligne, consulté le 18 février 2021).
    52. Les maires de Bondoufle, sur mairesgenweb.org (consulté le 25 mai 2009)
    53. « Henry Marcille est décédé », Le Parisien, édition de l'Essonne, (lire en ligne)
    54. « Jean Hartz élu », Le Parisien, édition de l'Essonne, (lire en ligne)
    55. Sébastien Ramnoux, « Jean Hartz élu à la tête de la communauté d'agglomération », Le Parisien, édition de l'Essonne, (lire en ligne, consulté le 18 février 2021) « c'est le maire (RPR) de Bondoufle, Jean Hartz, qui est devenu le premier président de la nouvelle communauté d'agglomération réunissant les villes d'Evry, Lisses, Courcouronnes et Bondoufle, suite à la fin programmée du SAN ».
    56. C.CH., « Jean Hartz (SE) est le nouveau président de l’union des maires de l’Essonne : Il succède à Jean-Raymond Hugonet, maire (SE) de Limours-en-Hurepoix, qui a dû démissionner après avoir été élu sénateur », Le Parisien, édition de l'Essonne, (lire en ligne, consulté le 18 février 2021).
    57. Alain Piffaretti, « Francisque Vigouroux, nouveau « défenseur » des maires de l'Essonne : Le maire (Radical) d'Igny, Francisque Vigouroux a été élu le 5 novembre dernier président de l'Union des maires de l'Essonne où il succède à Jean Hartz, maire de Bondoufle », Les Échos, édition de l'Essonne, (lire en ligne, consulté le 18 février 2021).
    58. « Jean Hartz », Nominations au Journal officiel de la République française, sur https://jorfsearch.steinertriples.fr (consulté le 18 février 2021).
    59. « Compte-rendu du conseil municipal du 4 juillet 2020 » [PDF], Documents conseils municipaux de 2020, sur http://www.ville-bondoufle.fr (consulté le 18 février 2021).
    60. Fiche du jumelage avec Nörten-Hardenberg sur le site du ministère français des Affaires étrangères. Consulté le 07/01/2013.
    61. Fiche du jumelage avec Tolosa sur le site du ministère français des Affaires étrangères. Consulté le 07/01/2013.
    62. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
    63. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
    64. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
    65. Données statistiques communales sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 06/01/2013.
    66. Structures de la population municipale par nationalité en 1999 sur le site de l’Insee. Consulté le 06/01/2013.
    67. Pyramide des âges à Bondoufle en 2009 sur le site de l’Insee. Consulté le 11/07/2012.
    68. Pyramide des âges de l’Essonne en 2008 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
    69. Données statistiques municipales sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 06/01/2013.
    70. Liste des écoles du département sur le site de l’Inspection académique de l’Essonne. Consulté le 02/09/2010.
    71. Liste des établissements du second degré de l’Essonne sur le site de l’Académie de Versailles. Consulté le 04/10/2010.
    72. Plan d’accès au site de Bondoufle de la faculté des métiers de l’Essonne sur son site officiel. Consulté le 12/01/2013.
    73. Présentation du centre de loisirs de la Garenne sur le site officiel de la mairie. Consulté le 12/01/2013.
    74. Présentation de la maison de la petite enfance sur le site officiel de la mairie. Consulté le 12/01/2013.
    75. Coordonnées du centre de PMI de Bondoufle sur le site officiel de conseil général de l’Essonne. Consulté le 12/01/2013.
    76. Annuaire des médecins sur le site de l’Ordre national. Consulté le 12/01/2013.
    77. Annuaire des chirurgiens-dentistes sur le site de l’Ordre national. Consulté le 12/01/2013.
    78. Annuaire des pharmaciens sur le site de l’Ordre national. Consulté le 12/01/2013.
    79. Fiche de l’EHPAD de Bondoufle sur l’annuaire sanitaire et social. Consulté le 01/05/2012.
    80. Présentation de la bibliothèque Condorcet sur le site officiel de la mairie. Consulté le 13/01/2013.
    81. Présentation du conservatoire de musique Charles Gounod sur le site officiel de la mairie. Consulté le 13/01/2013.
    82. Liste des associations culturelles sur le site officiel de la mairie. Consulté le 13/01/2013.
    83. Article Les équipements démesurés des Jeux de la francophonie paru le 26 février 2011 sur l’édition en ligne du quotidien Le Parisien. Consulté le 13/01/2013.
    84. Article L’hippodrome, un hymne au sport nature paru sur le site de la communauté d’agglomération Évry Centre Essonne. Consulté le 13/01/2013.
    85. Article Grand stade paru le 29 juin 2012 sur le site de la fédération française de rugby. Consulté le 13/01/2013.
    86. Infrastructures sportives sur le site officiel de la mairie. Consulté le 13/01/2013.
    87. Site officiel du golf de Val Grand. Consulté le 13/01/2013.
    88. Organisation des forces de l’Ordre en Essonne sur le site de la préfecture. Consulté le 24/11/2010.
    89. Coordonnées de l’agence postale de Bondoufle sur le site de La Poste. Consulté le 15/05/2011.
    90. Fiche de la paroisse catholique sur le site officiel du diocèse. Consulté le 13/10/2009.
    91. Fiche statistique de la zone d’emploi d’Évry sur le site de la chambre de commerce et d’industrie d’Île-de-France. Consulté le 13/01/2013.
    92. Présentation des zones d’activités de Bondoufle sur le site officiel de la mairie. Consulté le 13/01/2013.
    93. Fiche d’ITM Entreprises sur le site societe.com Consulté le 13/01/2013.
    94. Fiche de l’établissement Expedit Diffusion sur le site du Répertoire du registre français des émissions polluantes. Consulté le 13/01/2013.
    95. Fiche de l’établissement Ferelec industrie sur le site du Répertoire du registre français des émissions polluantes. Consulté le 13/01/2013.
    96. Dossier statistique communal sur le site de l’Insee. Consulté le 13/01/2013.
    97. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 janvier 2013).
    98. %5CCOM%5CDL_COM91086.pdf Rapport statistique communal sur le site de l’Insee. Consulté le 20/06/2010.
    99. %5CDL_ZE19901147.pdf Rapport statistique de la zone d’emploi d’Évry sur le site de l’Insee. Consulté le 20/05/2010.
    100. Rapport statistique national sur le site de l’Insee. Consulté le 05/07/2009.
    101. Carte des espaces naturels sensibles de Bondoufle sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 032019.
    102. Notice no PM91000048, base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 13/01/2013.
    103. Fiche de l’église Saint-Denis-et-Saint-Fiacre de Bondoufle sur le site topic-topos.com Consulté le 13/01/2013.
    104. Histoire de Bondoufle sur le site officiel de la commune. Consulté le 05/01/2013.
    105. Poème Aux champs paru dans le livre II du recueil Toute la Lyre de Victor Hugo sur Wikisource. Consulté le 05/01/2013.
    106. Chronologie de l’œuvre de Victor Hugo sur le site dédié. Consulté le 05/01/2013.
    107. Lieux de tournages du film Simon Werner a disparu... sur la base Imdb. Consulté le 23/08/2012.
    108. Liste des films tournés à Bondoufle sur le site L2TC.com Consulté le 23/08/2012.
    109. Blasonnement sur le site Gaso, la banque du blason. Consulté le 03/09/2009.
    • Portail de l’Essonne
    • Portail des communes de France
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Partage dans les Mêmes. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.